JavaScript Required

We're sorry, but this virtual exhibition cannot be viewed properly without JavaScript enabled. Please consider enabling JavaScript or installing a JavaScript capable browser.

If you're interested in DDBstudio, the virtual exhibition platform provided by the German Digital Library,
please visit this page (in German).

Französische Alliierte in Berlin – 60 Jahre Centre Français de Berlin (CFB). Les Alliés Français à Berlin – 60 ans du Centre Français de Berlin (CFB)

CFB 1961-2021

Centre Français de Berlin
Sozial-Pädagogisches Institut (SPI)
Centre D'Échanges Internationaux
Universität Trier

Im Dezember 2021 ist das Centre Français de Berlin (CFB) 60 Jahre alt geworden. Die Online-Ausstellung trägt dem Jubiläum des deutsch-französischen Kulturzentrums Rechnung und beleuchtet als kleine Institutionengeschichte die hauseigene Entwicklung.

Der Blick zurück auf die Entstehung und Entwicklung des CFB ist zugleich Exempel für die von 1945 bis 1994 in Berlin implementierte Kulturpolitik der Franzosen.

Im Fokus der Ausstellung stehen gleichermaßen die Organisationsstrukturen des CFB und dessen Veranstaltungsprogramm. Im Sinne seines Gründungsauftrags schlug das Centre über sein öffentliches und soziales Engagement Brücken zu Teilen der Bevölkerung im Wedding und in Reinickendorf, die ihm bis heute einen zentralen Platz als Berliner Kulturzentrum sichern.

Das Ausstellungsprojekt haben aktuelle und ehemalige Mitarbeiter des CFB, ZZF Potsdam, Alliierten Museums Berlin, Mitte Museums Berlin, der Universitäten Trier, Paris Sorbonne und Lorraine sowie Zeitzeugen und Besucher des Hauses ermöglicht. Entsprechend breit ist der in der Ausstellung präsentierte Fundus digitalisierter Quellen, der von Tätigkeitsberichten des CFB-Direktoriums über dessen Kommunikation mit dem französischen Generalstab und deutschen Bezirksbürgermeister bis hin zu Fotos, Videos und Plakaten von Veranstaltungen reicht, aber auch die Berichterstattung in der Militärzeitschrift "La Gazette" sowie Zeitzeugeninterviews enthält.

Auf dem Weg zu einer Dauerausstellung am CFB ist die Online-Ausstellung zugleich der Startpunkt für die Aufarbeitung von Orten französischer Alliierter in Berlin.



En décembre 2021, le Centre Français de Berlin (CFB) fêtera ses 60 ans. L'exposition en ligne se veut honorer l'anniversaire du centre culturel franco-allemand et éclaire son évolution interne sous la forme d'une petite histoire institutionnelle.

Le retour sur les origines et le développement du CFB au fil de l'Histoire est en même temps un exemple de la politique culturelle française mise en œuvre à Berlin de 1945 à 1994.

L'exposition se concentre à la fois sur les structures organisationnelles du CFB et sur son programme événementiel. Dans l'esprit de sa mission fondatrice, le Centre, grâce à son engagement public et social, a su jeter des ponts en direction des populations de Wedding et de Reinickendorf, ce qui lui a assuré une place centrale en tant que centre culturel de Berlin jusqu'à ce jour.

Ce projet d'exposition a été rendu possible grâce au concours d'employés travaillant ou ayant travaillé au CFB, du ZZF de Potsdam, du Musée des Alliés de Berlin, du Mitte Museum de Berlin, des universités de Trèves, de Paris Sorbonne et de Lorraine, ainsi que par des témoins contemporains et des visiteurs du Centre. Le fonds de sources numérisées présenté dans l'exposition est vaste, allant des rapports d'activité du conseil d'administration du CFB et de sa communication avec l'état-major français et les maires de district allemands à en passant par des photos, vidéos et affiches d'événements et comprend également des comptes rendus tirés du magazine militaire "La Gazette" et des interviews de témoins contemporains.

En voie de devenir une exposition permanente au CFB, cette exposition en ligne est également le point de départ d'une nouvelle initiative de recherche portant sur les lieux alliés français à Berlin.





Centre Français de Berlin

Berlin

Aus der Sammlung von

Établissement de Communication et de Production Audiovisuelle de la Défense Paris

Wie darf ich das Objekt nutzen?

Quelle

Établissement de Communication et de Production Audiovisuelle de la Défense Paris

Zum Objekt >>

10.jpg

Impressionen 1961 und 2021

Impressions 1961 et 2021





Centre Culturel Francais; Müllerstraße 74 (Wedding)

Fotograf: Willi Huschke, Fotografie, April 1967, Berlin

Aus der Sammlung von

Landesarchiv Berlin

Wie darf ich das Objekt nutzen?

Quelle

Landesarchiv Berlin

Zum Objekt >>

5.jpg


Miniatur-Eiffelturm vor dem Centre Français de Berlin

Fotografie, 2021, Berlin

Aus der Sammlung von

Centre Français de Berlin

Wie darf ich das Objekt nutzen?

Quelle

Centre Français de Berlin

Zum Objekt >>

1.jpg


Film- und Theatersaal des Centre Français de Berlin 1961

Fotografie, Berlin

Aus der Sammlung von

Établissement de Communication et de Production Audiovisuelle de la Défense Paris

Wie darf ich das Objekt nutzen?

Quelle

Établissement de Communication et de Production Audiovisuelle de la Défense Paris

Zum Objekt >>

2.jpg


Veranstaltungssaal Centre Français de Berlin

Aus der Sammlung von

Centre Francais de Berlin

Wie darf ich das Objekt nutzen?

Quelle

Centre Francais de Berlin

Zum Objekt >>

9.jpg


Treppenaufgang zum Film- und Theatersaal des Centre Français de Berlin 1961

Berlin

Aus der Sammlung von

Établissement de Communication et de Production Audiovisuelle de la Défense Paris

Wie darf ich das Objekt nutzen?

Quelle

Établissement de Communication et de Production Audiovisuelle de la Défense Paris

Zum Objekt >>

12.jpg


Treppe Foyer Veranstaltungssaal des Centre Français de Berlin

Berlin

Aus der Sammlung von

Centre Français de Berlin

Wie darf ich das Objekt nutzen?

Quelle

Centre Francais de Berlin

Zum Objekt >>

3.jpg


Angehörige der französischen Schutzmacht vor dem Centre Francais; Müllerstraße (Wedding)

Fotografin: Nicola Galliner, Fotografie, August 1977, Berlin

Aus der Sammlung von

Landesarchiv Berlin

Wie darf ich das Objekt nutzen?

Quelle

Landesarchiv Berlin

Zum Objekt >>

7.jpg


Angehörige der französischen Schutzmacht; Centre Francais; Müllerstraße (Wedding)

Fotografin: Nicola Galliner, 24 x 36 Negativ s/w, August 1977, Berlin

Aus der Sammlung von

Landesarchiv Berlin

Wie darf ich das Objekt nutzen?

Quelle

Landesarchiv Berlin

Zum Objekt >>

8.jpg


Centre Culturel Francais; Blick von der Themsestraße; Müllerstraße 74 (Wedding)

Fotograf: Willi Huschke, April 1967, Berlin

Aus der Sammlung von

Landesarchiv Berlin

Wie darf ich das Objekt nutzen?

Quelle

Landesarchiv Berlin

Zum Objekt >>

4.jpg


Gemeinschaftsgarten des Centre Français de Berlin

Berlin

Aus der Sammlung von

Centre Français de Berlin

Wie darf ich das Objekt nutzen?

Quelle

Centre Français de Berlin

Zum Objekt >>

11.jpg


Französische Schutzmacht in Berlin; Angehörige der französischen Schutzmacht im Centre Francais; Müllerstraße (Wedding)

Fotografine: Nicola Galliner, August 1977, Berlin

Aus der Sammlung von

Landesarchiv Berlin

Wie darf ich das Objekt nutzen?

Quelle

Landesarchiv Berlin

Zum Objekt >>

6.jpg


Gruppenunterkunft im Centre Français de Berlin

Aus der Sammlung von

Établissement de Communication et de Production Audiovisuelle de la Défense

Wie darf ich das Objekt nutzen?

Quelle

Établissement de Communication et de Production Audiovisuelle de la Défense

Zum Objekt >>

15.png

01

Entstehung-Création

Feierliche Eröffnung



Das CFB wurde am 12. Dezember 1961 von General Jean Lacomme (Kommandant des französischen Sektors 1958-62) und Direktor Charles Corcelle im Beisein der Bezirksbürgermeister vom Wedding und Reinickendorf, Helmut Mattis und Heinz Gutsche, eröffnet.

Der Entwurf des deutsch-französischen Architektenduos, des Berliners Gerhard Laube und des französischen Majors Mahieu, war nach gut zwei Jahren Bauzeit und für ca. drei Millionen Deutsche Mark (DM,-) realisiert worden.

Der Gründungsauftrag des CFB bestand zum einen in der Verbesserung der französisch-deutschen Kontakte über Austausche auf den Sektoren Bildung (Schulen, Universitäten), Kultur (Ausstellungen, Theater, Lesungen etc.) und Sport. Zum anderen sollte u.a. in Kooperation mit dem Institut Français die Kultur Frankreichs in Berlin und hier speziell im französischen Sektor Verbreitung finden.

Bis zu 16 Angestellte unterhielten das neugegründete CFB, das neben einem Kino- und Theatersaal für 300 Personen über einen Konferenzraum für 80 Personen verfügte, über eine Bibliothek mit 23.000 Büchern, einen Ausstellungssaal, verschiedene Unterrichts- und Büroräume sowie ein Hotel.

Ouverture solennelle



Le CFB a été inauguré le 12 décembre 1961 par le général Jean Lacomme (commandant du secteur français de 1958-62) et le directeur Charles Corcelle en présence des maires des districts de Wedding et Reinickendorf, Helmut Mattis et Heinz Gutsche.

Le projet du duo franco-allemand d'architectes, le Berlinois Gerhard Laube et le Major Français Mahieu, a été achevé après deux bonnes années de construction et pour un coût d'environ trois millions de marks allemands (DM,-).

La mission fondatrice du CFB consistait, d'une part, à améliorer les contacts franco-allemands par des échanges dans les secteurs de l'éducation (écoles, universités), de la culture (expositions, théâtre, lectures, etc.) et du sport. D'autre part, il s’agissait de diffuser la culture française à Berlin, notamment dans le secteur français, en coopération avec l'Institut français.

16 employés faisaient fonctionner le CFB nouvellement fondé, qui disposait d'une salle de cinéma et de théâtre pouvant accueillir 300 personnes, d'une salle de conférence avec une capacité de 80 personnes, d'une bibliothèque offrant 23 000 livres, d'une salle d'exposition, de diverses salles de classe et de bureaux ainsi que d'un hôtel.



CFB Eröffnung_Dezember 1961

Aus der Sammlung von

RBB

Wie darf ich das Objekt nutzen?

Quelle

RBB

Zum Objekt >>



Eröffnung-Ouverture

RBB-Video 12.12.1961

Vorläufer

Précurseurs





Centre Bagatelle

Aus der Sammlung von

Kulturhaus Centre Bagatelle

Wie darf ich das Objekt nutzen?

Quelle

Kulturhaus Centre Bagatelle

Zum Objekt >>

Centre Bagatelle.jpg


Centre Bagatelle

Das 1946 von der französischen Militärverwaltung in Berlin-Reinickendorf im Ortsteil Frohnau in der Villa Worch in der Zeltinger Straße 6 eröffnete Offizierskasino "Cercle la Bagatelle" wurde 1956 offiziell zum Kulturzentrum "Centre Bagatelle". Neben Filmvorführungen, Vorträgen, Konzerten, Lesungen und Sprachkursen existierte hier eine Bibliothek, die bereits 1947 ca. 12.000 Bücher umfasste (Bericht Charles Corcelle 1975).
Das Centre Bagatelle war seit 1956 zugleich offizielle Dependance des bereits fünf Jahre zuvor eröffneten Centre Culturel Français de Wedding in der Badstraße (Bericht Corcelle), dem späteren CFB, dessen DirektorIn in Personalunion auch GeschäftsführerIn des Bagatelle war (Bericht Claude Trochu 1977). 
Wegen zu geringer Besucherzahlen reduzierte das Bagatelle 1977 sein Programm und schenkte seine 4.000 deutschen Bücher dem Bürgermeister von Reinickendorf, dessen Bezirksamt das Gebäude 1993 kurz vor dem Abzug der französischen Streitkräfte übergeben wurde. Seit 2007 ist der gemeinnützige Verein Kulturhaus Centre Bagatelle e.V. Besitzer der Villa.

 

Le mess “Cercle la Bagatelle”, ouvert en 1946 par l’administration militaire française à Berlin-Reinickendorf dans le quartier de Frohnau, dans la Villa Worch au 6 de la Zeltlinger Straße, devint officiellement le centre culturel “Centre Bagatelle” en 1956. Outre des projections de films, des conférences, des concerts, des lectures et des cours de langues, il y existait une bibliothèque qui contenait déjà environ 12.000 livres en 1947 (rapport Charles Corcelle 1975).
Depuis 1956, le Centre Bagatelle était également l’antenne officielle du Centre Culturel Français de Wedding, le futur CFB, qui avait ouvert ses portes cinq ans plus tôt dans la Badstraße (Rapport Corcelle), et dont le directeur/la directrice assurait également la direction générale des affaires du centre Bagatelle (rapport Claude Trochu 1977).
En raison du nombre insuffisant de visiteurs, le Bagatelle réduisit son programme en 1977 et fit don de ses 4.000 livres allemands au maire de Reinickendorf. Sa mairie récupéra ensuite le bâtiment en 1993, peu avant le retrait des forces françaises. Depuis 2007, l’association à but non lucratif Kulturhaus Centre Bagatelle e.V. est propriétaire de la villa.

 



Das "Haus der Volksbildung" in der Badstr. 10 in Berlin-Wedding, von der Hochstraße aus gesehen.

Fotograf: Max Pilling (1898-1991), Fotografie, Sommer 1950, Berlin

Aus der Sammlung von

Mitte Museum / Bezirksamt Mitte von Berlin

Wie darf ich das Objekt nutzen?

Quelle

Mitte Museum / Bezirksamt Mitte von Berlin

Zum Objekt >>

Foto_Badstr. 10_copyright Mitte Museum.jpg


Centre Culturel Français de Wedding

L’initiative de créer un centre culturel français dans le nord de Berlin revient à Charles Corcelle, qui deviendra plus tard le premier directeur du CFB. Le Centre Culturel Français de Wedding, qui a ouvert ses portes en 1951 au numéro 10 de la Badstraße à Wedding, a connu une grande popularité et son catalogue de livres s’est rapidement développé. En décembre 1961, le Centre Français de Berlin est ainsi déménagé dans le nouveau bâtiment de la Müllerstraße 74.

Die Initiative zur Etablierung eines französischen Kulturzentrums im Norden Berlins ging auf Charles Corcelle, den späteren ersten Direktor des CFB, zurück. Das 1951 in der Badstraße 10 im Wedding eröffnete Centre Culturel Français de Wedding verzeichnete großen Zulauf und schnell wachsende Buchbestände. Im Dezember 1961 erfolgte daher der Unzug des nunmehrigen Centre Français de Berlin in den Neubau in der Müllerstraße 74.



Carolet-Bericht

Aus der Sammlung von

Archives du Ministère des Affaires étrangères Paris

Wie darf ich das Objekt nutzen?

Quelle

Archives du Ministère des Affaires étrangères Paris

Zum Objekt >>

CCF Wittenau_1951.jpg


Centre Culturel Franco-Allemand de Wittenau

Über das Centre Culturel Franco-Allemand de Wittenau sind wenige Informationen vorhanden. Es existierte frühestens seit 1951. Erste Leiterin war die nicht näher bekannte Frau Lering. In einem Bericht des Kommandanten des französischen Sektors von 1952 (Carolet-Bericht) wurden für die Zeit von Dezember 1951 bis Januar 1952 sechzehn Veranstaltungen aufgelistet, z.B. Weihnachtsfeiern für deutsche Flüchtlingskinder, Ausstellungen, Vorträge, Konferenzen, Vereinssitzungen und Filmabende.  

Il y a peu d’informations à propos du Centre Culturel Franco-Allemand de Wittenau. Nous savons qu’il a été fondé en 1951 au plus tôt et que la première directrice était une certaine Mme Lering. Dans un rapport du commandant du secteur français de 1952 (Rapport Carolet), 16 manifestations sont énumérées pour la période de décembre 1951 à janvier 1952 comme par exemple des fêtes de Noël pour des enfants réfugiés allemands, des expositions, des discours, des conférences, des rencontres d’associations et des soirées cinéma.

02

Personen-Personnes

Direktorium

Directoire

1. Charles Corcelle (1961-75)

2. Lore Thormeyer (1975-78)

3. Bruno Delaire (1978-81)

4. William Capoën (1981-93)

5. Hartmut Brocke und Guillaume Dufresne (Geschäftsführung 1995-2012)

6. Florian Fangmann (Geschäftsführung seit 2012)





Charles Corcelle

Aus der Sammlung von

Alliierten Museum Berlin

Wie darf ich das Objekt nutzen?

Quelle

Alliierten Museum Berlin

Zum Objekt >>

portraits2.jpg


Charles Corcelle

Diplomwirt, promovierter Jurist, geriet 1940 als Hauptmann der Reserve in Gefangenschaft, im Mai 1945 befreit, seit August 1945 Teil des französischen Kontrollrats in Berlin, von Juni 1948 bis Mai 1949 während der Berliner Luftbrücke mit der Organisation des Logistikzentrums am neuen Flughafen Tegel beauftragt, dann Repräsentant der französischen Militärregierung in Berlin im Austausch mit den deutschen Autoritäten des französischen Sektors, hier in der Kommandantur hauptsächlich für die französisch-deutsche Annäherung zuständig, bis 31. Dezember 1975 Verantwortlicher für die französischen Kulturzentren im Wedding (CFB) und in Frohnau (Bagatelle).

Diplômé des Hautes Etudes de Commerce et Docteur en Droit, fait prisonnier comme Capitaine de réserve en 1940, libéré de captivité en mai 1945. Dès août 1945 il fait partie du Conseil de Contrôle à Berlin, il est ensuite chargé d'organiser le Centre logistique du nouvel aérodrome de Tegel lors du Pont aérien de juin 1948 à mai 1949, puis devient Délégué auprès du Gouvernement Militaire Français à Berlin en liaison avec les Autorités Allemandes du Secteur Français, il sera principalement chargé par la Kommandantur du rapprochement franco-allemand et sera jusqu’au 31 décembre 1975 responsable des Centres Culturels Français dans les quartiers de Wedding (CFB) et de Frohnau (Bagatelle).



Lore Thormeyer

Aus der Sammlung von

Alliierten Museum Berlin

Wie darf ich das Objekt nutzen?

Quelle

Alliierten Museum Berlin

Zum Objekt >>

portraits.jpg


Lore Thormeyer

Am 20. Juli 1925 in Berlin geboren, hier Abitur und Staatsexamen, kurze Schauspielkarriere, dann über Sprachkenntnis Halbtagsanstellung beim französischem Militär in Berlin, Anstellung beim deutsch-französischen Jugendaustausch, Mitorganisatorin des französischen Volksfestes, als erste Deutsche und als erste Frau, mit zudem rein weiblichem Personal, Direktorin des CFB 1975-1978.

Née à Berlin le 20 juillet 1925, elle y passe son baccalauréat et ses examens d’état. Elle effectue une brève carrière d’actrice, puis, grâce à ses excellentes connaissances linguistiques, elle est employée à temps partiel dans l‘armée française à Berlin, puis au sein du service deséchanges franco-allemands de jeunes. Elle deviendra ensuite coorganisatrice du festival folklorique français, puis première allemande et femme directrice du CFB entourée d’un personnel entièrement féminin entre 1975 et 1978.

Bruno Delaire

Zu Bruno Delaire existieren abgesehen von den Daten seiner Amtszeit keine schriftlichen Zeugnisse zu Vita oder Wirken am Centre Français de Berlin.

Mises à part les dates de son mandat à la direction du Centre Français de Berlin, il n’existe pas de témoignages relatant de la vie ou des actions menées par Bruno Delaire.





William Capoen

Aus der Sammlung von

CFB

Wie darf ich das Objekt nutzen?

Quelle

CFB

Zum Objekt >>

portraits5.jpg


William Capoën

Im Februar 1948 geboren, Wirtschaftsstudium in Paris, kam 1970 als Wehrdienstleistender nach Berlin, war dann Zivilangestellter im Quartier Napoleon, hier im Stab des französischen Stadtkommandenten für den Bereich Öffentlichkeitsarbeit und internationale Beziehungen verantwortlich, von 1981 bis 1993 Leiter des CFB, hier mit dem Abzug der Alliierten von 1994 bis 2019 weiterhin für die Führung des Hotels zuständig und von 1989 bis 2018 für die private Organisation des deutsch-französischen Volksfestes.

Né en février 1948,il suit des études de commerce à Paris et arrive à Berlin en 1970 comme conscrit, puis est employé comme fonctionnaire civil dans le Quartier Napoléon et sera finalement affecté à l'état-major du commandant de la zone française responsable des relations publiques et des relations internationales. De 1981 à 1993 il est directeur du CFB et suite au retrait des Alliés il prend de 1994 à 2019 la gestion de l'hôtel et de 1989 à 2018 il organise à titre privé la fête populaire franco-allemande.

 

 

 



Hartmut Brocke

Aus der Sammlung von

CFB

Wie darf ich das Objekt nutzen?

Quelle

CFB

Zum Objekt >>

portraits6.jpg


Hartmut Brocke

Im März 1948 geboren, 1968 Examen als Revierförster, 1972 Abschluss der Ausbildung zum Sozialarbeiter und 1978 zum Diplompädagogen, seit dem Engagement in der Stiftung Sozialpädagogisches Institut "Walter May" Berlin (SPI), dort 1992 Vorstandsvorsitzender, 1993 Direktor und seit 2000 Geschäftsbereichsleiter, von 1995 bis 2012 parallel mit Guillaume Dufresne Co-Geschäftsführer der Centre Français de Berlin gGmbH, seit 2005 Träger des Orden "Chevalier de l´Ordre National du Mérite".

Né en mars 1948, il obtient en 1968 le diplôme de garde forestier, en 1972 celui de travailleur social puis finalement en 1978 celui de pédagogue qualifié alors qu'il s'engage dans la Fondation Sozial-pädagogisches Institut "Walter May" Berlin (SPI), dont il devient en 1992 président du conseil d'administration, puis directeur en 1993 pour ensuite prendre le poste de chef de division à partir de 2000. De 1995 à 2012 il assure, en parallèle avec Guillaume Dufresne, la direction générale du Centre Français de Berlin gGmbH. Depuis 2005 il est décoré de l'Ordre de "Chevalier de l'Ordre National du Mérite".



Guillaume Dufresne

Fotografie

Aus der Sammlung von

Centre Français de Berlin

Wie darf ich das Objekt nutzen?

Quelle

Centre Français de Berlin

Zum Objekt >>

Dufresne Porträt-1.jpg


Guillaume Dufresne

Guillaume Dufresne wurde 1953 geboren und erlangte sein universitären Abschluss an dem Pariser Institut Supérieur du Commerce. Als Leiter des CEI, dem Centre d’Echanges Internationaux, einer internationalen Organisation, welches sich schon 1947 für die deutsch-französische Annäherung einsetzte, und wo er heute als Präsident agiert, gründete er zusammen mit dem Co-Geschäftsfrüher Hartmut Brocke und mit Unterstützung der Regierungen Frankreichs und Deutschlands das Centre Français de Berlin als gemeinnützige GmbH in 1995. Herr Brocke und Herr Dufresne erhalten 2005 beide das Bundesverdienstkreuz. 1995 wurde ebenfalls der Beirat als begleitendes Gremium für das CFB gegründet, welches paritätisch mit Mitgliedern aus Frankreich und Deutschland besteht und dessen Vorsitz der Botschafter bzw. die Botschafterin Frankreichs in Deutschland und der Bürgermeister von Mitte (damals Wedding) inne haben.

Né en 1953, Diplomé de l'Institut Supérieur du Commerce de Paris, c'est en tant que Directeur Général du Centre d'Echanges Internationaux (le CEI, organisme international créé en 1947 pour le rapprochement franco-allemand de la jeunesse, dont il est aujourd'hui le Président) que Guillaume Dufresne crée en 1995 avec le soutien des autorités françaises et allemandes le Centre Français de Berlin gGmbH (Société à but non lucratif), dont il deviendra le co-directeur avec Hartmut Brocke. Ils recevront tous les deux en 2005 la Croix du Fédérale du Mérite de la République allemande. En 1995, est aussi créé et installé le Conseil d'orientation, à parité franco-allemande, co-présidé par l'Ambassadeur/-drice de France en Allemagne et le Maire de Wedding, aujourd'hui de Mitte.

 

 



Florian Fangmann

Aus der Sammlung von

Centre Français de Berlin

Wie darf ich das Objekt nutzen?

Quelle

Centre Français de Berlin

Zum Objekt >>

portraits3.jpg


Florian Fangmann

Im August 1981 in Oldenburg geboren, Deutsch-Franzose, Studium der Kulturwissenschaften in Saarbrücken, seit 2008 Programmdirektor im CFB, hier seit 2012 Geschäftsführer mit besonderem Schwerpunkt auf die Weiterentwicklung des internationalen Jugendaustausches. Das Centre umfasst heute 20 festangestellte MitarbeiterInnen.

Né en août 1981 à Oldenbourg d’une famille franco-allemande, il suit des  études en sciences de la culture à Sarrebruck. En 2008 il prend la direction des programmes du CFB, puis à partir de 2012, année où il est nommé directeur du CFB, il met l´accent sur le développement des échanges internationaux de jeunesse. Le Centre emploie aujourd’hui 20 personnes.

Zeitzeugen

Témoins de l´´ Époque





Zeitzeugeninterview William Capoen

Aus der Sammlung von

CFB

Wie darf ich das Objekt nutzen?

Quelle

CFB

Zum Objekt >>



Willliam Capoën

Zeitzeugengespräch
25.11.2020 (Teil 1)


Transkription von Tom Strauch (Universität Trier)


Interviewt von Sophie Lutz (FU Berlin)
Ort: Centre Français de Berlin
TeilnehmerInnen: Florian Fangmann, Sylvie Matthias (CFB)
 
 
Remarques:
I1: Intervieweur 1, I2: Intervieweur 2, etc.
PI: Personne interrogée
(): Un passage qui n'est pas clair.
[]: Notes de l'auteur
(.): petite pause; (..): pause moyenne; (...): longue pause
Les erreurs linguistiques de l'intervieweur ou de la personne interrogée ont été reprises.
 
I1: Donc je vais commencer. Ok. Ehm alors juste pour le début, j’aimerai bien de, de savoir eh plus sur, sur votre biographie, comment vous êtes arrivés à Berlin, votre eh grade dans l’armée et tout ça.
PI: Ah oui eh (…) quand est-ce que je suis arrivé à Berlin. (I1: Mhm) () C’est bon. [PI rit] Je suis arrivé à Berlin le 1er mars 1970.
I1: Ok.
PI: Eh il y avait dans les rues 1m50 de neige sur les trottoirs. C’était la Sibérie.
I1: Mhm. (..) C‘ était la première fois que vous êtes venus en Allemagne?
PI: Oui à Berlin.
I1: À Berlin?
PI:En Allemagne, j’étais déjà venue en Allemagne à partir de 1962.
I1: Mhm.
PI: Dans le sud de l’Allemagne, je faisais d’échanges scolaires.
I1:Mhm.
Et alors actuel j’ai toujours du contact avec mon ancien correspondant.
I1: Ah d’accord.
PI: () a 60 ans.
I1: Donc vous avez déjà parlé un peu de l'allemand avant d’arriver...
Avant d’arriver () pas trop, parce que en fait ehh au collège en avait de l’allemand d’époque l’allemand deuxième langue et c’était toujours un problème de trouver des profs d’allemand donc une fois il y avait un et une fois il n’y avait pas, c’est un peu compliqué.
(..)
I1: Et c’était votre propre choix de venir en Allemagne ou juste le militaire qui vous avait...?
PI: Non, en fait...
I1: Comment on dit?
PI: Comme j'ai... je suis allé dans le sud de l’Allemagne chez mon correspondant qui parlait d'ailleurs très, très bien français à l'époque eh j'ai ehhh j'aimais l'Allemagne donc eh et j'étais curieux parce que Berlin, on s'imagine pas. Moi quand j'étais à Paris, je me disais mais Ber-Berlin j'imaginais pas. Je () connais quelques arrondissements de Paris et de Namur. () Les pauvres, je les plaignais les pauvres. Je voulais voir que c'était. Et effectivement j'étais totalement surpris de découvrir eh Berlin une ville à la compagne. Bien sur il y avait le mur, on tombait de temps en temps sur le mur. Mais parfois on pouvait vivre en oubliant le mur.
I1: Mhm et c'était dans quelle division?
PI: J'étais dans la () sur la base aérienne 165.
I1: Mhm.
PI: Ehh ou il avait une soixantaine de soldats et puis... et puis une centaine d'officiers, sous-officiers donc c'était tout petite ehh ehhh tout petite garnison. Ehh on était très bien et puis on était un () mixte les officiers mangeaient avec les sous-officiers et les appelés, les soldats mangeaient presque la même chose que les autres donc on était très, très bien
I1: Et ehh votre position, c'était lequel?
PI: Oh moi j'étais simplement appelé...j'étais militaire après et moi j'avais été par contre volontaire á Berlin.
I1: Ok.
PI: Alors on pouvait ehh en fait même plus que volontaire, j'ai été ..disons recommandé (..) à l'époque par le ministre de défense pour venir à Berlin.
I1: Mhm.-.parce que vous avez déjà...
PI: Donc j'avais des relations quand j'étais a Paris avec quelqu'un () dont le père était au ministère de l'aire.
I1: Et eh c'était...alors vous avez déjà mentionné le temps et tout ca, mais quelle était votre 1ère impression quand vous êtes arrivés a Berlin, votre votre vie?
PI: Je me suis dit qu'est-ce que je suis bête [PI rit] (..) qu'est-ce que je suis bête (..) j'aurai pu rester a côté de chez mes parents. À Évreux où il avait une base, également la base 105 a Évreux et au lieu de ca je viens à... en Sibérie.
I1: Mhm.
PI: C'était [bruit de fond]...C'est un choix mais eh au début j'étais un peu déçu parce qu'il faisait froid, on passait la nuit dans le froid donc on était fatigué. On arrive...il y avait de neige () la neige comme ça au 1er mars. D'ailleurs cette année la [19]70, il est même tombé de la neige le premier mai.
I1: Mhm. Et votre travail? Au début?
PI: Beh moi j'étais...Je travaillais au bureau, au ce qu'on appelait les services administratifs
I1: Mhm.
(...)
PI: Je travaillais au services administratifs, je faisais les soldes, les...des (.) officiers ehh..les soldes des appelés même si c'ètait un petit solde parce que à l'époque, on gagnait très très peu. C’était...ca suffisait a peine pour vivre correctement. C'était une () par quarante Marks par mois. Pour vivre correctement c'était de l'ordre je crois de 40 marks par Mois et donc si on est pas () à économie ou si on a pas les parents qui était un peu généreux la vie aurait été plus difficile mais...
Min 00:05:18 I1: Au début est-ce que vous avez plutôt des contacts avec des autres Français ou vous avez aussi commencé à rencontrer des allemands?
PI: Non en fait non non moi que je recherchais quand j'étais venu à Berlin c'était pour avoir des contacts avec les locaux, avec les Berlinois et c'est ce que j'ai fait en fait j'avais beaucoup ..d'énormément de contacts ehh masculins et féminins bien sûr et et donc après j'étais pris par cette vie berlinoise où à l'époque c'était eh la vie nocturne c'était jour et nuit, pas d'horaires de fermeture
I1: Mhm.
PI: J'ai connu à l'époque toutes les discothèques de Berlin je les connaissais c'était vraiment une période sensationnel quand j'ai été libéré donc à la fin décembre 1970 j'ai vu avec mon colonel de la base aérienne yen qui m' a apprécié beaucoup parce que j'avais bien travaillé et qu'il m'a dit "qu'est-ce que vous allez faire" et j'ai dit je sais pas encore, il me dit si vous voulez vous pour rester encore un petit moment ici on va vous trouver un poste comme civile.
I1: Mhm.
PI: Et c'est ce qui s'est passé t'as trouvé un poste en liaison avec le service de recrutement, le service du personnel et je suis resté à Berlin a titre civile. D’abord j'avais l'intention de rester six mois
I1: Mhm ok. [I1 rit]
PI: Après j'avais, j'avais trouvé un tat de copains ici et si j'étais, j'étais dans un dans un milieu favorable, j’avais tant des amis et puis finalement arriver à un moment ou j'ai j'ai connu ma femme (or) Pour elle n'était pas question de rentrer en France eh parce que bon ses origines étaient plutôt à Berlin que que la France mais elle ne parlait à l'époque pas un mot pas un seul mot de français.
I1: OK.
PI: Donc C'était un peu compliqué de rentrer en France donc j'ai décidé de rester un peu plus longtemps (..) puis au bout de deux ou trois ans ma fille est née et après avec la naissance de ma fille () il fallait surtout () pas faire de trop d'imprévu eh pour l'avenir donc fallait mieux assurer ce que j'avais je savais que c'était pour la sécu eh sécurité de ma famille
I1: Mhm et la première fois que vous avez fréquenté le centre français c'était déjà avant votre ()?
PI: Eh quand j'étais militaire mais à l'époque je fréquentais plutôt l’institut français, la maison de France parce qu'il y avait un club franco-allemand qui fonctionnait très bien et qui avait beaucoup de soirée , des soirée de lecture , des soirées théâtre etc. donc c'était au plan au plan culturel c'était intéressant  parce qu'on tombait  dans un autre milieu que ce milieu disons militaire disons militaire (appelé) ou y avait tout il y avait  avait des gens () qui ont quitté leur village, il y avait des gens qui avaient peut être toujours un niveau scolaire relativement en bas et tout donc c'était  un peu compliqué
I1: Mhm. Alors on peut parler du club franco-allemand de l'institut français maintenant ?
PI:
I1: Ok.
PI: () bon et ensuite eh j'ai travaillé moi-même au service du personnel au recrutement et je devais en fait prendre la poste qui était le poste d' adjoint au chef de service et puis ça ne s'ait pas fait parce que y a quelqu'un qui était pistonné et qui a été mis en place et comme j'étais un peu...ahh ca m’a mis un peu en colère j'ai regardé puisque j'avais tous les fichiers j'ai regardé les gens qui partaient à la retraite et j'ai demandé à changer de service
I1: Mhm et c'est comme ça que...
PI: Comme ça je suis allé au cabinet du Général et donc au cabinet du général, je m'ai occupé de l'avenir de l'organisation de voyage, eh eh c'était un peu (ah-eh) stressant parce qu’avait énormément de groupe. Je m’occupais d'échanges eh également d'échanges scolaires, j'ai fait venir je ne sais pas peut-être 30.000 jeunes à Berlin -
I1: Mhm wow.
Min 00:09:52: PI: C’est moi qui donnais l'autorisation d'accès au (base militaire) quasiment gratuit aux groupes de jeunes et donc j'étais assez connu et puis on a développé, développé, développé et puis eh certains groupes venaient dans le cadre d'échanges franco-allemand, d'autres venaient dans le cadre des voyages de découverte et dans ses cas là comme il n'y avait pas de logement, ils étaient logés ici au 5eme étage
I1: D'accord.
PI: Oui y avait des dortoirs de 11 lits, 9 lits et 7 lits. Donc c'était (30) personnes. Et donc c'était une partie de mes activités. Et puis donc effectivement deux ans après le chef de service est parti et puis je l'ai remplacé (I1: Mhm.) puisque je () Disons le chef du cabinet du général était satisfait de mon travail eh et j'ai eh  j'ai pris la suite et donc c'était en 1978. Et en 1981 ehh le le jeune qui avait été placé ici plus au moins par piston (I1: Mhm.) par Pierre Mauroy qui était là à l'époque premier ministre mais il plaçait un jeune mais c'était une planche pourrie (eh) je suis désolé de le dire mais c'était le cas il a détruit la réputation de la maison et puis il a fait des dettes partout et il a  emprunté de l'argent aux commerçants (.) enfin bref un truc complètement débile (.) et il est donc, il était viré mais en attendant quand y avait personne le général m'a dit eh "vous prenez par intérim la direction du centre français" (I1: Mhm ok.) en 1981. Et puis donc c'est comme ça que je me suis trouvé ici au centre français. Mais au début pendant six mois j'étais le matin ici et l'après-midi j'étais au quartier eh à l'époque militaire, quartier napoléon. Mais le problème c'est toujours le même comme à l'époque ça me faisait un tout j'avais une 25 personnes (..) quand j'étais ici là-bas ça faisait plus rien mais quand j'étais là-bas ici ça faisait plus rien [PI rit] (.) les gens faisaient ce qu'ils voulaient et donc c'était pas bon. Alors j'ai demandé à tout regrouper ici et si () j'avais le bureau () était occupé actuellement par (Berndid) Hopper, je ne sais pas qui est-ce que s'occupe maintenant quelqu'un qui va le succéder je croix ?
I1: Je ne sais pas, mais je dois demander à Florian qui qui...
PI: Oui bah le grand bureau là. () Et j'avais donc un côté le secrétariat des affaires culturelles, donc des secrétaires qui s'occupaient des affaires culturelles () et de l'autre côté le bureau, c'était des secrétaires que j'avais ramené du quartier napoléon ici et qui travaillaient pour l'avenue des écoles militaires parce que le général avais dit "vous pouvez aller au centre français mais vous restez toujours sous mes ordres."
I1: Mhm.
PI: Et donc j'avais double, double fonction.
I1: Mais là, ça faisait déjà partie du poste civile ?
PI: Oui oui.
I1: Ok.
PI: Oui mais non c'était () parce que en fait il faut savoir que le gouvernement militaire n'est plus un gouvernement militaire. C'était constitué par des diplomates, par des employés civils et par des militaires et il y avait une administration civile à l'intérieur de ce gouvernement militaire. Et donc moi je faisais partie de l'administration civile.
I1: Et ehm est-ce que vous avez déjà visité les évènements cultures qu’ils avait ici à laisser avant de te travailler ici ou c'était ()?
PI: Oui () Très rarement très rarement très rarement ouais.
I1: Et généralement, est-ce que vous avez l'impression que c'était plutôt l'institut français qui a attiré les jeunes militaires aussi ou c'était juste votre cas particulier ?
PI: Non, non parce que ce centre n'était pas tellement fréquenté par les jeunes militaires () très peu ehh à part le fait que le quatrième étage était réservé à des groupes qui venait de Baden-Baden, Trèves, ehh de l' Allemagne de L' Ouest qui étaient en garnison en Allemagne de l'ouest et pour les récompenser, on a offert à ces jeunes militaires une semaine à Berlin (I1: Ah d'accord) et ils étaient logé ici au quatrième étage. Donc c'étaient des chambres a 4 lits à l'époque et c'était géré par le service social des armées.
I1: Et () bah qu'est-ce que vous en pensez qu'est-ce que c'était le particulier de du centre par rapport à les autres institutions français qu'il y a dans le quartier où il y a en général à Berlin ?
PI: Disons c'est tout à fait quelque chose à part. L'institut français c'est un centre culturel qui dépend eh des affaires étrangères comme actuellement l'institut dépend de l'ambassade et le centre a toujours été quelque chose d'autonome (.) Donc on pouvait...on pouvait pas recevoir d'ordres ou d’instructions, soit de l’institut. On travaillait en commun mais on était pas sous leurs ordres, on était totalement autonome. Et donc c'était très bien parce que bon moi a l'époque j'avais un appartement juste la, en tout j'avais presque 200m2, l'appartement fonctionnait et j'avais une voiture, un chauffeur...c'était très bien.
Min 00:15:43 I1: Et qu'est-ce qui était le plus important au centre à votre époque, c'était plutôt l'hébergement, c'était les évènements culturels ?
PI: Non c'était le tout. En ce qui concerne le parti culturel, il y avait une bibliothèque avec 22000 volumes qu'on renouvelait tous les ans, enfin qu’on renouvelait non, qu'on améliorait tous les ans dès qu'on avait un peu d'argent, on achetait une centaine, deux cents de livres les derniers qui sortaient derniers pour que la bibliothèque reste intéressante pour les publique. Et dans cette bibliothèque il y avait 60 % de livres en langue allemande et eh un peu près 40% en langue française. Et y avait des gens qui habitait dans la cité, c'était une cité française ici. Les gens qui habitaient dans la cité venaient chercher des bouquins () ici (Bonjour à personne inconnue). Et puis les Berlinois les Berlinois qu'on avait, il faut que je dise on avait beaucoup de Berlinois qui venaient dans la bibliothèque, beaucoup de berlinois du secteur nord de Berlin donc du secteur français qui venaient ici prendre des cours de français. On avait un cours du soir jusqu'à 200 personnes en cours du soir. (I1: OK)donc c'étaient des petites classe à vingt, vingt, vingt mais le nombre total on a même dépassé les 200..200 élèves
I1: Et c'était plusieurs fois par semaine ou c'était un jour?
PI: Les cours ? Ah non ! () parfois () je crois à l'époque c'était un minimum de deux fois par semaine en fonction des niveaux
I1: OK et y avait à peu près tous les niveaux?
PI: Oui () alors tous les niveaux et là on travaillait pour les profs parce qu'on n'avait pas nos propres profs. On travaillait en liaison avec l'institut qui faisait aussi des cours de français mais c'était plutôt ciblé vers les gens disons du Kurfürstendamm et Charlottenburg. Et il nous envoyait nous pour nos cours ils nous envoyaient leurs profs.
I1: Ah cool.
PI: Non mais pour savoir qu'à l'époque ça tombait bien, le directeur de l'institut c'était Philippe Majere. C’était un bon copain à moi, on est resté en très bon terme () et puis on montait des opérations souvent en commun avec Philippe Majere, il disait "c'est bon je veux faire un concert tu t'occupes des, des affiches etc. tu t'occupes de la pub" et donc c'est sa se faisait en très bon entente donc on avait de très bonnes activités d'ailleurs. On travaillait aussi en liaison avec le service culturel de la municipalité de Wedding. Et là ils étaient très contents à l'époque, c'était une le maire c'était une mairesse, Madame Ess qui avait fait des éloges là non plus parce qu'elle était tellement contente disons du bon virage pris par la maison quand j'ai repris les choses en main parce que j'étais un patron exigeant.
I1: Et c'était plutôt des jeunes qui venaient au cours ou c'étaient des adultes aussi ?
PI: Non, non c'était surtout des adultes.
I1: Mhm. Et c'était surtout cet, cet proche lien ou cette proche coopération c'était surtout avec l'institut français parce que vous avez eu cette bonne relation avec le directeur ou c'était avec tous les centres beh () ?
PI: Non pas uniquement avec l'institut mais également on a travaillé () avec l'OFAJ [OFAJ= Office franco-allemand pour la Jeunesse].
I1: Ah d'accord.
PI: Ouais l'OFAJ qui était un bon. On a travaillé énormément avec l'OFAJ et ehh on travaillait comme je l'ai dit avec des services culturels, le Kunstamt de Wedding ehh qui eux faisait régulièrement des concerts et on a accueilli régulièrement des troupes de théâtre amateur qui venaient s'entraîner ici et puis qu'ils faisaient la pièce de théâtre ici chez nous. Donc y avait énormément de choses, y avait des films () eh disons pour la plupart des films, films en langue allemande et donc le cinéma à l'époque c'était une sorte de cinéma de quartier. À l'époque je pense il fallait payer 2 Marks je croix et c'était toujours plein, toujours.
Min 00:20:12 I1: Et avec le Centre bagatelle est-ce que il y avait toujours une relation?
PI: Bah le centre bagatelle c'était sous ma responsabilité, c'était moi qui gérait. Le centre bagatelle c'était un peu...c'était une filiale (I1: Oui ok) du centre français et le centre bagatelle était une belle villa. Vous connaissez ?
I1: Eh j'ai juste vu des photos et mais...
PI: Du centre Bagatelle?
I1: Ouais.
PI: Le centre bagatelle j'ai fêté mon 40eme anniversaire c'était génial, on avait 120 personnes, c’était... je m'ai fait des garden partys, là il y avait un grand jardin avec musique et tout. Non, non, j'ai très bons souvenirs du centre bagatelle. Et le centre bagatelle les films comme nous passions ici, le film le lendemain () au centre bagatelle est passé là-bas pour les gens qui fréquentaient le centre bagatelle.
I1: Mais c'était beaucoup plus petit que le centre français?
PI: Bien sur il n'y a pas de comparaison. Et le centre bagatelle, en fait on peut dire c'est une grande villa. Le centre bagatelle c'est une grande villa, c'est imposant et là-bas ehh il y avait un appartement de gardien ehh et que j'avais donc pour lequel j'avais trouvé quelqu'un qui était un type super sympa et en plus il était jardinier et donc il s'occupait de l'environnement, du jardin, il s'occupait de la maison. Sa femme faisait un peu le ménage et (allons?) une bonne gestion. I1: Et il y avait combien de personnes qui travaillaient là-bas et combien de personnes quittaient ?
PI: Beh là-bas il y avait personne.
I1: Ah c'était juste le gardien ?
PI: Y avait le gardien et sa femme. Ils étaient logés gratuitement donc il travaillait gratuitement, parce que lui il avait un autre poste ailleurs il était chef des jardiniers au quartier Napoléon et il y avait ehh non parce que quand y avait des réceptions réveil des choses particulières on faisait appel à une une ehh un service de femmes de serveuse qui était disons, c'était centralisé au service du personnel et on envoyait une lettre, une demande c'est bon j'ai besoin de serveuse de telle heure à telle heure pour tel jour.
I1: Donc c'était surtout des événements culturels et les films qui étaient...?
PI: Là-bas oui, oui. Puis en plus...bon... Là-bas c'était utilisé en grande partie par des associations, des associations du troisième âge qui n'avaient pas de locaux, mais qui faisaient beaucoup de choses du culturel et aussi par l'association franco-allemande qui s'appelait "Groupe Nord". L'association franco-allemande "Groupe Nord" qui était surtout centré sur le nord de Berlin.
I1: Mhm et les associations, c'étaient ehm en rapport avec l'amitié franco-allemande ou est-ce que c'étaient juste des associations du quartier ?
PI: Non non en fait, en priorité des associations franco-allemands qui avaient (traits) avec la France sauf à Bagatelle comme quand les associations du troisième âge venaient nous voir pour : "est-ce qu'on peut avoir la salle le lundi parce qu'on se réunit". Nous on faisait un peu de social.
I1: Mhm, ehm et si pour le programme culturel c'est c'est beh c'était vous qui a géré tout ça aussi?
PI: Oui alors on avait des expositions de peinture. Il n'y avait pas de restaurant l'époque et à la salle du restaurant qui était un peu plus petite, il y avait régulièrement des expositions de peinture. Alors on prenait en priorité des artistes ehh disons avec un... qui avaient un thème français mais on prenait aussi souvent des artistes allemands donc c'était ehh on essayait de faire vivre cet aspect culturel. Moi j’ai...je dois avoir quelques photos ou j'ai fait des discours pour les pour les vernissages, on avait la liste pour l'inviter les gens et on leur donnait un verre de (critère) ou un verre de très bon () avec quelques petites amuse-gueules et puis ça permettait à l'artiste de se faire connaître.
I1: Et c'était ouvert tous les jours l'exposition là-bas ?
PI: Oui parce qu'en bas là-bas, il y avait un poste, il y avait un "Wachpo".
I1: Qu'est-ce que c'est un "Wachpo“ ?
PI: Wachpolizei.
I1: Ah ok. Oui. [I1 rit]
PI: "Wachpo". Wachpolizist hein, qui était chargé de la sécurité (I1: D'accord) donc c'était jour et nuit occupé et donc la salle d'exposition pouvait rester ouvert puisqu'il avait un "Wachpo" en permanence.
I1: Et généralement comment est-ce que c'était financé si le budget c'était payé par le militaire, eh par le gouvernement militaire ou par les Allemands ou?
Min 00:25:01 PI: Non en fait tout ça c'était payé comme beaucoup d'autres choses sur ehh des budgets, ce qu'on appelle des budgets "FODI". Ces fonds d'occupation dépenses imposés ce sont ce sont des fonds allemands.
I1: Oui et est-ce que vous avez dû montrer les...bah les factures au gouvernement militaire ou c'était plutôt les "Ämter" des Allemands qui...?
PI: Non non non plus, on ne montrait rien du tout aux Allemands. C'était géré par le...disons que la partie finance était géré en autonomie ehh donc en fait...voilà le problème qu'il avait eu avec mon prédécesseur (I1: d'accord). C'est qu'il y avait de l'argent dans la caisse et puis il allait boire un verre en discothèque, au bistrot
I1: Est-ce qu'il était suivi par les autorités? Je ne sais pas comment dire. Est-ce qu'il avait un processus contre votre prédécesseur?
PI: Non il n'y a rien eu parce que (.) c'est compliqué. Il n'y a rien eu contre lui parce que le général ne voulait pas faire de vagues parce que le problème comme il était pistonné par le premier ministre...
I1: Il ne voulait pas avoir un scandale politique.
PI: Il dit au premier ministre, il dit "Étouffez l'affaire" et lors on parlait a l'ambassadeur et l’ambassadeur dirait au général "Bon laissez tomber c'est des bagatelles" hein. peut-être que quelques milliers de Marks sont partis hein, ce sont pas des millions. Non mais ça, c’était...c'est pas un cas unique ehh il y a des choses plus importantes. Donc le plus important c'est déjà qu'il partait ein, qu'il soit licencié enfin plutôt c'est moi qui était obligé à donner sa démission pour éviter qu'il est poursuivi en justice de façon à régler sans faire de vagues, ce que m'avait demandé le général.
I1: Et après vous vous avez eu une liberté ehh la liberté de choisir dans quel domaine vous voulez investir plus d'argent ou c'était le général qui vous avait dit?
PI: Le général ne s'occupait pas du tout. Je gérais en autonomie complète comme si c'était mon affaire, je le gérais en autonomie complète et tous les trois mois ou tous les six mois on faisait un petit contrôle, un petit rapport qui allait au général, c'était pour lui dire qu'est-ce qu'on en a fait. On fait trois pièces de théâtre on a fait trois concerts, on a fait de vernissage, on a fait venir 3000 jeunes à l'hôtel etc. donc c'était une sorte de petit de petit bilan compte rendu et ça fonctionnait très bien. (ça n'a jamais été..) tous les généraux, j'avais la...vraiment...j'étais de très bien côté.
I1: Et il y avait combien de gens qui travaillaient ici ehm pendant votre...?
PI: Ehh sur mes listes de salaire j'avais 28 personnes.
I1: Oh d'accord et c'était...il étaient tous ici à plein temps ou?
PI: Eh oui tous à plein temps et eh tous bilingue.
I1: Ah d'accord.
PI: À l'époque j'avais...eh j'avais trois (..) onze ou treize secrétaires () onze ou treize secrétaires et la il y en avait trois qui étaient en sténo, sténo française et allemande. Parce que comme il y avait...je faisais énormément de courrier parce que je m'occupais à chaque fois qu'il y avait une lettre qui était adressé au général pour organisation de voyage etc. ou pour demande de musique militaire tout ça arrivait sur le bureau et donc j'étais obligé de traiter et puis souvent c'était en fait moi (projet) de réponse donc j'avais énormément de correspondance et pour [PI tousse] si je n'ai pas eu des secrétaires en sténo j'aurais jamais pu faire le tout le travail parce que j'avais deux postes à gérer. J'avais le centre et j'avais des relations internationales
I1: Mhm. Mais c'était vraiment 50 % un poste et 50 % l'autre poste ou c'était...?
PI: Non c'était, c'était ehm (.) plutôt 30 % les affaires du centre et 70 % les autres affaires parce que je faisais venir ici les grandes écoles militaires, le centre des hautes études de l'armement () et en plus de ça, j'étais responsable de l'organisation de la fête franco-allemande. (.) Oui et là il fallait organiser, il fallait faire venir des groupes folkloriques, faire le choix des groupes folkloriques et toute l'organisation et l'organisation c'était...on avait 10 ou 15 pages hein. Tout ce qu'il fallait faire, toutes les les, les entretiens, les réunions avec la police berlinoise pour le, le (.) (I1: La sécurité)...la sécurité et l'accès etc. C'était (.)
Min 00:30:18 I1: Ehhh ehm ok je vais voir que, que je ne rate rien.
PI: Non mais c'est pas grave, s'il y'a quelque chose et de façon vous avez mon numéro. À partir du moment où il y a...il y a...vous avez besoin d'un renseignement complémentaire, passez un coup de fil ou m'envoyez un petit mail.
I1: Oui Florian il m'a aussi dit qu'il sera très intéressé de regarder dans vos archives parce qu'il m'a raconté que vous avez aussi sauvegardé quelques documents avant qu'ils étaient tous ramenés vers la France.
PI: Oui mais en fait ce que j'ai sauvegardé ça ne concerne pas tellement le centre.
I1: OK.
PI: Non ce que j'ai sauvegardé, j'ai sauvegardé tout ce qui concernait ehh la fête franco-allemande (I1: Ah d'accord.) hein parce que pas pour le centre pour le ehh pour l'organisation parce que ensuite j'ai repris la fête franco-allemande à titre privé
I1: Oui vous l'avez aussi ramené à d'autres villes non je pense que j'ai vu ça...
PI: Ah oui j'ai fait ça aussi a des...()..dix années à Stuttgart, cette année à Hamburg, ehh 18 ans à Ulm, ehh Lindau, 5 ans à Friedrichshafen, 10 ans à Paderborn, ehh 2 ou 3 ans à Heidelberg, 3 ans à Mannheim. Ehh j'ai fait le tour de l'Allemagne. Eh j'ai oublié 15 ans à Chemnitz.
I1: Ah. C'est dans l'est de l'Allemagne, c'est intéressant.
PI: Oui 15 ans à Chemnitz, c'était très bien. J’ai des photos, c'était () c'était...les gens étaient...les gens avaient soif de découverte, c'était super.
I1: Est-ce que vous avez si toujours des anciennes photos du centre?
PI: Oui j'ai commencé () ce matin je me suis décidé ce matin à sortir un peu de toutes mes armoires. Bon Je me suis arrêté en cours de chemin parce que j'ai des milliers de photos en tout. Et j'ai vu avec ma femme, j'ai dit (le flacon). On a déjà fait des classeurs année par année, mais il va falloir que je...que je...que je fasse un peu le tri. Parce que je crois que j'ai encore des photos en noir et blanc sur le centre mais qui datent de 81. Avant 81, j'en ai pas parce...ce que il y a c'est que lorsqu'on a fermé la maison, il y a un colonel qui est venu avec une dizaine de soldats et qui ont mis toutes les archives toutes les archives dans le dans le camion broyeur à la poubelle...
I1 rit: Ça fait mal.
PI: Bah oui. Alors donc vous avez travaillé, vous avez...et on avait...je veux dire on avait une organisation de bureau parce que moi j'ai fait quand j'étais à Paris une autre fois en école de commerce, il y avait un cours d'organisation de bureau c'était gratuit et comme...bon, j'ai m'intéressait j'ai fait le cours d'organisation bureau. En en fait si on a un classement par couleur et alphanumérique hein, c'était vraiment ...on...dès qu'on avait un courrier, je savais que c'était dans quel armoire, quel dossier et tout. C'était...donc pour l'efficacité, on évite de chercher pendant une heure le dossier et même si certains dossiers datés 10 ou 15 ans, j'aurais retrouvé tout de suite dans l'espace de cinq minutes le dossier. Donc on avait un, un très bon classement. Et quand on voyait tout ça partir à la poubelle, c'est [PI imite le bruit BOUM] bon.
I1: Mais si vous trouviez quelques photos je pense que ça serait intéressant surtout pour l'exposition que...
PI: Oui je dois avoir quelques photos après il faut les faut les faire agrandir
I1: Aussi si vous avez un exemplaire un ticket du de la bibliothèque ou de du cinéma tout ça, ça serait aussi intéressant je pense...
PI: Oui, oui c'est qui est dommage qu'on n'a pas beaucoup d'archives puisque toutes les archives ont...mais moi je le savais parce que j'étais prévenu avant on me dit "attention je crois que dans un jour ou deux il y a un camion poubelle qui va venir, toutes les archives vont être mises à l'air" et moi j'avais prévu j'en ai amené quelques cartons d'archives, mais ce sont des archives qui m'intéressaient moins, c'est-à-dire l' organisation de la fête franco-allemande pour ne pas avoir à chercher des contacts
I1: Mhm. Ehm Et généralement le public qui venait ici, c'était, c'était qui qui venait au centre c'était...bah vous avez déjà dit des Français, des Allemands mais c'était plutôt des Allemands ou c'était plutôt...?
PI: Plutôt d es Allemand il y avait. 80% Allemands.
I1: Et du quartier ou aussi un peu d'alentours?
PI: Eh surtout du quartier...surtout le secteur parce que ce centre a été créée en 1961 pour promouvoir la culture française dans le secteur français et donc que c'était quasiment 16 ans après la fin de la guerre, c'était pour disons resserrer les liens entre les Français et les Berlinois du secteur français c'était des c'était l'époque où on ne parlait plus de troupes d'occupation on parlait eh...Comment-on appelle ca? C'était plus c'était, c'était des troupes plutôt amis que des troupes ennemies.
Min 00:35:41 I1: C'était ehm (.) [I1 rit]. Ehm c'était... ça a changé beaucoup pendant dès le début jusqu’à la fin de l'occupation du stationnement des amis ici. Est-ce que vous en savez plus
PI: Oui bah disons que ehh Berlin est un statut d'occupation jusqu'en 1990 et ensuite les forces françaises n'étaient plus des forces d'occupation, les forces françaises, c'étaient des forces invités à Berlin par le gouvernement allemand.
I1: Et c'était un ressenti comme ça par toutes les forces françaises?
PI: Bah oui en fait...bon on a vu...oui et non, on a eu on a vu la différence (.) c'est à partir de 1990 on a on a commencé à changer les numéros, les plaques des véhicules. J'avais de moins en moins des plaques GMB- Gouvernement Militaire Berlin. Moi par exemple, j'avais une plaque Gouvernement Militaire Berlin. J'ai rendu mes plaques et on a mis des plaques militaires, donc je faisais partie des, des forces militaires même si j'étais civile.
I1: Ehm et quelle était la...bah le, le sentiment de la population berlinoise si envers les Français? C'était très accueillant?
PI: Très, très bon. Très, très bon. Ehm la preuve c'est que le dernier défilé militaire qui a eu lieu à Tegel dans la Berliner Straße hein à Tegel eh le maire de l'époque René (Konov) m'a demandé d'organiser une sorte de petit village pour que les gens puissent manger un petit truc, il me dit "Oh il y aura peut-être 20.000 ou 30.000 personnes" mais on avait au moins 90.000 (I1: Wow.) J'ai mis une petite tour Eiffel dans la zone piétonne, une comme celle-là, comme celle-là [montre probablement sur celle devant le CFB] dans la zone piétonne de Tegel. Comme d'habitude sans autorisation parce ce que dans mon esprit on était encore en statut d'occupation mais c'était pas vrai [PI rit]. Alors c'était amusante, une petite anecdote. Petite anecdote il y a le commissaire principal ici de la police Berlinoise de, il me dit "Monsieur Capoen le temps des alliés est terminé. Vous avez monté une tour Eiffel sans autorisation!" Ah je disais "Je suis vraiment désolé" Ah il disait "Bon alors pour cette fois-ci, ça ira" [PI rit]. Il y avait des liens d'amitié mais avec tous les services. Je dois dire qu'ici, ici par exemple dans le cadre de la fête franco-allemande, moi j'ai invité les élus locaux de l'ensemble de Berlin près du mur qui soit aussi de, de l'ex-secteur soviétique. Eh j'ai invité la police Berlinoise, ceux qui étaient en poste je savais qu'ils travaillaient un peu plus à cause de nous je les ai invités à venir avec leur famille venir passer une bonne journée une bonne journée avec la famille. Eh donc il y avait quand même des liens assez étroits. J'ai mis en place la journée des enfants handicapés. On faisait venir pour une journée un millier d'enfants handicapés [La conversation est interrompue par l'intervieweur 2, qui entre dans la salle.]
I2: Monsieur le directeur!
PI: C'est comment votre nom déjà?
I2: Eh je m'appelle Florian, j'ai oublié. Ca va?
PI: Oui, oui ça fait plaisir de vous voir.
I2: Oui (PI rit). Très bien, oui merci de prendre du temps.
PI: Oui mais non, c'est bien puisque Sophie elle est très gentille et très intéressé
I2: Oui on travaille à fond la dessus.
PI: Ah donc il y a un double avantage: elle est gentille et elle est intéressée.
I2: Voilà [P3 rit] Et en plus, elle travaille très bien donc eh.
PI: C'est vrai? ()
I2: Non mais ça c'est bien lancé là cette affaire de l'histoire, enfin.
PI: Oui c'est bien ça. Donc j'ai dit à Sophie bon () quand on aura fait le point final, s'il y a encore des questions, il faut me les envoyer. Par contre que tu as dit que j'avais encore des documents, mais je n'ai plus grande chose hein, tu sais bien que tout a été [Conversations en arrière-plan].
I2: Oui, oui je sais, mais tu avais récupéré un ou deux cartons, tu m'as dit.
PI: Oui mais non. Oui mais j'ai récupéré 1 ou 2 ou 3 ou 4 cartons de déménagement. Mais c'étaient que des dossiers concernant mes activités personnelles concernant la fête franco-allemande etc. Là j'ai encore des activités sur les groupes, sur l'organisation générale etc. Et pas, pas ce qui concerne directement le centre parce que moi ici j'étais pas seulement patron de la maison, j'étais patron de la maison pour 30-35% et j'étais à 70 %...Bonjour Sylvie. [Sylvie, I3, entre dans la salle.]
I3: Bonjour William ça va?
Min 00:40:23 PI: Et toi ça va?
I3: Oui oui. Ça va? Ouais?
PI: Ouais, très plaisir de te voir. (P4: Ah pareil) J'ai demandé j'ai demandé ou t'étais (P4: Ah c'est gentil) pour venir te dire bonjour. [I3 rit]
I3: Et là je pense que dans tâche qui te fait plaisir.
PI: Oui non mais oui, c'est sympa, c'est gentil [P4 parle en arrière-plan] Oui j'aime bien.
I3: Ok je parts.
I2: Oui donc tu te dépasses en 80%.
PI: J'ai dit 60 ou minimum 65-70 % mes activités étaient autres que celles du centre. Oui c'était les relations internationales, c'était la venue des écoles militaires, c'était des milliers de correspondances que je faisais pour le le général. Ça j'ai expliqué, j'avais trois filles qui étaient sténodactylos et eh qui (prestaient nous) françaises ou allemandes. Non là c’était... et c'était une activité monstre.
I2: Mhm. Et donc, mais... c'était ta deuxième partie en fait, parce qu'au début tu commençais en [19]81 ici directeur jusqu’au?
PI: Non mais en 81 quand j'ai commencé ici, j'étais ici le matin, l'après-midi au quartier Napoléon (P3: Ah oui ok.) Et après comme j'ai vu que quand j'étais ici le matin là-bas, mes petites secrétaires ehh cela coulait douce et puis quand j'étais là-bas ici on sortait le tricot, on faisait des bigoudis (). Là, c'est encore comme ça? Non non non mais le problème c'est que (.) j'étais...j'étais pas forcément dans la catégorie des gentils patrons. Non non, mais je peux vous le dire. Y en a qui disait même à ma femme "comment pouvez vous rester avec ce type". Hein mais pourquoi, parce que quand on a 28 personnes, tu ne peux pas que te (péter) de l'autre côté de la barrière, tu peux pas être toujours gentil avec tout le monde. (..) [P3: Oui; hilarité générale].
I2: Autre sujet, oui [hilarité générale]. Et avant 81, c'était qui encore le Monsieur là tu disais?
PI: Bruno Delaire.
I2: Bruno Delaire, oui.
PI: Qui était pistonné par Pierre Mauroy, Premier Ministre et que j'ai poussé dehors alors que j'étais pas du tout encore hein mais le général Liron à l'époque m'avait dit "Capoen, j'ai () sans faire top de vagues" parce que comme il était recommandé par Pierre Mauroy, suffit qu'il dit à son ministre j'étais viré par Berlin le ministre prévient l'ambassadeur et l'ambassadeur tape sur les doigts au mil...eh au général, c'était comme ça. Même qu'il ait raison ou tort.
I2: Oui peu importe si c'était justifié ou pas.
PI: Oui c'était.. c'était le reflet de l'époque parce qu'à l'époque, moi j'ai fait des trucs ehh effectivement, eh la première exposition d'art contemporaine dans les autres (cotes) de Wedding mais c'était un scandale, c'était pas possible. Et après, y avait toute une équipe de Jack Lang qui est venu en avion entier, ils ont occupé un quatre-étoiles et au bout de six mois, il était toujours pas payé la facture. Voilà la facture était payée après sur une question de gouvernement militaire ok. Pourquoi? Parce qu'on avait honte que la France n'ait pas payé. Et ça, on tombe sur les politiques hein. Et tous ces gens...mais il y en a un, hein il doit me remercier. Dans le cabinet de Charles Hernu, cabinet du ministre de la défense, le ministre dit "Oui...vous pourriez embaucher pendant deux mois à un tarif à l'époque complètement débile...de l'ordre 10000 Marks par mois, Monsieur Intel". Je disais non, je dis vous mettez des fonds en place, on fera, vous mettez pas des fonds en place, on ne fera pas. Ah je croix le colonel à l'époque, il me dit "Mais cous, c'est le ministre de la défense, on ne peut pas lui répondre ca". Puisque je vous le dise "Je fais tout toute l'équipe de monteur, c'est pas possible et puis finalement il n'est pas venu.
I2: Ok.
PI: Voilà c'est, c'est tout. Bon, c'est des petites anecdotes.
I2: Mais bien sûr oui.
PI: Oui j'ai cru en Bouquet en ailleurs () à toutes ces petites anecdotes
I2: Je (mérite) que t'as beaucoup de questions encore hein à poser enfin sans que je pas interrompre...
I1: Bah tu peux aussi poser les tiens.
PI: Oui mais j'ai pas là...Concernant les archives, je, je suis en train de la.. je me suis décidé mais un peu tard, j'ai commencé ce matin à sortir toutes mes caisses avec les photos. Effectivement, je vais avoir quelques photos, mais c'est des photos de vernissage, c'est des, des photos de de...mais sinon, concernant les archives du centre, je n'ai pas grande chose. Sauf des archives à partir de de ehh (.) de l'année ou on a rouvert le centre avec Brocke et l'ambassadeur.
 


Willliam Capoën

Zeitzeugengespräch
25.11.2020 (Teil 2)


Transkription von Tom Strauch (Universität Trier)

Interviewt von Sophie Lutz (FU Berlin)
Ort: Centre Français de Berlin
TeilnehmerInnen: Florian Fangmann, Sylvie Matthias (CFB)
 


Min 00:45:12 I2: Ça, j'en n'ai pas mal aussi () Là on a pas du tout trouvé l'information, c'est, c'est les finances. En fait, tu m'as expliqué une fois je me souviens que les factures ici, vu que c'était payé par les contribuables en fait par les, les impôts des Allemands, qu'on voyait pas vraiment des factures d'électricité et?
PI: Ah non, tout ce qui était...tout ce qui était au électricité, chauffage hein, tout ça c'est les factures étaient directement ventilé sur le service du budget au quartier Napoléon qui payait ça sur budget "FODI", c'est fonds d'occupation dépenses imposées, c'était des fonds allemands.
I2: Et ça c'est pareil pour tous les alliés en fait, pour les Américains, pour les Britanniques?
PI: Ah c'était un peu différent. Nous, les Français () les français, je dois donner un exemple. Les français avaient par exemple 500 millions de Marks. C'était peut-être plus, mais 500 million de Marks budget annuel. Ce budget annuel, il fallait le justifier auprès des allemands, donc auprès l'Oberfinanzdirektion. (.) Et après l'Oberfinanzdirektion mettait son petit tigre gris, et puis après c'était géré ici et ici, il payait et après...éventuellement, c'a partait à l'Oberfinanzdirektion mais le problème c'est qu'il faut savoir que c'était un statut d'occupation, donc si on a dit "nous on est pas d'accord" , on dit "Vous êtes pas d'accord, voilà ce qu'on vous impose". (I2: Oui, oui c'était imposé là). C'est pour ça que ça s'appelle fonds d'occupation et dépenses imposées. (..) Ah oui c'est toute une histoire.
I2: Et les [B1 rit] quand quelqu'un venait ici par exemple je ne sais pas la Musikschule Wedding, Volkshochschule Reinickendorf ou même un privé, est-ce que vous avez fait payer pour récupérer la salle ici ou pas du tout?
PI: Non non, non ça faisait partie...ça faisait partie du gentlemen agreement. Par exemple, on travaillait en liaison avec le Kunstamt Wedding Bon, et bien le Kunstamt Wedding, quand il utilisait les locaux, il ne payait rien du tout. Mais nous, On ne leur a pas fait payer puisque normalement on était pas censé leur faire payer. Sinon on les aurait fait payer (I2: Deux fois) hein deux fois. Ils payaient déjà avec leurs impôts [PI rit] oui et puis. Non...bon ça faisait partie du gentlemen agreement. Les...les...tous ceux qui venaient, même pour l'hôtel, les, les scolaires, ils payaient à l'époque peut-être 5 Mark par nuit. Vous savez pas, 2,50EUR [PI rit] la nuit. Le personnel était payé sur fonds d'occupation.
I2: Tout le personnel ici?
PI: Oui tout les 28 personnes figurés sur...également sur les guises de salaire eh qui étaient géré par le service du personnel et du budget. C'était un service qui était allié. C'était...Donc y avait pas besoin de finances. Les seules finances qu'on avait, c'était par les billets des cours de français. (.)
I2: Et là, vous avez encaissé les gens ou? (I1: Oui). Et les cours de cuisine, ça existait encore ou?
PI: Ah non, quand j'ai pris, vous (savonnez) on avait arrêté les cours de cuisine. On avait encore eu un ou deux, ça se passait là où il y avait la cuisine, qui est là () il y avait une grande grande cuisine, il y a des cours de cuisine mais eh ça a arrêté...les cours de cuisine ont dû arrêter dans les années 78.
I1: Mais y avait plus de gens qui étaient intéressé ou c'était juste un choix? ()
PI: C'était surtout trouver un prof, un cuisiner qui fasse les cours de cuisine. (.) (I2: Ok d'accord). Mais...bon c'était assez amusant parce que moi un jour j'étais avec le docteur Richter, patron de la Oberfinanzdirektion avec lequel on était vraiment en très bon terme hein. Il venait chercher du vin chez moi à l'Algrange après la lèche du mur. Ehh bon il s'accommodait de la situation [du bruit à l'arrière-plan] mais par contre par rapport aux autres alliés, les Américains eux récupéraient le fric qui était envoyé sur Francfort. Et c'est Francfort qui gérait pour, pour avoir une certaine équité dans les dépenses sur toute l'Allemagne. Les anglais, c'est pareil, c'était envoyé à Londres et les anglais achetaient ce qu'ils voulaient, ils achetaient des matières anglaises etc. Nous on avait trouvé...c'est pour ça qu'on était très bienvenue... très...très bien côté par les allemands parce que nous, on disait l'argent allemand doit rester en Allemagne, donc l'argent qu'on avait servait à acheter (.) des cuisines allemandes, des frigos allemands, des voitures hein allemands, cinq on avait ehh Mercedes, Mercedes, surtout Mercedes et Opel. Moi j'ai eu une Opel Kadett et une Opel (Obega)
Min 00:50:17 I2: Et le personnel aussi, il n'y avait pas mal d'Allemands qui travaillaient aussi pour vous, c'est ça?
PI: Bah écoute, eh moi j'avais sur 28 personnes (.) j'avais une dizaine de français ou françaises et une quinzaine d'allemands. Eh parmi les allemands, c'était je te dis...Parler comme... t'es allemand, toi? [Question à I1]
I1: Oui.
PI: Beh oui comme toi. Parler et...
I2: Tous bilingue.
PI: Français. Totalement français. J'avais des filles qui étaient en sténo qui étaient sensationnels, qui...Je dictais pendant 2 heures (.) une heure après, e paquet des feuilles était là, il y avait juste à corriger, c'était [PI rit] J'ai encore des statistiques là-dessus, sur tout ce qu'on à fait. Je disais toute à l'heure à Sophie, on a peut-être favorisé la venue à Berlin (.) disons (moi de longtemps) minimum 30.000 jeunes, 30.000 scolaires, étudiants.
I2: De France?
PI:
I2: Et ils étaient hébergés ici en (PI: Bah.) souvent ou extérieur aussi?
PI: Non, ceux qui était dans le cadre de l'échange franco-allemand étaient hébergés chez leur correspondants et ceux qui n'avaient pas d'hébergement hein, on les a hébergé au cinquième. Et il y avait juste 30 (I2: plusieurs dortoirs.)
I2: Et ehm tu connaissais encore peut-être une (Tome) Meyer?
PI: Ah oui, elle est mort à 50 ans à un concert.
I2: Concert, oui. Elle était juste un ans ou deux ans à la direction, c'est ça?
PI: Oui () mais Tome Meyer, elle était bien mais euh...elle était trop copine avec les autres filles. Donc c'est, c'était ehh quand je suis arrivé, c'est ah peut on faire les courses pendant les heures de service, c'était (gênant). Donc pour ça la pause de midi ou pour ça le soir après le service. Mais c'était...elle avait un peu pourri le système.
I2: C'était une allemande ou une française?
PI: Une allemande.
I2: Ah ok.
PI: Mais qui était totalement bilingue. Mais la pauvre, elle était très gentille mais elle n'a pas eu de chance à 50 ans.
I2: Mhm. Et elle était juste un ans ou 2 ans à la direction, c'est ça?
PI: () Oui deux ans.
I2: Et c'est elle qui a repris de Corcelle, c'est ça?
PI: Oui et c'est elle qui a repris après Corcelle. (I2: Ah oui) Corcelle, lui il est déjà arrivé en [19]45 ou [19]46. Et Corcelle, lui il dirigeait aussi le centre Wedding à la Seestraße. (I2: Le foyer là haut, oui.) Et Corcelle, c'est lui, le docteur Charles Corcelle, c'est lui qui était responsable de la...eh de tous les tous les personnels quand on construisait les pistes de Tegel pendant (plus rien). (I2: Oui) Donc c'était quelqu'un assez costaud. [PI tousse] Corcelle, mais il était un peu pareil Corcelle. Oui je le sais, c'est que il arrivait ici au bureau l'après-midi à 16:00 heures et après il gardait les secrétaires jusqu'à 02 heures du matin, puis si elles mouftaient, elles étaient virées.
I2: Ah oui?
PI: Ah oui oui. C'était...C'est un connard (fini).
I2: Et tu l'as connu au début?
PI: Ah je l'ai connu, oui. J'avais (). En plus, il est...il était un caractère acariâtre parce qu'il bouffait que des légumes et des carottes. [PI rit]
P4 [entre à nouveau dans la salle]: Comme une petite souris. (PI: Oui) Ça m'intéresse.
PI: Ça t'intéresse? [I3 rit] Bon on fera...on fera une petite séance pour Sylvie alors.
I2: Oui c'est ça, oui.
PI: Non mais... Il y a des trucs sympas. Les histoires près de la semaine française dans la Müllerstraße, c'était sympa ça. Plein de commerçants qui avaient mis leur vitrine aux couleurs françaises.
I2: Mhm. C'était quand ça?
PI: Ehh (..) 82, 83, 84...82, 83, 84 hein et il y avait un défilé avec la musique militaire qui partait de la mairie de Wedding jusqu'ici, toute la Müllerstraße. Et avec la musique militaire... c'est dommage qu'on n'a...qu'on n'ait plus les vidéos maintenant. C'était...c'était toute une époque ça.
I2: Et tu as encore des vidéos? En fait, en général des vidéos, des cassettes VHS ou un truc comme ça ou? Non hein? Seul le centre...
PI: Ehh (..) Non, non, non. (.) Non, je sais...c'est, c'est... de façon, quand toutes les archives étaient détruites, c'est toutes les, toutes les bandes qu'on avait aussi hein. Toutes les...on avait aussi des, des, des cassettes VHS hein. Tout ça, c'est partie à la (.) au broyeur. Tout, tout, tout, ils ont vidé les armoires, les bidasses [soldats], ils s'en foutaient hein.
Min 00:55:03 I2: Et ça c'était en 80...juste avant les..?
PI: Ça c'était en [19]93.
I2: 93 ok.
(...)
I1: Est-ce qui est il y a quelqu'un qui est venu ici pour ehh tourner des choses pour la télévision aussi? Parce que j'ai vu ça dans des autres rapports... dans les rapports de Monsieur Corcelle par exemple que que...
PI: Corcelle?
I1: Oui il a écrit que pendant son temps, il y a deux fois la télévision qui est venu pour tourner des émissions sur le centre mais c'est..
PI: Oui bah comme maintenant comme toi, tu fais venir la télé pour faire des prises de vue. Ehh oui ça se faisait ehh qu'est-ce que...
I1: Mhm. Mais c'était plutôt pour le, le eh la télévision française ou la télévision allemande?
PI: Non à l'époque, il n'y avait pas la télévision française sauf en France. Mais on avait un type qui était venu filmer. Je ne me rappelle plus en quelle année. Reischenbach, il s'appelait Reischenbach...Quelqu'un () fait une vidéo sur ehm sur les Français à Berlin. Donc il a peut être aussi...Reischenbach. Je l'avais emmené en vedette le nom de la la Heiligensee, le long de la ligne de démarcation qui avait au milieu du lac. Il y avait les bouilles au milieu, il ne fallait pas déplacer, sinon on () apparaitre vite les allemands de l'est arriver. On allait les narguer avec la vedette et les drapeaux français. [Hilarité générale]
I2: Heiligensee là.
[Conversations en arrière-plan]
I1: Et ehm j'ai quelque part aussi ehh le seul endroit où on faisait des exercices militaires ensemble avec les autres alliés, dont les Britanniques et les Américains, c'était dans le sud, la Lichterfeld, c'est vrai?
PI: Ouais, c'était... je sais pas si c'est pas si... c'est pas un gâteau.
I2: C'est un gâteau ça?
PI: Je crois oui.
I2: C'est marqué dans le sud de Berlin, mais je ne sais pas...
PI: Oui oui. Je croix que c'était à oui...bah y avait des exercices interalliés. Moi, je n'ai pas connu parce que moi, moi je n'ai jamais crapulé de ma vie. Ehh (.)
I2: Et les échanges...Les britanniques, les alliés...
()
PI: Moi j'étais pendant 10 ans, j'étais président du club nautique français ehh et nous on faisait régates interalliés, alors une année c'était chez les Britanniques, une année chez les Américains une année chez nous et puis ehh... bon, après il y avait des coupes, ce qu'on appelait les tripartites. Oh c'était sympa ça, c'était vraiment sympa. Moi j'ai des bonnes anecdotes. Hein c'est quand le vent souffle (..) quand tu rentres dans le, le Wannsee, avant la, c'est partie de la Hafel. Quand le vent souffle, ça souffle. [PI rit].
Oui oui. Mon beau-frère, il a aussi une voile là bas.
PI: Oh la la. Je vois. Voilà tu sais. Wannsee.
I2: Et ehm donc on passe un peu du (coquelin), mais bon, c'est pas grave. Les 25 km là, la course qui était initié aussi par les français, c'est ça ou? (PI: Oui.) C'était une course ouvert pour tout le monde ou?
PI: Ouvert pour tout le monde, oui . J'ai participé au démarrage.
I2: Ok, ça était de quand à quand? C'était une?
PI: Ah attends. Ça c'est une question pratique pour que je regarde...
()
I2: C'était déjà à l'arrivée ou?
PI: Oui bien sûr parce que j'ai participé avec le capitaine de l'état-major eh eh commissaire près en musique. Eh cela a pris de l'ampleur. Les 25 km de Berlin, moi j'ai participé 3 fois hein. Et 3 fois pas à l'organisation, 3 fois à courir. (I2: À courir?) Bon À l'époque, j'avais 30 kilos de moins [PI rit]. J'étais pas si bien nourri.
I3: Ah je ne savais pas qu'il avait ces 25 km de Berlin.
()
I2: Oui c'était un grand événement. Et la Tour de France, les étapes de la Tour de France ici.
PI: Ah [19]87.
I2: Vous étiez impliqué un peu?
PI: Ah oui. C'était le, l'ancien directeur de l'Ibis. J'ai plus...j'ai plus son nom. L'ancien directeur de l'Ibis, c'est pour ça que sur des affiches de la fête franco-allemande, tu as en bas le vélo.
I2: Oui c'est la le partenaire, créé juste après quoi encore (). Et c'était Chirac à l'époque, le maire de Paris?
PI: Je crois oui. Et c'est la (Berlin) qui était dans le cours, j'ai bu un verre avec lui un verre sur la fête franco-allemande sur la terrasse du restaurant. Oui là bas. Comme c'est un breton, et puis comme j'avais un copain, qui était breton aussi. C'était tout...Il me disait "Ah tu peux pas" , je disais oui oui OK. Je l'ai demandé de venir, il est venu sans problème.
I2: Oui, oui. (..) Hm. (...) Oui. (.) Et ehm le pavillon du lac () en fait, il y avait un lien avec le centre? Le pavillon du lac, le restaurant ou? (PI: Non.) Tous les endroits un peu français en dehors du centre...
Min 01:00:02 PI: Mais non, le pavillon du lac, c'était le restaurant qui a été mis en place par l'administration civile du gouvernement militaire.
I2: OK. Et c'était lui qui a construit?
PI: C'était construit sur un terrain qui appartenait au Forstamt, hein c'est pour ça que ça fait des problèmes à la fin et que pendant plus de 10 ans, 15 ans, il a resté fermé parce que personne ne se sentait concerné. Et on a presque failli avoir le même problème avec le club nautique. Parce que moi je suis un des, des membres fondateurs du club nautique français de Tegel, eingetragener Verein EV. D'ailleurs ça m'avait (fallu) pas de problème. Chez nous, hein parce qu'il y avait quelques connards dans le ministère de la défense qui disaient "vous, vous vendez vous vendez nos biens à vendre avant qu'on soit parti" [PI rit]. J'ai rien vendu du tout. On assure l'avenir.
I2: Mhm. (..)
PI: C'était incroyable, incroyable. Alors même, ça c'est une anecdote un peu ehh disons qui laisse en très bon souvenir, c'est que le mec qui était responsable civile du ministère de la défense, il avait fait envoyer des ouvriers souder la porte d'accès entre les deux clubs, entre le Tegeler Segelclub, allemand et nous. Alors c'était la porte de l'amitié qui avait pas de serrure, qui restait toujours ouverte. Il avait fait souder la porte. Alors (.) moi j'arrive, j'étais dans ma colère, qu'est-ce que j'ai fait?
I2: Dépiter la porte?
PI: J'ai mis un grand briquet à la porte, les soudures empiétés et une heure après, j'étais chez le générale, j'ai dit c'est scandaleux. Le général est venu s'excuser auprès des allemands. (..) S'excuser, il a dit "C'est un collaborateur trop ainée". Ah oui, les petits trucs comme ça. (.) Bon, il est mort le mec, j'ai dit pour le personnel, c'est une ordure. [I2 rit]. Ah oui, ah oui il était mauvais. Oui oui.
I2: Et les relations entre ici et le quartier Napoléon? Comment...est-ce qu'il avait beaucoup de gens qui fréquentaient le centre par le quartier Napoléon?
PI: Non, au quartier...si, ils venaient quand on a eu des expositions de peinture, quand on a eu des vernissages, il y avait toujours une, oui...vingtaine, vingtaine, trentaine de personnes qui venaient de, de la garnison. Sinon non, il y avait très peu de relation. Pour eux, c'était comme si c'était une entité qui leur appartenait pas.
I2: Parce que c'était franco-allemande?
PI: Non parce que c'était indépendant.
I2: Oui parce que aussi, c'était franco-allemand. C'était pas... ()
PI: Et le pavillon de lac, pavillon de lac, c'était superbe. Pavillon du lac, ehm les membres des forces eh ou ceux quiet pour le cinéma elle est militaire il fréquenté de Puteaux le sinon ici c'était surtout les 90 % de leurs leaders comme les gosses c'est juste intégreraient titulaire de la carte GMB, Gouvernement Militaire Berlin, on avait 40% de réduction sur les prix. Suffait que tu pouvais te prendre le cœur d’Angus pour eh 10 Marks [PI rit] C'était...Je dois encore avoir quelques factures, oui. Tu peux pas raconter ça, les gens vont dire que t'es un menteur.
I1: Et pour le cinéma, eh les militaire, ils fréquentaient plutôt le cinéma?
PI: Non non parce qu' ici c'était surtout des...ehh disons 90 % films allemands et les militaires français, eux fréquentaient plutôt le (BigAndBen) , l'Hollybird, le Twenty-Five, ehh [PI rit].
I2: Et L'Aiglon?
I3: [en arrière-plan]: Et L'Aiglon? (PI: He?) Et L'Aiglon?
PI: Ah L'Aiglon? Si, à l'époque... par contre, comme L'Aiglon, c'était juste ehh disons c'était quasiment intégré dans le quartier Napoléon. Le cinéma L'Aiglon était très très bien fréquenté, mais là L'Aiglon, c'était que des films français. Oui et L'Aiglon, là il y avait la villa à côté, c'était la villa eh eh...
I2' C'était le commandant à l'époque-là?
PI: Göring.
I2: Göring, oui.
PI: Göring hein. Göring. Et dans cette villa, elle était occupée de [19]42, [19]43, [19]45 eh par le général Sydow, S-Y-D-O-W qui était le général qui commandait la flaque du Grand Berlin. Et j'ai eu le plaisir de faire la connaissance de sa fille qui travaillait au ministère de la défense à Bonn. Je l'avais invité ici au quartier Napoléon au mess officier. Elle m'a montré un truc, elle me montrait un truc où elle faisait du cheval quand elle avait 16, 17 ans là son truc équestre et elle me montrait aussi... tu vois dans le mur trois points là devant le mess officiers, dès là il y avait l'aigle avec la croix gammée et tout, elle m'a montré des photos. C'est dommage, on n'avait pas la même possibilité que maintenant, tu prends ton téléphone portable, tu fais une copie. Ouais truc intéressant à me raconter comment se passait la vie à l'époque.
Min 01:05:12 I2: C'était la villa qui est juste à côté hein, de L'Aiglon. () oui s'ils l'ont vendu maintenant, il y quelques...
PI: Je ne sais pas s'ils ont vendu...
I2: SI, on a dû en fait.
PI: Oui non. Et là après, cette villa était occupée...une était occupée par le colonel adjoint du général et l'autre était occupée, français hein, et l'autre était occupée par Logard, Jean-Marie Logard, qui était l'administrateur civile de la défense, qui avait été envoyé par Paris pour couler le bateau. (..) Pour couler le quartier Napoléon. Et moi, j'étais directement sous ses ordres. Je te fais pas de dessin. C'était eh...PAS PAS drôle du tout. [PI rit]
I2: Oui, c'est une autre vie hein.
PI: Oui, c'était une ordure de première. Tous les matins, ils avaient une réunion de travail (.) et il avait un colonel, avec lequel j'étais () François Petit, il me disait un jour "William j'en ai marre, fais quelque chose hein, eh mets les pieds dans le plat ou alors démissionne." Ehh il dit tous les matins une demi-heure qu'on () pour baiser Capoen. Tu vois, le problème c'était simplement un problème de [PI rit] (..) Oui, voilà, et puis c'était le mec, oui eh le mec qui commandait des...sur fonds d'occupation, il commandait eh une centaine d'ordinateurs bulles qui n'étaient même pas sortis de leur carton et qui partaient après en carton, directement en carton à Paris après pour soit IGESA ça, soit...tu sais ce que c'est. L'institut social des armées. Et bref, finalement à faire tout ses petites bricoles, trouver un adjoint, un vice-président, une vice-présidente du IGESA pendant 2 ou 3 ans. Là j'étais sous sa classe.
I2: C'est clair. Et il n'y a pas mal d'histoires comme ça.
PI: Mais ça, il faut pas...ça il faut pas...
I2: Non, on ne va pas mettre ça dans (le doublant), mais eh...
PI: Tu sais qu'à l'époque, j'avais dix...je vais écrire un bouquin parce que j'avais...hein, sur tous les flux financiers aussi hein. J'aurais pu créer un bouquin et y en a un qui était au service des, des affaires financières, quand il appelait, il me dit William tu sais (Perigo) s'est suicidé avec trois (balles). Mhh. Là tu touches, tu touches au ministère de la défense, tu touches au...parce qu'il y avait des types qui venaient de Paris, KDU fonctionnaires qui margeaient à Paris et qui ici margeaient la même chose. (.) C'est fou, hein.
I2: Et c'est...voilà, renvoyé ou suspendu à Paris, ils ont fait leur poste ici en continuant la même chose en faite, on peut dire.
PI: Comment?
I2: En fait, ils sont partis de Paris parce qu'ils étaient obligés de partir, mais...
PI: Non, ils...non, non. Ils naviguaient, ils venaient dans ce qu'ils appelaient le "groupe de tutelle". (.) Eh voilà tiens, j'ai même un exemple. (..) C'est le comité d'orientation [PI rit], mais il n'a pas le droit à la parole mais eh, comment ça s'appelle maintenant?
I2: Conseil d'administration.
PI: Oui, conseil d'administration. Mais c'est pareil, ils venaient, ils écoutaient, mais il n'avait pas le pouvoir de décision. (.) T'as dû attendre avec eux, toi [I2 rit]. Ah non, c'est pas toi qui a mis ça en place, c'est Brocke, c'est Brocke [PI rit]. Et Brocke, à l'époque, il m'avait dit Ah, t'inquiète pas. Conseil d'orientation, on écoute leur avis, mais on fait ce qu'on veut.
Oui, et non pas conseil d'administration, ça c'est...
PI: Non, pas un conseil d'administration. Voilà on est loin du sujet là, non?
I1: Je voulais revenir surtout ehm à l'équipe qui travaille aussi parce que ehm en a déjà parlé qu'il y avait pas mal des Allemands aussi mais est-ce que si tu es aussi une équipe tout à fait féminin parce que je pense pendant le temps, pendant le temps de Madame Thormeyer, c'était juste des femmes oui?
PI: C'est ça. À l'époque de Madame Thormeyer hier que c'était que des femmes sauf un ouvrier d'entretien qui s'appelait Chaussy, son nom de famille Chaussy. Mais il y avait...() c'était celui qui nettoyait. Et sinon il n'y avait que des femmes.
I1: Et c'était la même chose quand vous êtes devenus directeur?
PI: Oui quand je suis arrivé, eh j'ai...bref oui, j'avais un type, il était chauffeur donc il faisait...il m'amenait à la gare ou il m'amenait... parce que c'est pareil j'ai évité de faire comme certaines collègues, qui ont gardé leurs chauffeurs en permanence (I2: Je reviens après) quand ils allaient en boîte de nuit et quand ils sortaient bourrés de la boîte de nuit, le chauffeur racontait le lendemain tous ses collègues [PI rit] moi j'ai jamais utilisé les chauffeurs la nuit, seulement pendant les heures de service
Min 01:10;22 I1: Mais c'était (PI à I3: Ça c'était les petits trucs, les petites anecdotes) c'était aussi des anciens militaires ou des, des ehm bah les familles travaillaient avant à l'administration de l'armée ou?
PI: Non non, non non, c'était des gens... parce qu'à l'époque, il y avait un service, service de recrutement au quartier Napoléon. Eh il y avait à peu près 4000 civils qui travaillaient et donc le service de recrutement ehh disait bon en tel service, il faut un chauffeur, en tel service, il faut un secrétaire masculin ou un homme et tout était encadré avec le groupe de salaire qui allait avec le poste et tout, tout était eh...
I1: Et donc les Français qui travaillaient ici, ils étaient bah souvent ils étaient déjà arrivés à Berlin avant ou ils pourraient aussi venir directement de la France pour travailler ici?
PI: Non non, venant de France, il n'y avait quasiment pas. (I1: Ok.) Non, y avait ceux qui étaient envoyés par les affaires étrangères ou par l'administration du ministère de la défense, mais sinon civils venant de la France, il n'y avait quasiment pas. Et civils restant ici, il fallait être sérieusement recommandé. Fortement recommandé pour avoir un poste. Votre humble serviteur était fortement recommandé. Oui, bon moi, c'est vrai, j'avais le colonel Charles Legric, qui commandait la base aérienne, lui je dois mon poste.
P4: (C'était combien de temps à l'armée?)
PI: Ah non, c'est tout, j'ai fait seulement mon service militaire, c'est pour ça que souvent les gens qui venaient, quand j'accueillais des groupes, c'était des colonels, des généraux, des commandants, vous étiez quoi dans l'armée, beh écoute pour l'armée, j'étais bidasse. [PI rit]
I3: [en arrière-plan] Ah d'accord ()
I1: Non non, c'est intéressant d'avoir plusieurs perspectives.
PI: Commandant? Non non, j'étais bidasse. [PI rit]
I3: [en arrière-plan]...bien que l'armée était très importante. ()
PI: Bah moi (.) j'ai, j'ai un dossier avec peut être 200, 300 lettres de félicitations, de remerciements pour tout ce que j'ai fait pour des généraux et tout, (.) eh un jour y avait un général qui commandait la cinquième région militaire, ça te dit rien mais c'est Lyon qui m'appelle, il dit j'aimerais venir avec un groupe de collègues à Berlin et tout, j'ai dit oui mais bon général, il faut envoyer une lettre de droit à votre collègue à Berlin, le général me dit oui mais dans l'Hexagone, tout le monde sait que c'est vous qui décidez [PI rit] si c'était vrai en plus hein... bon là un petit trait. J'inscris tout ça avec ce que c'était fait, mais hein pour éviter les retours de bâton hein, vous écrivez au général de façon qu'il transmet votre correspondance et c'était comme ça.
I3: Pour accueillir ici, c'est ça?
PI: Pas seulement ici, non, non, pas seulement ici. Moi ça m'arrivait d'accueillir un groupe de 200 personnes, 200 ou 220 hein (.) 200, 220 personnes, je les ai hébergé au partir de Novotel, au partir de l'hôtel Alzensee, tu connais hein? Hein, le, le Charlottenburg. Bon on avait répartie un peu partout et ici il n'y avait quasiment personne, parce qu'à l'époque, c'était trop...ça faisait trop auberge de jeunesse. (.)
I1: Ehm et est-ce qu'il y a beaucoup des, des gens comme vous qui ont gardé des liens proches avec l'Allemagne après le départ des alliés ou vous pensez que c'est... c'est pas l'exemplaire.
PI: Le problème c'est qu'après le départ des forces, eh c'est... les gens se sont un peu trop reposés sur leurs, leurs acquis. Hein, on dit bon, alors soit on bénéficie d'un plan social on n'a pas besoin de travailler pendant quatre ans et puis après on verra hein. Tout en sachant, au moins combien de fois on est devenu complètement heureux. T'es complètement taré, t’arrêtes tes jours le lendemain, tu recommences à travailler, et moi toujours, je le disais toujours, quand on arrête de travailler, tu ne te remettras jamais au boulot. C'est fini. (I1: Mhm.) Mais en fait, j'ai eu raison, tout ceux que je connais qui ont arrêté de travailler, ne se sont jamais remis au travail. (I3: Mais c'étaient des jeunes?) Mais c'est ceux qui après, je peux le dire, ceux qui après m'enviez à ma position. Mais eh oui on a, je les ai dits "Attends, j'ai du boulot, je t'embauche" hein "ah non non non, j’ai seulement besoin () pour que je m'ai présenté".
Min 01:15:20 I1: Mais généralement, il y en a beaucoup qui sont qui, qui sont restés en Allemagne ou il y en a aussi beaucoup qui sont repartis?
PI: Ah y en a peut-être une centaine qui sont restés, mais sur les milliers, les dizaine de milliers qui sont passés, c'est pas beaucoup. Et puis, bon parce qu'il y a eu ce qu'il y a toujours dans ce cas-là, c'est qu'il y a eu pas mal de divorce à la clé parce que quand le mari... il y a eu des divorces, il y a eu des suicides, quand le mari ne ramène pas d'argent à la maison hein. (.)
I3: Mais ils ont été quatre ans sans travailler, ils ont été subventionnés, ils ont été payés les gens?
PI:
I3: Mais c'est pas les intention...
PI: Ça n'a rien à voir avec le...Sylvie (P4: Oui mais non c'est sûr) Moi je sais pertinemment, j'aurais arrêté à travailler pendant quatre ans, j'aurais du mal á démarrer la machine.
I3: D'accord, oui. Tu veux dire après une fois qu'ils se sont arrêtés, oui ils avaient encore ()
PI: Oui bien sûr. () Et si on veut à court terme, si on veut à court terme tu dis. Bon () quatre ans sans travailler hein, et puis après on se remettra à travailler si nécessaire, mais après tu ne trouves plus de boulot, parce que dans toutes les firmes ou tu vas aller, qu'est ce-que vous avez fait, bah les quatre dernières années, j'étais au chômage. Ah bon? Vous n'avez rien trouvé? Vous allez dire vous n'avez rien cherché.
I1: Et généralement...
PI: Mais j'en connais hein...
I2 [entre à nouveau dans la salle]: Désolé, j'ai un coup de fil qui va durer, je dirais à la prochaine alors.
PI: La prochaine? On terminera la conversation autour d'un steak.
I2: C'est ça. Exactement. [I3 rit] Je suis au courant, merci hein.
PI: Je vais regarder si j'ai des photos.
I2: Oui, ça marche. On peut aussi faire un déplacement chez vous, hein si ça ().
PI: Oui, la cave est bonne. [Hilarité générale] (I2: Merci!)
I1: Et généralement, ils parlaient bien l'Allemand, les gens qui ont travaillé ici à la...au gouvernement militaire?
PI: Bah ça dépend des fonctions. Si, si, si le type il était magasinier pour ranger les rouleaux des fils pour faire emballer, il y a pas besoin pour parler Allemand couramment. (.) Mais sinon les autres, oui, bon en général, ils parlaient bien allemand.
I1: Et avant les...ehm avant 19...Neunzehnvierundachzig? (I3: quatre-vingt-quatorze) 1994, est-ce qu'ils ont déjà réduits tous les locaux, tous les endroits français qu'on avait dans les alentours ou c'était...il y avait toujours autant de soldats?
PI: Non, le pavillon du lac est fermé ou le club de voile, il n'existait plus, il était fermé aussi () jamais fermé parce qu'il passait le jour où le, où les Français l'ont rendu hein, à la mairie de Reinickendorf ,le lendemain le maire nous le rendait parce que c'était ehh donc ehh et la suite était assuré avec une association sous gestion disons juridique allemande, Eingetragener Verein.
I1: Et l'économax?
PI: L'économax? Bah les économaxs, oui pareil, les économaxs, [19]94 c'était fini.
I1: Mais avant ça existait pendant toute la période?
PI: Oui bah les économaxs, au début il y avait des petits économaxs tout au début. Puis après à la fin, il y avait un grand économax à Foch où y avait vraiment tout hein, la bijouterie, il y avait tout. T'as connu toi? (I3: Oui). Ah beh t'as connu. (I3: J'étais qu'une seule fois). Il y avait des grands économaxs à Foch, il y avait à la cité Pasteur là-bas en face de la porte (Auchard), il y avait à la cité Pasteur un petit économax, appelé l'économax Pasteur et il y avait dans la cité Guynemer également un petit économax. Mais le grand économax c'était, où il y avait vraiment tout hein, c'était eh à la cité Foche.
I1 Et la majorité des Français, ils habitaient dans la cité Foch ou c'était aussi...?
PI: Non, en faite, il y avait quatre cités (.) non cinq même. Il y avait les cité Bertozen. Tu sais qui c'est, Bertozen? (I1: Non.) C'est le général de Napoléon (I1: D'Accord. PI rit) Je précise, comme ça. Cité Bertozen. Après il y avait la cité Pasteur. Il y avait la cité Joffre derrière, là où il y a la rue Charles Corcelle. Eh et beh cité Joffre, il y avait la cité Guynmère à côté de l'aéroport. Il y avait la cité Wedding, c'était la petite cité ici et il y avait la cité Foch, donc il y avait six cités.
I1: Mais tous les Français ont vécu dans ces cités là où c'était aussi...
Min 01:20:02 PI: Non c'était une question de statut. C'était les militaires, les familles des militaires ou ceux qui avaient le privilège d'avoir un statut de gouvernement militaire.
I1: Et pour les gens en civile, ils ont aussi eh...est-ce qu'ils ont aussi eu la possibilité de vivre là bas?
PI: Par exemple j'ai 28 personnes et sur les 28 personnes, j'étais le seul à avoir le statut gouvernement militaire.
I1: Mhm. (.) Et après sur la Gazette, j'ai trouvé pas mal des articles sur...beh j'ai vu que c'était légèrement pour le militaire, mais est-ce que c'était aussi ehh beh comment est-ce que c'était ehh...ehm comment on dit verteilen? (PI: Réparti.) Réparti. C'était, c'était juste envoyé aux soldats, au militaire ou comment ça s'est passé? (I3: Ah diffuser tu voulais dire.) Diffuser oui.
PI: Oui oui, non, non. C'était diffusé dans toutes les unités, oui oui, donc eh pour ceux qui étaient intéressés, il y avait la Gazette. Les gens qui étaient intéressés prenaient (I1: D'accord). Parce qu'ils ne mettaient pas ça, les soldats par exemple qui n'étaient pas directement intéressés eh, il y en a, la Gazette ne les intéressait pas. Parce qu'il y a des journaux propres aux unités, il y avait le journal pour le 11ième régiment de chasseurs, il y avait un journal pour le 64ème régiment d'infanterie.
I1: Mais j'ai vu qu'il n'y avait aussi pas mal de publicité pour des événements qui sont...qui étaient organisés ici, je pense qu'il y avait toujours...
PI: C'était automatique ça. Ça veut dire nous, on envoyait à la Gazette notre programme. Et la Gazette, ils avaient une page destinée aux activités culturels du centre, mais voir même de l'institut...l'institut français
I1: Et avec les, les médias locaux comment est-ce que vous avez ehm bah publié vos activités, c'était juste pour...
PI: On envoyait aux rédactions un texte et puis après, la rédaction voyait si ça pouvait faire l'objet de rédactionnel, parce que dans les rédactions tu sais comment ça fonctionne, soit c'est une annonce, il faut payer, soit c'est du rédactionnel donc c'est gratuit.
I1: Mhm. (.)
PI: Moi j'ai eu moi des super contacts avec la presse.
I3: Mhm, mhm. Avec la presse locale?
PI: Oui beh partout, partout je suis allée. Soit à Hamburg, Stuttgart, Friedrichshafen.
I3: [en arrière-plan]: Friedrichshafen aussi?
PI: Oui à Friedrichshafen, pendant 15 jours, la première nuit à Friedrichshafen, toutes les boutiques avaient décorés les vitrines aux couleurs françaises et il y avait un marchand de vélos, il avait, il a mis trois vélos en vitrine, un bleu, un blanc, un rouge. Hein et les librairies mettaient des bouquins sur la France etc., c'était...oui ont fait un carton. Et comme d'habitude, comme tu feuilles un carton, qu'est-ce qui se passe? T'as tous les rapaces qui viennent, les jaloux...on m'a prix au bon marché au bout de 2 ou 3 ans je pense. (..) Et le meilleur, c'est ceux qui ont pris le marché sont des gastronomes locaux, bon ils ont fait 3 cartons et ils se sont plantés, et le maire m'appelle et me dit William, tu veux revenir? Je dis non. Si, si je reviens on se fera une petite bouffe, on fera un petit resto mais eh pour moi le train, il est parti. Mais je suis encore en contact avec le maire, avec son premier adjoint. Eh (.)
I3: On a déjà plein d'informations sur le programme culturel ici, j'imagine.
I1: Il y en a quelques-uns mais c'est plutôt...
PI: Non mais sur le programme culturel par exemple, moi je me souviens d'un groupe qui s'appelait les Octaves, c'était super, un groupe de musique, c'était vraiment génial. Bon mais eh il y a aussi eu des pièces de théâtre, il y avait...beh tiens, tu l'as connu toi, Engler? Il est décédé il y a deux ans (I3: Oui oui.) et personne m'a prévenu (I3: C'est vrai?) Oui, je trouve ça dommage. (I3: Bah oui. Bah écoute, je ne sais pas si on l'a su ().) Bah personne m'a prévenu qu'il était décédé alors qu'on était en très bon rapport parce qu'Engler, lui avait participé aux premières réunions eh à l'époque où il y avait encore les Français pour l'avenir du centre. (I3: D'accord.)
[I3: parle en arrière-plan] ()
I1: Et donc là tous les spectacles, c'était si généralement en allemand ou c'était aussi souvent en français?
PI: Presque toujours en allemand.
I1: Et donc les gens qui venaient ici, c'était souvent juste des gens francophiles ou c'était aussi des francophones?
PI: Les deux en général, mais plus, plus de Berlinois que des Français.
I3: Marie-Laure Muller, ça te dit quelque chose?
Min 01:25:02 PI: Oui oui, des cours de piano. Elle donnait des cours de piano. Qu'est-ce qu'elle devient, elle?
I3: Elle est décédée.
PI: Non!
I3: Si, elle a fini sa vie à Taïwan, c'est là où...c'est le seul endroit ou elle arrivait à donner des cours, des concerts. On l'a trouvée morte dans son appartement, après voilà.
PI: Suicidée?
I3: Non non, non non.
PI: Ah oui, elle donnait des cours de piano à ma fille.
I3: C'était une pianiste, c'était une coryphée de Débussy. Et elle est venue ici plusieurs fois.
PI: Beh oui, j'ai connu tout le monde. Oh la la. (.) Mais c'est incroyable quand on voit passer des gens comme ça. Et tiens, lui il n'est plus là. ()
I3: Beh je ne veux pas déranger l'interview. Ich mische mich ein.
PI: Non, ça ne fait rien, on a le temps.
I1: Et en plus, c'est intéressant d'avoir des différentes perspectives.
I3: Oui, tout à fait.
PI: Moi je suis une des dernières mémoires vivantes de cette époque glorieuse. Et en plus de ça, moi j'étais quand même bien place puisque j'étais au cabinet du général. J'étais ici et là-bas.
I3: C'est ça que je ne comprends pas parce.., quelle était ta position chez le militaire? Ou t'étais pas chez le militaire?
PI: Bah non, moi je faisais partie de ce qu'on appelle le gouvernement militaire de Berlin, c'était une administration civile.
I3: D'Accord. Au niveau de l'administration civile, un poste à l'administration civile.
PI: Et donc j'avais une poste moi, c'est qui est amusant parce que eh avec l'ancien ambassadeur (de mon référant), un jour il dit "Capoen, vous faites parti de mon service. "Le général il dit "Non non, Capoen il est chez moi". Puis après, l'autre dit "Alors choisissez." et moi j'ai fait le bon choix parce que je suis resté chez le général parce que moi là j'avais toujours le support. Le soutiens l'autre côté ehh ce n’était pas... [PI rit] on n'était pas forcément en (ordre) de santé. C'est pour ça quand il arrivait à Berlin, eh eh sachant que j'étais encore ici...Tu enregistres pas là (I1: Oui. I1, rit. I1: Mais on peut le couper hein.) Sachant que j'étais encore ici, ça le gênait un peu.
(.)
I3: ()
PI: Oui, il était directeur des services administratifs et financiers dont (..) il connaissait aussi tous les rouages hein donc ça le gênait d'avoir encore une mémoire vivante à Berlin qui connaisse un peu ses... [PI rit]
I3: D'accord, oui. D'accord, oui. La gestion de l'époque, on va dire.
PI: Non mais ça, il ne faut pas, il ne faut pas ces genre de trucs diffuser. (I1: Oui)
I3: Il existe encore ce Monsieur, hein?
PI: Oui, conard. [PI rit] Tu l'as connu, toi?
I3: Oui. Ah beh connu, j'ai () Vous savez quand était ambassadeur ()
I1: Toi, tu travailles au centre depuis...?
I3: Quinze ans.
PI: Combien de temps?
I3: Quinze ans.
PI: Quinze ans tu travailles ici, toi!
I3: () J'ai eu une vie avant le centre français hein. [I3 ri] À l'époque, on était tout seule avec Anna.
PI: Oui, elle est gentille Anna. Moi je l'ai eu au téléphone il y a, oh il y a un petit moment, combien un mois ou deux, Anna, elle habite à Tegel maintenant. J'ai dit quand je vais à Tegel, je vais lui passer un coup de fils, (on se voit) pour un petit café, gâteau. Moi je l'ai apprécié Anna, je l'ai apprécié.
I3: Oui formidable, moi je suis toujours en contact avec elle.
PI: Non non, je l'ai apprécié beaucoup hein. Il y a des gens comme ça qu'on aime bien. C'est pour ça, quand je suis arrivé, j'ai tout de suite demandé où est Sylvie. [Hilarité générale]. On s'a assez (côtoyé) si on n'a pas travaillé directement ensemble. Voilà Sylvie, chaque fois que t'es au resto et tu vois un petit tarif, beh lui il te faisait ton petit tarif.
I3: Mais je ne sais pas () autant comme ça, malheureusement. Non parce que j'habite très loin, moi j'habite de l'autre côté de
PI: Oui mais on parle des groupes.
I3: Ah pour les groupes, oui oui. Je pensais que tu parlais là personnellement.
PI: Non non pour tes groupes.
I3: Ah oui tout à fait. ()
PI: Quand je vois, quand je vois...j'ai vu les photos, en triant les photos eh on a fait pendant trois, quatre ans le petit festival de Jazz. (I3: Ah oui, oui oui.) 300 personnes! Petit festival de jazz. Hein avec quatre ou cinq groupes différents pendant 3, 4 heures que du Jazz. (I1: Cool). C'était...ça c'est les trucs hyper sympas. Bon on a eu beaucoup d'activités.
I3: Vous étiez combien de temps directeur du centre?
PI: Ehh de 80 à 93, douze ans.
I3: D'accord. (..) 80 à 93. D'Accord, vous avez tout vu, la chute du mûr
PI: Oui comme j'ai dit, moi...le truc c'est que moi, j'étais directeur du centre, mais j'étais également responsable eh des relations publics et des relations internationales pour le cabinet du général, donc j'ai double casquettes et le plus de boulot, c'était ce que me donnait eh l'autre côté, c'était pas que je choisissais. Le boulot monstre que j'avais, c'était, c'était dicter, dicter des heures et des heures, dicter du courrier. Eh ça c'était... (I3: D'accord.) Et puis, pour m'amuser un petit peu comme j'avais passé le boulot, je (passais à) la fête franco-allemande. C'était mon Dada.
I3: Tu connais le grand espace de foire qui se trouve près de l'aéroport?
I1: Bah j'ai vu beaucoup des articles, mais maintenant c'est plus la fête franco-allemande, c'est juste un
PI: Sommerfest. Ils ont fait une erreur hein. J'ai encore tous les chiffres quand je pense eh on avait 500.000 visiteurs. Maintenant s'ils ont 60.000 ou 80.000, c'est le maximum. Ils ont tué la (). (..)
I3: Tu sais qui a repris l'organisation?
PI: Eh c'est les forains, les forains. De toute façon, comme ils ont commencé à tirer trop la couverture vers eux, je leurs ai dit au-revoir. Hein j'étais pas marié avec eux, donc (pourrais) dire au-revoir. D'ailleurs, j'étais non plus tendre avec eux, l'ancien président personnel, parce qu'il est mort il y a quinze jours ou trois semaines, eh je leur ai dit pendant 20 ans, vous m'avez ciré les pompes et maintenant, vous essayez de me... hein. (.) Parce qu'en plus, c'était vrai, grâce à moi, ils avaient le terrain gratis. (..) [I3 rit]
I1: Bah je peux essayer d'arrêter si...
PI: Oui, on reprendra après.
Le fichier audio est terminé.



Willliam Capoën

Zeitzeugengespräch
25.11.2020 (Teil 3)


Transkription von Tom Strauch (Universität Trier)


Interviewt von Sophie Lutz (FU Berlin)
Ort: Centre Français de Berlin
Weitere TeilnehmerInnen: Florian Fangmann, Sylvie Matthias (CFB)
 
 
Remarques:
I1: Intervieweuse
PI: Personne interrogée
(): Un passage qui n'est pas clair.
[]: Notes de l'auteur
(.): petite pause; (..): pause moyenne; (...): longue pause
Les erreurs linguistiques de l'intervieweuse ou de la personne interrogée ont été reprises.
 
 
I1: Oui merci, on recommence. Alors la fête, ça faisait partie du centre ou c'était votre propre engagement?
PI: Non, la fête...eh à l'époque ou il y avait Corcelle qui était...Corcelle avait un adjoint qui s'appelait Hurstel, vous saviez Hurstel, c'était H-U-R-STEL et quand la fête franco-allemande a commencé, la première fête franco-allemande a commencé en 1963. Ok et le centre était déjà occupé en [19]61, donc en 63 on a créé la première fête franco-allemande et comme Corcelle, c'était...Docteur Corcelle, il était un peu euh au top, il voulait pas s'occuper d'une vulgaire fête foraine. Donc il a donné ça à son adjoint.
I1: D'accord. ET comment ça s'est passé qu'il était viré, qu'est-ce que s'est passé? (PI: Qui ça?) Vous n'avez pas dit que Monsieur Corcelle était viré?
PI: Non il n'était pas viré, pas du tout. Non non, c'est un autre, c'est Bruno Delaire qui a été (viré).
I1: Ah ok. Pourquoi est-ce que lui a décidé de quitter Berlin?
PI: Parce que lui, lui, Corcelle, il a, il a quitté là il avait déjà 72 ans (I1: Ah d'accord.), c'est un vieux machin. Ah non ah non c'était un jeune. [I1 rit]
I1: Ok. Ehm et j'ai rien...
PI: C'est vrai (.) c'est incroyable, il y a des moments où je pense, mais c'est un vieux machin.
I1: Ehm pour l'hôtel, c'était eh, bah vous avez déjà mentionné quelques groupes mais c'était quoi la groupe principale qui est, qui a occupé les salles? C'était plutôt les échanges où?
PI: L'hôtel pour les échanges et c'était réservé aux groupes scolaires, quatrième aux militaires qui étaient récompensés pour bonne conduite qui venaient de Trèves, Wittlich, en faite toute... Baden-Baden et compagnie hein et puis le deuxième et le...eh... (.) oui le deuxième et le premier, pour le premier, premier c'était des locaux. Il y avait deux étages où c'étaient des familles des sous-officiers qui venaient en visite et pour lesquels où il n'y avait pas de place pour les loger ailleurs, on les a logés ici
I1: Mhm ok. Et c'était () Et c'était comme ça déjà avant votre...
PI: Oui c'était avant que je prenne, avant [19]80 c'était comme ça.
I1: Ok donc ça, ça n'a pas changé oui. Et pour les événements alors il y avait les spectacles, il y avait des concerts, il y avait le, le cinéma, il y avait les cours est-ce qu'il...
PI: Les cours de français, oui et les vernissages. (I1: Et les vernissages.) Et l'organisation de la fête franco-allemande, c'était de la culture parce qu'il faisait venir des groupes folkloriques, des orchestres français, eh des gastronomes français, hein les, pendant des années on a eu marchands, marchands de crêpes, gaufres qui venaient de l'île de Ré eh, eh c'était, voilà...
I1: Et c'était une fois par an?
PI: C'était une fois par an.
I1: Chaque an, oui.
PI: Pendant en gros 3 semaines, un mois.
I1: D'accord, wow. Ehm et pour les événements qui étaient organisés par le Kunstamt Wedding, c'était des expositions ou c'était aussi autre chose?
PI: On travaillait en solo hein, c'est un engagement avec la mairie de Wedding.
I1: Ah d'accord. Et...
PI: On travaillait en solo, leurs activités ehh c'est eux qui organisaient, ces eux qui s'occupaient de la campagne d'affichage. Bon on avait aussi deux théâtres amateurs qui utilisaient nos locaux, qui faisaient aussi donc des répétitions et aussi des pièces de théâtre de façon régulière.
I1: Mais si la majorité c'était organisé par le centre ou c'était moitié par des autres?
PI: Non on peut dire que les affaires culturelles, la moitié était organisée par le Kunstamt Wedding ou alors par les associations culturelles qui utilisaient les locaux et l'autre moitié par... l'autre moitié par nous en liaison avec l'institut.
I1: Ok. Et pour pour les événements de des autres acteurs c'était tout autonome ou est-ce que c'est ça a aussi dû avoir un rapport avec la France par exemple?
PI: Pour qui?
I1: Par exemple si c'était un événement organisé par le Kunstamt Wedding est-ce que ()
PI: Non non non là, on n'a imposé rien du tout, non non non. C'était en fait tout simplement c'est parce qu'on avait des locaux adaptés alors qu'eux n'avaient pas des salles comme la nôtre. (I1: D'accord.) Donc nos locaux étaient adaptés à leurs besoins et puis comme les relations avec les municipalités, parce que ça c'est aussi, c'était une de nos activités. C'est nous qui faisions le relais avec les municipalités. Dès qu'il y avait des choses, moi j'allais voire le maire ou les élus locaux ou eh soit Wedding, soit Reinickendorf. Ça faisait partie d'une de nos activités.
Min 00:05:03 I1: Ok. Et généralement vous avez dit qu'il y avait des bonnes relations avec les municipaux.
PI: Oh très bonnes, très bonnes. Le maire de Reinickendorf, on se tutoyait depuis 30 ans.
I1: Et pour Monsieur Corcelle est-ce que vous en savez plus sur son parcours.
PI: Non justement non, ça je ne sais pas plus et je sais pas qui pourrait me renseigner.
I1: Et j'en ai déjà parlé avec quelques chercheurs et j'en ai trouvé une qui a justement eu un petit eh qui a fait un petit interview avec lui, mais c'était plutôt sur des questions spéciales et pas sur son, sur sa biographie par exemple.
PI: Je ne sais pas si on pourrait trouver quelque part sa biographie. Ehh...
I1: Je sais qu'il a écrit un livre sur Tegel apparemment et il a aussi écrit un livre sur les...
PI: Il a écrit un livre sur Tegel parce que c'est lui qui était responsable des 400 ou 500 personnes ou 1000 personnes qui travaillaient pour eh... pour l'aménagement de l'aéroport, ils n'ont pas mis 15 ans hein.
I1: Oui je n'ai pas encore trouvé le, le livre mais je sais que...
PI: Et il a fait un livre sur les Français à Berlin.
I1: Oui, je trouvais ça. C'était aussi intéressant, oui.
PI: Sur les Français à Berlin. Mais sinon lui...à époque j'avais quel âge moi. J'avais 22, 24...22, 24, 25 ans. Pour lui, j'étais eh moi un petit jeune.
I1: Mais vous l'avez rencontré?
PI: Oui bah je l'ai rencontré, oui oui. Mais eh (..) c'était pas un type agréable. (.) C'est pas...c'étais pas un type agréable. C'était...il était (ouvoi), les gens (). Quelqu'un qui est toujours mécontent, toujours hernieux, mécontent. C'est le genre de type qui a appelé son chauffeur comme ça. [PI fait claquer son doigt]
I1: Oui mhm ok. Donc il n'est pas très ouvert.
PI: On avait plusieurs comme ça, le problème c'est ça oui. On a plusieurs comme ça. Malheureusement.
I1: Mais il est encore revenu quand vous étiez directeur ici?
PI: Non. Non, il n'est jamais revenu. À (Schönenberg), quand est-ce qu'il est décédé ehh mais il n'est jamais revenu. (.) Mais il y a beaucoup qui ne sont jamais revenus, il y avait... moi, mon premier patron, c'était François Nicoullaud. François Nicoullaud était chef de cabinet du général d'Aston et François Nicoullaud lui après il était à Paris et ensuite il était ambassadeur à Téhéran. Mais un type bien, très bien, très bien. Moi je le garde dans mon cœurs parce que c'est des gens biens, on se rappelle. François Nicoullaud, très bien. Et c'est lui qui m'a, disons qui m'a permis d'avoir le poste, il me dit eh vous faites le travail correctement, je ne vois pas pourquoi on va chercher quelqu'un autre.
I1: Mhm. Et vous avez dit que bah c'était votre première poste ici à Berlin ou vous avez déjà travaillé à Paris?
PI: Non...à Paris j'ai travaillé comme étudiant. (I1: D'accord.) J'étais chauffeur-livreur avec la petite camionnette pour le printemps, les trois quartiers, les Galeries Lafayette. J'ai même livré des colis à Charles Gainsbourg. (I1: Ah wow.)  Il sortait (bourré), il devait sortir son lit, hein "tu pousses là, tu pousses. Attends, Attends." Il allait chercher 100 francs. À l'époque, 100 francs, c'était beaucoup hein. On a peut-être 50 francs dans la journée, 100 francs c'était un salaire de deux jours. On prend pour boire. [PI rit]
I1: Et vous avez fait des études de commerce, c'est ça? (I1: Oui.) Et après vous avez décidé d'entrer au militaire, c'est ça?
PI: Oui, moi j'ai un parcours totalement atypique, qui n'est pas normal, j'ai pas eu un parcours normal. Si j'étais resté, je me serais retrouvé dans une entreprise à aligner les chiffres, faire de la comptabilité, faire de la gestion, faire adresser des bilans, faire eh... au lieu de ça j'ai une vie intéressante et le principal dans la vie, c'est ça hein. Moi j'ai des copains qui bon dans un bureau d'expert comptable, quand ils me disaient qu'ils gagnaient, je me disais oui et là tu prends ton pied, tu dis "j'en ai marre, j'attends la retraite". Alors comme moi, j'attendais pas la retraite. La preuve c'est que j'étais encore actif au (hebdo). [PI: rit] Et c'est, c'est là la différence. Moi j'ai fait un parcours totalement atypique, j'ai travaillé dans la gastronomie, j'ai donc, j'ai fait de la restauration, j'étais gérant de discothèque dans le secteur américain là à Zehlendorf, Martin-Buber-Straße.
Min 00:10:10 I1: Et c'était quand, ça?
PI: Eh en [19]73.
I1: Mais vous avez fait ça à côté de votre...?
PI: Non non, j'ai quitté mon boulot. (I1: D'accord.) j'ai jamais quitté mon travail, donc j'avais  quitté la sécurité de l'emploi pour prendre un poste de gérant de discothèque avec (hors employé). Ça fonctionnait.
I1: Et c'était avant le centre ou c'était entre...?
PI: Non c'était avant le centre, c'était en 73, en 73. Le centre en 81. Et là...
I1: Et qu'est-ce que vous avez fait après la discothèque, vous avez fait ça pour...
PI: Non après la discothèque hein, j'étais obligé d'arrêter la discothèque parce qu'à l'époque, j'étais fiancé et puis on m'a mis le couteau sous la gorge. [I1 rit]. Je rentrais à 06h ou 05h du matin, elle se levait pour aller au boulot eh donc c'est un coup qui marchait bien [PI rit] et puis donc et puis aussi dans ce milieu, c'est assez particulier. Il y avait beaucoup de bagarres, un milieu aussi ou il y avait beaucoup de proxénètes...
I1: Qu'est-ce qu'est proxénète?
PI: Des des...Zuhälter. (I1: Ah ok d'accord.) Tôt et tard, c'était un peu dangereux, il y avait des types qui venaient eh le un pistolet dans la poche, donne-moi ton joujou, je prenais un torchon à vaisselle et le mettais dans le coffre et quand ils partaient, je m'en vais. Mais eh c'était un peu compliqué. Un milieu... bon quand on voit de l'extérieur, c'est, on se sent un peu attiré parce qu'on est jeune, bah 24 ou 25 ans, je ne (dis) quoi, et après quand on voit vraiment l'intérieur, ça m'a guéri à jamais. Ça m'a guéri. Bon et après là qu'après je suis revenu au quartier Napoléon et c'est là que j'ai commencé au service du personnel
I1: donc c'était juste pour deux ans ou trois ans ou?
PI: Deux ans. (I1: Deux ans, d'accord.) Donc j'ai une interruption de deux ans, après je suis revenu. Oui comme j'étais pas parti comme un malpropre, j'étais parti en très bon...dans très bon relation donc on m'a repris. On m'a repris, mais pas avec le même salaire hein et il a fallu que je redémarrage au bas de l'échelle et puis, bon je ne me faisais pas trop de soucis parce que j'ai vite, j'ai vite gradé ensuite eh...
I1: Mais c'était rare de changer les métiers comme ça comme vous l'avez fait?
PI: C'était quasiment impossible. Ce que j'ai fait, j'ai, j'ai, je dois avoir eu un ange gardien et un bon dieu qui me veut du bien hm. Et puis, donc après voilà, c'est là et le jour ou je me suis retrouvé au cabinet du général, eh le général c'était le gouverneur militaire, c'était le bon dieu, le général c'était...une décision du général, personne n'avait à discuter. Et puis, moi tous les généraux m'aimaient bien. C'est vrai. J'ai onze généraux mais tous, sans exception m'ont soutenu, tous.
I1: Et ça c'était important pour votre travail ici j'imagine?
PI: () ce qu'il voyaient... le problème personne... on était présent en réunion ou il y avait une douzaine ou quinzaine de colonels. On était en réunion, le général dit "qui est-ce qui peut me régler ce problème?" "Ah bah mon général, ce week-end non c'est pas possible," l'autre c'est pareil. À la fin, il dit "qu'est-ce qu'il y a, qui est-ce qu'il va me régler le problème?" "Mon général, donnez-moi le dossier, je m'en occupe." Et moi voilà et en fait, je m'ai rendu un peu indispensable hein. Bon je me faisais du travail, mais...puis souvent, j'allez faire du sport, j'allais faire du vélo à 05h du matin, je me promenais à 07h, je prenais ma douche et à 08h, j'étais au bureau mais le secrétaire me demandait si j'ai mangé du lion, du lion parce que je boostais, je boostais. Et souvent "Oui on travaille de trop", "un jour vous m'allez remercier". On n'aurait pas désappris à travailler et effectivement c'est vrai, tout ceux qui ont travaillé avec moi ont tout retrouvé du travail parce qu'elles n'avaient pas désappris le travail. Hein c'est ça, il faut travailler. (.) Voilà, et ensuite, donc qu'est ce qui avait d'autre à préciser. Bon la fête franco-allemande, c'était un des grands morceaux, oui parce qu'il y avait une organisation monstre, monstre hm.
I1: Mais il y avait toute l'équipe ici ou c'était une autre qui est...?
PI: Non non non c'était la même équipe, l'équipe du secrétariat qui faisait les programmes parce qu'on...c'était, c'était géré, minuté, on savait quel jour tel bus numéro temps qui va chercher tel groupe. L’amène à tel endroit hein. Après on leur faisait un programme aussi d'excursion, y avait du jour un guide, il y avait vraiment complet, complet, complet.
I1: Et à votre époque, est-ce qui avait eh une sorte d'hiérarchie avec un adjoint ou c'était juste vous comme directeur et plusieurs postes?
Min 00:15:33 PI: Non non, c'était... J'étais eh j'étais le directeur et j'avais pas d'adjoint et je peux le dire, j'en voulais pas parce que eh et j'avais bien raison. J'ai vu déjà auprès d'autres collègues dans ma situation que les adjoints sont ceux qui scient les pieds de la chaise pour être le calife à la place du calife et j'ai toujours refusé et j'ai bien eu raison.
I1: Et donc... comme vous avez aussi dû organiser par exemple les choses avec ehm Bagatelle, le centre bagatelle, comment vous avez fait ça? C'était juste le gardien qui est venu ici de temps en temps pour parler ou?
PI: Mais non, moi j'avais une voiture de service, j'avais un chauffeur, j'envoyais le chauffeur s'il y avait des choses ou même moi j'irais, je me déplaçais, je téléphonais bon j'arrive dans une heure et j'allais voire, mais comme c'était une, une...quelque chose qui fonctionnait, c'est une routine qui fonctionnait tout seul si...
I1: Il faudrait pas s'en occuper tous les jours.
PI: Oui et après, donc en 93, moi j’ai démissionné en 93. J'ai démissionné parce que j'en avais marre puisque comme la maison était fermé, mes activités m'intéressaient plus.
I1: Ici, c'était fermé pendant deux ans non? Deux ans je pense.
PI: Plus, plus, plus jusqu'à 96, 97. Deux ou trois ans et c'était le problème après parce que tous les tuyaux étaient...le calcaire était sec dans les tuyaux tris, tous les tris (pétaient) dans les murs. C'était une catastrophe, CA-TA-STROPHE, une catastrophe.
I1: je sais parce qu'on n'arrivait pas à une décision de qui voulait reprendre
PI: Mais non, parce qu'au début, il n'y avait personne qui voulait reprendre donc j'ai participé aussi avec à l'époque le SPI, donc Hartmut Brocke qui était patron du SPI et avec à l'époque pour le service Paris, c'était André Debussy donc qui était le, le, un adjoint depuis de nombreuses années l'adjoint de Guillaume Dufrène. André Debussy qui était un type très, très bien, un type super.
I1: Et comment ça s'est passé qui a trouvé ces contacts, c'est vous qui l'avait proposé?
PI: Oui alors moi j'avais le contact avec (le COI) et puis ehh je sais plus si c'est pas avec le, avec le...il y avait également quelqu'un de l'ambassade, mais le problème c'est que se sont des Allemands qui ont mis de l'argent, hein c'est le ministère des finances allemandes hein, c'est le SPI qui a trouvé les fonds allemands etc. après il y a l'entente franco-allemand qui a mis des fonds, t'es au courant de ça, l'entente franco-allemands, c'était une fondation de l'entente franco-allemande qui avait encore de l'argent, qui a mis un peu d'argent dans le centre. Mais l'entente franco-allemande, c'est une association eh disons française pour dédommager les malgré nous. Les alsaciens qui ont été encore () de force dans la () allemande, eh et maintenant comme ils sont...
I1: Je vois juste si c'est toujours en train de...
PI: Oui. Comme maintenant, il n'en reste plus beaucoup, disons ehm ils avaient encore des fonds, mais ce sont des fonds en fait qui leur sont fournis par la république fédérale. On reste toujours dans des fonds allemands, dans la subvention allemande. (.)
I1: Oui c'est intéressant comment ça a changé pendant toutes ces années.
PI: Oui et après donc eh moi eh au début je participais à toutes les réunions avec le conseil d'orientation etc. et puis après bon on ne m'a plus demandé, puis en plus ça m' arrangeait parce que ça m'évite de m'initier dans des affaires qui me concernaient plus hm donc j'étais seulement responsable de l'hôtel.
I1: Et après vous avez toujours eu les, les événements à Stuttgart et Ulm et tout ça c'était aussi pour plus...
PI: Non parallèle, je faisais toujours, je faisais toujours mais c'est, c'est...
I1: Mais vous avez déjà commencé ça parce que je pense que vous avez dit que...
Min 00:19:58 PI: Non avant là, avant, j'ai commencé ça au moment de la chute du mur. J'ai créé ma société en novembre [19]89. (I1: Wow, ok.) Fin novembre, début décembre [19]89 j'ai créé ma société qui s'appelait FRABER (féroche d'altonce) GmbH. Hm donc j'ai créé ma société qui est maintenant pour la fin de l'année maintenant en liquidation. La liquidation est déjà entamé depuis deux ans et maintenant (desert), gelöscht.
I1: Et maintenant c'est vraiment la retraite pour vous?
PI: Bah oui et non parce que là par exemple vendredi j'étais à côté de Lindau im Allgäu. Et je suis parti vendredi et je suis revenu samedi parce que j'avais des personnes intéressées pour me racheter du matériel, j'ai énormément de matériel encore. (.) Ah c'est une grosse opération, c'est... bon mais maintenant je veux vivre tranquille, bon parce que c'est vrai quand je vois autour de moi, beaucoup de, j'ai beaucoup de copains qui sont déjà partis. Moi dans deux mois j'ai 73, un vieux machin. [I1 rit]. Mais OUI, mais OUI, il faut être honnête. La vie c'est ça. Moi je me rappelle quand j'avais 22-25 ans et que je voyais tous les vieux pontes, tous les vieux (chevanis) qui, qui dirigeaient le gouvernement militaire. Je dis quand même qui finalement au fil des années on y est aussi hein. (.) C'est le cycle de la vie.
I1: Oui mais c'est intéressant de profiter de tous les différents époques de...
PI: Et moi ce que j'ai pu faire, c'est incroyable, c'est...eh j'ai fait aussi le premier, je l'ai fait pendant 7 ans, le premier bal populaire sur la Pariser Platz.
I1: Qu'est ce que c'est?
PI: Une journée pour le 14 juillet devant la porte de Brandebourg. Avec l'ambassade, je l'ai organisé pendant, pendant 7 ans.
I1: Et ça existe toujours?
PI: Bah non parce qu'après, je ne sais pas comment ça était, je peux pas dire comment ça, c'était fait après. Certainement, le conseiller culturel a changé et puis après bon la répartition du, du rôle d'organisateurs a dû se régler autour d'un GayBar, d'un bar gay, comment on dit. (.) Mais ça c'est la vie. (I1: Oui. I1 rit) Et j'en avais même parlé à l'ambassadeur qui me dit "Ah oui Monsieur Capoen, c'est vrai oui on va voir comment va vous pouvoir vous mettre dans l'équipe", je lui ai dit "Monsieur l’Ambassadeur, vous me connaissez? Je ne prends jamais un train en marche, ça m'intéresse plus". (...) Ah oui, j'ai du caractère et j'en suis content. J'ai mené mon appart' pendant des années hein, j'ai fait des trucs de fou. (.) Quand on me montre des villages à Hambourg , j'ai même () un village à Klagenfurt en Autriche dans le triangle Slovénie, Italie, Autriche, Klagenfurt. Je montais le village à Klagenfurt et là j'ai même fait un discours au nom de l'ambassadeur de France en Autriche. J'ai salué le maire et tous, voilà. Mais des choses incroyables.
I1: Non mais c'est hyper intéressant. (.)
PI: Bon ce que je ne savais pas à l'époque, c'est que je montais un village pour une, pour une ehm équipe qui a été en fait l'équipe de l'extrême droite autrichienne [PI rit]. (I1: Oh d'accord.) Oui mais moi, ça me dérangeait pas parce qu'ils ont été hyper corrects. Le jour où j'avais terminé le montage, ils voulaient que ce soit monté en trois jours, en trois jours on a monté. Le montage terminé, ils m'avaient déjà versé 50% en avant et après eh, vraiment très, très, plus que correct. Après ils ont fait leur réunion et tout, leur soirée politique dans le village français, ça m'intéressait plus. Voilà Sophie, qu'est-ce qu'il y a d'autre encore? On continue?
I1: Je pense qu'aujourd'hui on est bien non?
PI: Oui à jeudi, et après, on a refait eh () le donc comme je l'ai dit, j'ai participé à la création de cette structure actuelle et puis bon ce qui m'intéressait, c'était de redémarrer l'hôtel. Alors on a redémarré l'hôtel pendant trois ans, eh mais j'ai perdu beaucoup d'argent parce que...
I1: Parce qu'il n'y avait plus les mêmes structures.
PI: Non non, les tuyaux pétaient dans les murs, eh c'était une vraie catastrophe, c'était et donc après il restait fermé pendant deux ans pour rénover tout et après donc j'ai repris dans d'autres conditions hm. Bon j'ai rattrapé bien sûr les 120.000 Marks que j'avais perdu, je les ai rattrapés au fils des années suivantes, mais c'était pas évident au départ.
Min 00:25:32 I1: et après il y avait aussi beaucoup des, des anciens militaires qui sont revenus ou c'était?
PI: Ah oui oui alors là, des militaires oui. Me connaissant, c'était devenu le quartier général de tous les anciens, des groupes d'anciens militaires. Tous dans mes âges hein, comme tous entre 60 et 75 ans. Oui et donc qui venaient régulièrement tous les ans, uns fois ils sont arrivés à deux bus 45 personnes par bus, 90 personnes et à l'époque on avait le restaurant ici. Parce que le restaurateur était parti avec une grosse ardoise donc on avait repris le restaurant et puis voilà, beh nous on l'a tenu pendant 6 ans et puis on a rempli la maison.
I1: Mhm et toujours les échanges à l'époque ou c'était...?
PI: Bah disons que non, non moins eh disons moi j'étais pas payé m'occuper d'opérations culturels, je faisais du commercial. (.) Et donc voilà tout est relatif c'est comme mes villages que j'ai monté partout en Allemagne, j'ai pas fait à chaque fois ça dans un but uniquement financier. Moi ce que je voulais c'était à réussir quelque chose, quand je, quand je voyais 3, 4 ou 5 mille personnes sur un terrain vague hein, tous les soirs qui venaient écouter des chansons françaises ou de la cordéo ou du Jazz, j'ai dit voilà j'ai réussi.
I1: Oui évidemment.
PI: Ah c'est (intéressant). Si vous allez sur le site www.bal-populaire.de, je croyais que je l'ai effacé mais non il est encore là sur l'internet. Oui, là il y'a plein de photos et puis on peut aller aussi sur YouTube, on a des vidéos sur des trucs qu'on a fait. On a fait venir un groupe folklorique de l'académie provençale de Cannes hein qui a dansé ici, on a fait défilés de mode, on a fait plein de choses.
I1: Ah Sylvie avait mentionné un article qui pouvait m'intéresser. Elle m'a dit que vous avez écrit un article sur Berlin de l'Ouest, sur la "Westalgie"?
PI: Ah oui "Westalgie", oui, oui.
I1: C'était publié dans quel...?
PI: C'était publié dans le, je croix, dans le...en français, dans un journal français non?
I1: Bah moi je ne sais pas, elle m'a juste dit que vous avez écrit ça, que ça pourrait être intéressant.
PI: Oui j'ai écrit plusieurs articles, notamment un était publié dans, dans un journal qui s'appelait "Le courrier de l'heure" ou...ou...moi je vous dise lequel, mais je vais voir si j'ai un truc. Je vous, je vous fais une photo que je l'envoie par WhatsApp. Oui laissez votre...
I1: Oui. [Bruits en arrière-plan] (..)
PI: Le numéro de téléphone, comme ça si je fais une photo, j'envois par WhatsApp, vous l'avez tout de suite. (...)
I1: Oui d'accord.
PI: Quel âge vous avez Sophie?
I1: Hm, quel âge? Eh j'ai ehm...24.
PI: On ne demande pas une femme, ça. On ne demande pas femme. [I1 rit] Mais moi je pourrais être votre grand-père je peux le demander là.
I1: Non c'est 24 ans.
PI: Ah bon, mais mon petit-fils il va avoir 25 ans le 28. (.) Il veut être policier. Enfin, il termine, il termine. Il termine son stage pour être commissaire de police.
I1: Ah! Mais c'est aussi ici à Berlin?
PI: Oui. Bah oui parce que il a que... il a seulement une carte d'identité française (I1: Ah ok.) Et il a qu'à Berlin qu'on peut être dans la police avec une carte d'identité étrangère. Ailleurs, en Bavière, en Baden-Württemberg, il faut être Allemand.
I1: Mais il ne peut pas avoir la double nationalité?
PI: Non mais pour la demander. (I1: Ah d'accord.) Bon s'il avait une nécessité, s'il voulait aller travailler en Bavière ou ailleurs, il pourrait demander mais pour l'instant, ce qu'il intéresse d'abord à réussir son concours final pour être commissaire de police. Oui il a 25 ans, donc eh...
I1: Non c'est un bon âge. [I1 rit] Ça fait plaisir d'être dans les vingtaines.
PI: Il est gentil, il est...oui.
I1: Alors merci beaucoup de m'aider et je vous envoie...
Le fichier audio se termine
 





Zeitzeugeninterview_Alain Geliot

Aus der Sammlung von

CFB

Wie darf ich das Objekt nutzen?

Quelle

CFB

Zum Objekt >>



Alain Geliot

Alain Geliot

Zeitzeugengespräch
Interviewt von Sophie Lutz (FU Berlin)
Ort: Centre Français de Berlin
7.1.2020

Vollständige Transkription von Francis Kirchen (Universität Trier)

 

Doris Amman



Kam 1981 im Zuge der Versetzung ihres Mannes, der für die französische Polizei im Quartier Napoleon arbeitete, zusammen mit ihrem gemeinsamen Sohn nach Berlin, arbeitete bis 1983 nebenberuflich an der Freien Universität Berlin, dann bis 1990 als Bibliothekarin am CFB, hier zusätzlich in die Organisation von Ausstellungen involviert, aber auch für Berlin-Führungen für französische Besuchergruppen insbesondere Militärkadetten verantwortlich.

Venue à Berlin avec son fils en 1981 dans le cadre de la mutation de son mari, qui travaillait pour la police française dans le Quartier Napoléon, elle a travaillé à temps partiel à la Freie Universität de Berlin jusqu'en 1983, puis comme bibliothécaire au CFB jusqu'en 1990. Ici elle est également impliquée dans l'organisation d'expositions et est aussi responsable des visites de Berlin pour les groupes de visiteurs français, notamment les cadets militaires.



Gérard Vicendo_Video CFB

Aus der Sammlung von

Gérard Vicendo

Wie darf ich das Objekt nutzen?

Quelle

Gérard Vicendo

Zum Objekt >>

Kurzbeschreibung
Musik: Beautiful Day by Purrple Cat | https://purrplecat.com
Music promoted by https://www.free-stock-music.com
Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 Unported
https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/deed.en_US


Gérard Vicendo

Im Januar 1967 in Berlin geboren, Sohn einer deutschen Mutter und eines französischen Staats- und dann Zivilangestellten, in der Cité Wedding aufgewachsen, besuchte die Ecole Victor Hugo & die Ecole Voltaire in der Cité Foche, besuchte regelmäßig das Kino und die Bibliothek des CFB, heute Fotograf.

Né à Berlin en janvier 1967, fils d'une mère allemande et d'un employé de l'Etat français puis de la fonction publique, il a grandi dans la Cité Wedding, a fréquenté l'École Victor Hugo et l'École Voltaire dans la Cité Foch et se rendait régulièrement au cinéma et à la bibliothèque du CFB. Il est aujourd'hui photographe.

03

Veranstaltungen-Programme Culturel

Poster zu Lesungen, Ausstellungen, Konzerten 1962-1990

Affiches de Lectures, Expositions, Concerts 1962-1990





Berliner Autorenabend: Günter Grass liest aus eigenen Werken

Kunstamt Wedding / Bezirksamt Wedding von Berlin, Günter Grass, Plakat, 24.11.1962, Berlin

Aus der Sammlung von

Mitte Museum / Bezirksamt Mitte von Berlin

Wie darf ich das Objekt nutzen?

Quelle

Mitte Museum / Bezirksamt Mitte von Berlin

Zum Objekt >>

1962 copie.jpg


Neue Gruppe Münster 60

Kunstamt Wedding / Bezirksamt Wedding von Berlin, Plakat, 12.1.-6.2.1963, Berlin

Aus der Sammlung von

Mitte Museum / Bezirksamt Mitte von Berlin

Wie darf ich das Objekt nutzen?

Quelle

Mitte Museum / Bezirksamt Mitte von Berlin

Zum Objekt >>

1963 copie.jpg


Kunstamt Wedding

Kunstamt Wedding / Bezirksamt Wedding von Berlin, Druckerei Pröh Berlin, Plakat, 24.10., 31.10.,, 7.11., 14.11., 28.11.1976, Berlin

Aus der Sammlung von

Mitte Museum / Bezirksamt Mitte von Berlin

Wie darf ich das Objekt nutzen?

Quelle

Mitte Museum / Bezirksamt Mitte von Berlin

Zum Objekt >>

1976 copie.jpg


Kunstamt Wedding

Kunstamt Wedding / Bezirksamt Wedding von Berlin, Plakat, 6.2.1977, Berlin

Aus der Sammlung von

Mitte Museum / Bezirksamt Mitte von Berlin

Wie darf ich das Objekt nutzen?

Quelle

Mitte Museum / Bezirksamt Mitte von Berlin

Zum Objekt >>

1977 copie.jpg


Solistenkonzert im Centre Français de Wedding

Kunstamt Wedding / Bezirksamt Wedding von Berlin, Plakat, 2.4.1978, Berlin

Aus der Sammlung von

Mitte Museum / Bezirksamt Mitte von Berlin

Wie darf ich das Objekt nutzen?

Quelle

Mitte Museum / Bezirksamt Mitte von Berlin

Zum Objekt >>

1978 copie.jpg


Wölfe und Schafe

Kunstamt Wedding / Bezirksamt Wedding von Berlin, Plakat, 24.2.1979, Berlin

Aus der Sammlung von

Mitte Museum / Bezirksamt Mitte von Berlin

Wie darf ich das Objekt nutzen?

Quelle

Mitte Museum / Bezirksamt Mitte von Berlin

Zum Objekt >>

1979 copie.jpg


Die 3 Tornados

Kunstamt Wedding / Bezirksamt Wedding von Berlin, Plakat, 9.3.1980, Berlin

Aus der Sammlung von

Mitte Museum / Bezirksamt Mitte von Berlin

Wie darf ich das Objekt nutzen?

Quelle

Mitte Museum / Bezirksamt Mitte von Berlin

Zum Objekt >>

1980 copie.jpg


Deutsches Gitarren-Ensemble: Symphonische Kammermusik

Kunstamt Wedding / Bezirksamt Wedding von Berlin, Plakat, 22.3.1981, Berlin

Aus der Sammlung von

Mitte Museum / Bezirksamt Mitte von Berlin

Wie darf ich das Objekt nutzen?

Quelle

Mitte Museum / Bezirksamt Mitte von Berlin

Zum Objekt >>

1981 copie.jpg


Der Kameramann Richard Angst

Kunstamt Wedding / Bezirksamt Wedding von Berlin, Plakat, 30.9.-10.10.1982, Berlin

Aus der Sammlung von

Mitte Museum / Bezirksamt Mitte von Berlin

Wie darf ich das Objekt nutzen?

Quelle

Mitte Museum / Bezirksamt Mitte von Berlin

Zum Objekt >>

1982 copie.jpg


Les Octaves : Tour de Chant

Kunstamt Wedding / Bezirksamt Wedding von Berlin, Plakat, 6.2.1983, Berlin

Aus der Sammlung von

Mitte Museum / Bezirksamt Mitte von Berlin

Wie darf ich das Objekt nutzen?

Quelle

Mitte Museum / Bezirksamt Mitte von Berlin

Zum Objekt >>

1983 copie.jpg


Evelyn Künneke in Person

Kunstamt Wedding / Bezirksamt Wedding von Berlin, Evelyn Künneke, Plakat, 11.3.1984, Berlin

Aus der Sammlung von

Mitte Museum / Bezirksamt Mitte von Berlin

Wie darf ich das Objekt nutzen?

Quelle

Mitte Museum / Bezirksamt Mitte von Berlin

Zum Objekt >>

1984 copie.jpg


Licht und Schatten in den grossen Städten

Kunstamt Wedding / Bezirksamt Wedding von Berlin, Frans Masereel, Plakat, 3.3.1985, Berlin

Aus der Sammlung von

Mitte Museum / Bezirksamt Mitte von Berlin

Wie darf ich das Objekt nutzen?

Quelle

Mitte Museum / Bezirksamt Mitte von Berlin

Zum Objekt >>

1985 copie.jpg


Der Wedding im Wandel der Zeit

Plakat, 12.1.-1.2.1985, Berlin

Aus der Sammlung von

Alliierten Museum Berlin

Wie darf ich das Objekt nutzen?

Quelle

Alliierten Museum Berlin

Zum Objekt >>

Alliierten Museum_1985 copie.jpg


Afrikanische und karibische Folklore

Kunstamt Wedding / Bezirksamt Wedding von Berlin, Plakat, 9.11.1986, Berlin

Aus der Sammlung von

Mitte Museum / Bezirksamt Mitte von Berlin

Wie darf ich das Objekt nutzen?

Quelle

Mitte Museum / Bezirksamt Mitte von Berlin

Zum Objekt >>

1986 copie.jpg


Lucullus und Cleopatra

Kunstamt Wedding / Bezirksamt Wedding von Berlin, Plakat, 3.10.1987, Berlin

Aus der Sammlung von

Mitte Museum / Bezirksamt Mitte von Berlin

Wie darf ich das Objekt nutzen?

Quelle

Mitte Museum / Bezirksamt Mitte von Berlin

Zum Objekt >>

1987 copie.jpg


Gegen das Vergessen

Kunstamt Wedding / Bezirksamt Wedding von Berlin, Plakat, 28.2.1988, Berlin

Aus der Sammlung von

Mitte Museum / Bezirksamt Mitte von Berlin

Wie darf ich das Objekt nutzen?

Quelle

Mitte Museum / Bezirksamt Mitte von Berlin

Zum Objekt >>

1988 copie.jpg


Haydn Orchester Berlin

Kunstamt Wedding / Bezirksamt Wedding von Berlin, Plakat, 12.11.1989, Berlin

Aus der Sammlung von

Mitte Museum / Bezirksamt Mitte von Berlin

Wie darf ich das Objekt nutzen?

Quelle

Mitte Museum / Bezirksamt Mitte von Berlin

Zum Objekt >>

1989 copie.jpg


Madame Sans Gêne

Kunstamt Wedding / Bezirksamt Wedding von Berlin; Heidi Brühl, Plakat, 3.2./4.2.1990, Berlin

Aus der Sammlung von

Mitte Museum / Bezirksamt Mitte von Berlin

Wie darf ich das Objekt nutzen?

Quelle

Mitte Museum / Bezirksamt Mitte von Berlin

Zum Objekt >>

1990 copie.jpg

Kino-Cinéma

Bibliothek-Bibliothèque

Kochkurse-Cours de Cuisine





Kino

Aus der Sammlung von

Centre Français de Berlin

Wie darf ich das Objekt nutzen?

Quelle

Centre Français de Berlin

Zum Objekt >>

13.jpg


Kino-Cinéma

Im Kinosaal mit 271 Sitzplätzen wurden in den 1960er Jahren für 1,50 DM,- jede Woche im Abendprogramm mindestens zwei Spielfilme alternierend auf Französisch und Deutsch gezeigt. Das beliebte Filmangebot wurde sukzessive erweitert. Nachdem das Kino von 2010-2014 stillgelegt war, knüpft das heutige City Kino Wedding wieder an die Tradition als Anlaufstation für die Bewohner des Kiezes und darüber hinaus an, u.a. als Berlinale-Kino.

Dans les années 1960 dans la salle de cinéma disposant de 271 places, au moins deux longs métrages par semaine étaient projetés en alternance en français et en allemand dans le programme du soir. Le ticket y coutaît 1,50 DM, -. Le programme de films a connu une grande popularité et a été successivement élargi. Après le fermeture de 2010-2014, l’actuel City Kino Wedding, cinéma indépendant et accueillant entre autres des séances de la Berlinale, perpétue avec succès la tradition du lieu qui se veut être un point de rendez-vous des habitants du quartier.



Bibliothek des Centre Français de Berlin

1961, Berlin

Aus der Sammlung von

Établissement de Communication et de Production Audiovisuelle de la Défense Paris

Wie darf ich das Objekt nutzen?

Quelle

Établissement de Communication et de Production Audiovisuelle de la Défense Paris

Zum Objekt >>

s12-114.jpg


Bibliothek-Bibliothèque

Die Bibliothek des CFB führte seit Mitte der 1970er Jahre ca. 22.000 Bücher und ca. 2.300 regelmäßige Leser (Corcelle-Bericht). Franzosen und Deutsche, die sich einen Bibliotheksausweis ausstellen ließen, konnten diese Bestände gleichermaßen nutzen. Gebühren fielen nur für überzogene Leihfristen an, für deren postalische Ankündigung die Personalien der Nutzer festgehalten wurden. Ca. 30% der Literatur war auf Deutsch. Bewohner der Cités, Berliner der französischen Zone, Besucher der im CFB angebotenen Sprachkurse und Schüler nutzten den laufend aktualisierten Buchbestand.
Seit den frühen 1960er Jahren war die Bibliothek für die Besucher des CFB eine zentrale Anlaufstelle. Sie war werktags von 14 bis 20 Uhr und samstags von 14 bis 18 Uhr geöffnet. Ein(e) Diplombibliothekar(in) sowie mindestens eine Hilfskraft kümmerten sich um Bestellungen, Ausleihe, Signaturen und ca. 60 französische und deutsche (Tages-) Zeitungen und Zeitschriften im Lesesaal.

 

La bibliothèque du CFB comptait environ 22.000 livres et approximativement 2.300 lecteurs réguliers depuis la moitié des années 1970 (rapport Corcelle). Les Français et les Allemands qui disposaient d’une carte de bibliothèque pouvaient utiliser ces fonds de la même manière. Des frais n’étaient perçus que pour les retours en retard, pour lesquels les données personnelles des utilisateurs étaient enregistrées. Environ 30% de la littérature était en allemand. Les résidents des Cités, les Berlinois de la zone française, les visiteurs des cours de langue proposés au CFB ainsi que des élèves avaient accès à ce stock de livres constamment actualisé et réapprovisionné. Depuis le début des années 1960, la bibliothèque est devenue un élément central de la fréquentation du public au CFB. Elle était ouverte pendant la semaine de 14h à 20h et les samedis de 14h à 18h. Un(e) bibliothécaire diplômé(e) et au moins un(e) assistant(e) s’occupaient des commandes, des prêts, des signatures et d’environ 60 quotidiens, journaux et magazines français et allemands dans la salle de lecture.



"Lehrküche" des Centre Français de Berlin

Aus der Sammlung von

Établissement de Communication et de Production Audiovisuelle de la Défense Paris

Wie darf ich das Objekt nutzen?

Quelle

Établissement de Communication et de Production Audiovisuelle de la Défense Paris

Zum Objekt >>

berlin-S12-94.jpg


Kochkurse-Cours de Cuisine

In der „Lehrküche“ des CFB fanden wöchentliche Kochkurse unter Leitung eines französischen oder deutschen Küchenchefs statt. Die gut besuchten Kurse richteten sich an Hausfrauen und Interessierte der jeweiligen Landesküche, aber regelmäßig auch an bis zu 40 Personen umfassende Schülergruppen und sozial benachteiligte Kinder, die die hier zubereiteten Speisen umsonst oder für kleines Geld verköstigen konnten.

Dans la cuisine d’apprentissage se déroulait chaque semaine des cours de cuisine avec des chefs de cuisines francais.es ou allemands.es. Les cours ont été bien fréquentés et s’adressaient à des mères de famille ou des classes scolaires jusqu’à 40 élèves. Des enfants issus des milieux défavorisés pouvaient également participer et manger les plats préparés gracieusement ou à petit prix.

04

La Gazette



La Gazette de Berlin Nr.1 vom 26.2.1965

Zeitschrift, 26.2.1965, Berlin

Aus der Sammlung von

Alliierten Museum Berlin

Wie darf ich das Objekt nutzen?

Quelle

Alliierten Museum Berlin

Zum Objekt >>

Gazette.JPG


Die Zeitschrift-La Revue

A) Die im Alliiertenmuseum Berlin archivierte französische Militärzeitschrift "La Gazette de Berlin" erschien von Februar 1965 bis April 1994 jeden zweiten Freitag im Monat. Sie wurde im Quartier Napoleon redigiert und wahrscheinlich auch hier gedruckt. Darüber hinaus fehlen konkrete Angaben zu Machern und Auflage.  

Die Gazette lag in der Offiziers- und Unteroffiziersmesse, dem Mannschaftsheim und den Kantinen des Quartier Napoleons aus. Frei erhältlich war sie darüber hinaus an frequentierten Orten der Cités im französischen Sektor, z.B. in den französischen Kulturzentren, den Vereinshäusern (Reiten, Boule, Rugby, Tennis etc.) und Supermärkten (Economat).

Die Zeitschrift erweiterte ihren Umfang bis in die 1980er Jahre von anfänglich zehn auf zwanzig Seiten. Charakteristikum des äußeren Erscheinungsbildes der Zeitschrift war die Titelseite mit dem blauen Schriftzug „La Gazette de Berlin“ auf weißem Hintergrund, eingerahmt von den einander zugewendeten Wappentieren gallischer Hahn und Berliner Bär.

Erst im April 1985 wurde dieses Layout modernisiert. Nun war es ein rot-schwarzer Schriftzug auf weißem Hintergrund, umrahmt von der blauen Silhouette Berlins, die der Bär ohne sein Konterfei den Hahn krönte. Das Berliner Wappentier sowie die Angaben zu Jahrgang und Erscheinungsdatum fielen mit der Modernisierung vom Januar 1989 ebenfalls weg. Fortan variierten von Ausgabe zu Ausgabe Hintergrund und Farbe des Schriftzuges, der zusammen mit der weitergeführten Erscheinungsnummer Erkennungsmerkmal der Gazette vor nunmehr ganzseitigen Buntfotografien blieb.

Das zumeist militärisch konnotierte und in Schwarzweiß gehaltene Titelbild lichtete seit Beginn der 1980er Jahre statt uniformierten Soldaten (bei Übungen, Paraden, Empfängen, im Gespräch etc.) zunehmend Impressionen aus Kulturveranstaltungen ab. Diese Schwerpunktverschiebung von der sichtbaren Ausrichtung auf französische Militärangehörige und deren Familien hin zum französischen Kulturprogramm vollzog das Blatt auch inhaltlich. Gleichwohl schaltete die Gazette seit der ersten Ausgabe als feste Programmpunkte akribisch alle Kultur- und Sportveranstaltungen im französischen Sektor auf.

Das Institut Français, das Centre Français de Wedding und das Centre Bagatelle hatten häufig eigene oder gemeinsam eine Doppelseite. Vergleichbar prominent war das Filmprogramm des französischen Kinos L´Aiglon positioniert. Aber auch das deutsche Film-, Theater- und Musikprogramm sowie (Kunst-) Ausstellungen im Sektor (Philharmonie, Hochschule der Modernen Künste, Volksbühne, Schloßpark-, Renaissance-, Schiller-Theaters etc., Deutschlandhalle, ICC Berlin etc.) waren feste Größen der Gazette. Dies galt zusätzlich für Events des französischen Vereinswesens und Treffen der deutsch-französischen Gesellschaften sowie des immer populärer werdenden Fernsehprogrammes.

 

B) Le revue militaire français "La Gazette de Berlin", archivée au Alliierten Museum Berlin, paraissait tous les deuxièmes vendredis du mois à partir de février 1965 jusqu'en avril 1994. La rédaction se trouvait dans le Quartier Napoléon et il est probable qu'elle ait été aussi imprimée là. Cela étant, il n'y a pas d'informations concrètes ni sur les rédacteurs ni sur le nombre de parutions. 

La Gazette était disponible dans les mess des officiers et des sous-officiers, les logements de l'état-major et les cantines du quartier Napoléon. Elle était également en vente libre dans les lieux fréquentés des Cités du secteur français, par exemple dans les centres culturels français, les clubhouses (équitation, boules, rugby, tennis, etc.) et les supermarchés (Economat).

Dans les années 1980, la revue est passée d’un volume de dix à vingt pages. Un trait caractéristique de l'apparence de la revue était la page de titre portant l'inscription "La Gazette de Berlin" en bleu sur fond blanc, encadrée par les animaux héraldiques que sont le coq gaulois et l'ours de Berlin se faisant face.

Ce n'est qu'en avril 1985 que cette disposition a été modernisée. Désormais les lettres se déclinaient en rouge et noir sur fond blanc, encadrées par la silhouette bleue de Berlin, l'ours couronnant le tout et s'étant passé de son pendant le coq. L'animal héraldique de Berlin et les informations sur l'année et la date de publication ont également été abandonnés lors de la modernisation opérée en janvier 1989. À partir de ce moment-là, le fond et la couleur du lettrage variaient d'un numéro à l'autre, lettrage qui avec le numéro de publication sont restés les seuls signes distinctifs de la Gazette dotée dorénavant de photographies couleurs pleine page.

Depuis le début des années 1980, la photo de couverture, qui avait généralement une connotation militaire et était conservée en noir et blanc, montre de plus en plus souvent des impressions d'événements culturels au lieu de soldats en uniforme (lors d'exercices, de défilés, de réceptions, de conversations, etc.). Ce déplacement de l'accent mis sur les militaires français et leurs familles vers le programme culturel français a également été effectué par le journal en termes de contenu. Néanmoins, dès le premier numéro, la Gazette incluait minutieusement tous les événements culturels et sportifs du secteur français dans les programmes fixes.

L'Institut Français, le Centre Français de Wedding et le Centre Bagatelle avaient souvent leur propre double page ou une double page commune. De la même manière, et en grande pompe d'ailleurs, y figurait le programme de films du cinéma français L'Aiglon. Les programmes de cinéma, de théâtre et de musique proposés par des institutions allemandes ainsi que les expositions (d'art) du secteur (Philharmonie, Hochschule der Modernen Künste, Volksbühne, Schloßpark, théâtres Renaissance, Schiller etc., Deutschlandhalle, ICC Berlin etc.) y trouvaient aussi leur place. Il en allait de même pour les manifestations et événements des associations françaises et les réunions des sociétés franco-allemandes, ainsi que pour le programme télévisé, devenant de plus en plus populaire.

La Gazette: Kulturprogramm des Centre Français de Berlin 1969-1971

Recherche und Auswertung: Lea Ganzert (Universität Trier)

 
Gazette Nr. 100 (5) 24.01.1969
CFB-Ausstellung:      30.01.1969      Wenzig & Moser
                                        3.-25.02.1969 Künstlerbund Reinickendord
CFB-Kino:                     30.01.1969      Die Gans von Sedan
CFB-Vortrag:              29.01.1969      Les trois Alexandre Dumas: le grandpere, le pere et le
fils (Corcelle)
 
Gazette Nr. 106 (5) 18.04.1969
CFB-Ausstellung:      18.04.-09.05.1969 Madame Georges Perret
CFB-Vortrag:              18.04.1969     La réforme de l’enseignement secondaire en France
                                       25.04.1969     Geneve-Centre de tourisme“ mit Film (je Corcelle)
Sonstiges:                   Ausstellung des Briefmarkensammlerklubs Wedding im Institut Francais
 
Gazette Nr. 107 (5) 02.05.1969
CFB-Ausstellung:      18.04.-09.05.1969 Madame Georges Perret
CFB-Kino:                     08.05.1969      Filme für die Jugend (deutsche Fassung)
                                        10.05.1969       Un roi sans divertissement
                                        09.05.1969      La longue Marche (mit Kommentar von Corcelle)
 
Gazette Nr. 108 (5) 16.05.1969
CFB-Ausstellung:      30.05.1969      Herr Michel Prévert
CFB-Kino:                     22.05.1969      Der zweite Atem
CFB-Vortrag:              30.05.1969      Geneve-Ville d’Histoire (mit Film & Ansage Corcelle)

Gazette Nr. 109 (5) 30.05.1969
CFB-Ausstellung:      05.06.-27.06.1969 Herr Jacques de Feline
CFB-Kino:                    13.06.1969       Les Carabiniers (Einführung Corcelle)
CFB-Vortrag:             30.05.1969      Geneve-Ville d’Histoire (mit Film & Ansage Corcelle)
 
Gazette Nr. 110 (5) 13.06.1969
CFB-Ausstellung:    05.06.-27.06.1969 Herr Jacques de Feline (mit Fotos aus dem CFB)
CFB-Kino:                   13.06.1969       Les Carabiniers (Einführung von Corcelle)
                                      20.06.1969      Les Chouans (Einführung und Kommentar von Corcelle)
 
Gazette Nr. 111 (5) 27.06.1969
CFB-Ausstellung:     30.06.-21.07.1969 Herr Markus von Gosen
 
Gazette Nr. 112 (5) 11.07.1969
CFB-Ausstellung:        21.06.1969      Markus von Grosen
CFB-Veranstaltung:   13.07.1969      Soirée de Variétés im CFB zum Fête Nationale
                                                                  Musique du 46 R.I.
                                                                  Groupes folkloriques „Lou Riban de Provenco“

GazetteNr. 113 (5) 27.07.1969           Ohne Eintrag zum CFB
 
Gazette Nr. 114 (5) 14.09.1969
CFB-Ausstellung:      16.09.-08.10.1969 Herr Ernst Leonhardt
 
Gazette Nr. 115 (5) 26.09.1969         Ohne Eintrag zum CFB
 
Gazette Nr. 116 (5) 10.10.1969           Ohne Eintrag zum CFB
 
Gazette Nr. 117 (5) 24.10.1969
CFB-Ausstellung:      30.10.1969      Herr Henrik Brandt
CFB-Kino:                     24.10.1969      La princesse de cleves (Einführung Corcelle)
CFB-Vortrag:              07.11.1969      „Alexandre Dumas, intarissable romancier de  
                                                               l’Histoire“ (Corcelle)
 
Gazette Nr. 118 (5) 07.11.1969
CFB-Veranstaltung:   28./30.11. & 1.12.1969 Le groupe théâtrale „Les Baladins du Val de Marne“. Eine Komödie in vier Akten „Le Don d’Adele“
CFB-Kino:                 13.11.1969      Zum Beispiel Balthasar
                                    21.11.1969      Knock (Einführung und Kommentar von Corcelle)
CFB-Vortrag:          07.11.1969      „Alexandre Dumas, intarissable romancier de
                                                           l’Histoire“(Corcelle)
 
Gazette Nr. 119 (5) 21.11.1969
CFB-Veranstaltung:   28./30.11. & 1.12.1969 Le groupe théâtrale „Les Baladins du Val de Marne“. Eine Komödie in vier Akten „Le Don d’Adele“
CFB-Kino:                27.11.1969      Fahrenheit 451
                                   21.11.1969       Knock (Einführung und Kommentar von Corcelle)
CFB-Vortrag:         05.11.1969      Brest, Ville neuve et Port Militaire? (Corcelle)
 
Gazette Nr. 120 (5) 05.12.1969
CFB-Veranstaltung:   28./30.11. & 1.12.1969 Le groupe théâtrale „Les Baladins du Val de Marne“. Eine Komödie in vier Akten „Le Don d’Adele“
CFB-Vortrag:         05.12.1969     Brest, Ville neuve et port Militaire? (Corcelle)
                                   19.12.1969      Miquette et sa Mere (Corcelle)
Sonstige: Artikel über Corcelle und seine Vorträge
 
Gazette Nr. 121 (5) 19.12.1969
Sonstiges: Informationen zum Briefmarkensammlerklub, am 01.02.1970 im CFB
 
Gazette Nr. 122 (6) 09.01.1970
CFB-Ausstellung:      02.02.1970      Artur K. Führer
 
Gazette Nr.123 (6) 23.01.1970
CFB-Ausstellung:      02.02.1970      Artur K. Führer mit Bildern zur Ausstellung
CFB-Kino:                     29.01.1970      Wenn Katelbach kommt
                                        05.02.1970     Liebesspiele
CFB-Vortrag:              30.01.1970       New York-Verdue, culture et paix (Corcelle)
 
Gazette Nr. 124 (6) 06.02.1970
CFB-Ausstellung:     09.-28.02.1970 Künstlerbund Reinickendorf
CFB-Kino:                    13.02.1970      Au Hasard Balthasar (Einführung von Corcelle)
                                       12.02.1970    Der Start
 
Gazette Nr. 125 (6) 20.02.1970
CFB-Ausstellung:     09.-28.02.1970 Künstlerbund Reinickendorf mit Bildern zur Ausstellung
 
Gazette Nr. 126 (6) 06.03.1970
CFB-Ausstellung:      26.03.1970     Herr Jacques le Roux
CFB-Kino:                     12.03.1970      Die Goldsucher von Arkansas
                                        19.03.1970      Es begann in Neapel
                                        20.03.1970      La vieille da meIndigne (Einführung von Corcelle)
 
Gazette Nr. 127 (6) 20.03.1970
CFB-Ausstellung:      26.03.1970     Herr Jacques le Roux
CFB-Kino:                    20.03.1970      La vieille da meIndigne (Einführung von Corcelle)
 
Gazette Nr. 128 (6) 03.04.1970
CFB-Ausstellung:      26.03.1970      Ebbe Eberhardsson
CFB-Veranstaltung: Le Choeur National Universitaire „la Faluche“, dirigiertvon Jacques Grimbert, singtim CFB
 
Gazette Nr. 129 (6) 17.04.1970
CFB-Ausstellung:      26.03.1970      Ebbe Eberhardsson
CFB-Kino:                     24.04.1970      Le Mariage de Chiffron
                                        23.04.1970      Alexis Sorbas
                                        30.04.1970     Versprich ihr alles
CFB-Vortrag:               17.04.1970      Amiens, Capitale de la Picardie mit Diashow (Corcelle)
Sonstiges: Kurze Beschreibung der Bibliothek im CFB
 
Gazette Nr. 130 (6) 01.05.1970
CFB-Ausstellung:      21.05.1970      Eduard Windheuser
CFB-Kino:                     14.05.1970      Der König und ich
CFB-Vortrag:              15.05.1970      Philadelphia et Washington: impressions d’un recent séjour Diashow (Corcelle)
Sonstiges: Kurze Beschreibung der Bibliothek im CFB
 
Gazette Nr. 131 (6) 15.05.1970
CFB-Ausstellung:      21.05.1970      Eduard Windheuser mit Bildern zur Ausstellung
                                        15.06.1970      Pierre-Maria Rudelle
CFB-Kino:                     22.05.1970     Le dernier des six
                                        21.05.1970      Der Spion der kalten Nase
                                        28.05.1970     Nur die Sonne war Zeuge
CFB-Vortrag:              15.05.1970       Philadelphia et Washington: impressions d’un recent séjour Diashow (Corcelle)
 
Gazette Nr. 132 (6) 29.05.1970
CFB-Ausstellung:      15.06.1970      Pierre-Maria Rudelle mit Bildern zur Ausstellung und genaueren Infos
CFB-Kino:                     12.06.1970       Sylvie et le Fantome
                                       04.06.1970      Am Abend des folgenden Tages      
Balduin, der Trockenschwimmer
CFB-Vortrag:             05.06.1970      Problemesactuels des USA (Corcelle)
CFB-Veranstaltung:   11.05.1970      Soirée de Ballet, Aufführung der Tanzschule von Lilli  Strahnke & Solo von Katja Dubios (Staatsballett Berlin)
 
Gazette Nr. 133 (6) 12.06.1970
CFB-Ausstellung:      18.06.1970      Pierre-Maria Rudelle
                                        16.07.1970      Heins Schunn
CFB-Kino:                     12.06.1970      Sylvie et le Fantome
                                        19.06.1970      Jules et Jim
 
Gazette Nr. 134 (6) 26.06.1970
CFB-Ausstellung:      16.07.1970      Heins Schunn mit Bildern zur Ausstellung
 
Gazette Nr. 135 (6) 10.07.1970
CFB-Veranstaltung: 19.07.1970      „Theatre de Verdue Rehberge“, „Soiree de Varietes“. Groupes folkloriques du Limousin, de la Vendée et des Antilles
Musique du 46éme R.I. Bagdad de Fougéres (Bretagne)

Gazette Nr. 136                                    Fehlt


Gazette Nr. 137 (6) 18.09.1970
CFB-Ausstellung:      27.09.1970      J.R. Haeusser
 
Gazette Nr. 138 (6) 02.10.1970
CFB-Ausstellung:      25.10.1970      Francois Kretz
CFB-Kino:                     09.10.1970      Jules et Jim
                                        08.10.1970      Meine Nerven, deine Nerven
                                        15.10.1970       Operation Gold
CFB-Vortrag:              16.10.1970       Alexandre Dumas fils: Sa vie et son Œuvre (Corcelle)
 
Gazette Nr. 139 (6) 16.10.1970
CFB-Ausstellung:      18.11.1970        Sonja Vincent
CFB-Kino:                    22.10.1970      Glut unter der Asche
                                       23.10.1970      Tu seras terriblement gentille
                                       29.10.1970      Der Herr mit den Millionen
 
Gazette Nr. 140 (6) 30.10.1970
CFB-Kino:                 05.11.1970       Gefährliche Abenteuer
                                    12.11.1970        Agentin H 21 – Mata-Hari
                                    13.11.1970        Le rat d’Amerique
CFB-Vortrag:          06.11.1970       La Cote d’Azur de Mention a Nice (Corcelle)
                                    11.11.1970         Französische Lyrik des 20. Jahrhunderts von Valery bis Michaux Dr. Heyck
 
Gazette Nr. 141 (6) 13.11.1970
CFB-Kino:                 19.11.1970      Oscar
                                    26.11.1970     Der Schafwagenmörder
                                    13.11.1970       Le rat d’Amerique
                                    27.11.1970      Le six chevaux bleus
CFB-Vortrag:          25.11.1970     Das noch heute märchenhafte, malerische Marokko (Erich Pilatz). Conférence de M. Corcelle au Groupe de Jeunes
CDB- Konzert:        28.11.1970      Die glückliche Insel - Opéra de Jacques Offenbach
 
Gazette Nr. 142 (6) 24.11.1970
CFB-Kino:                 03.12.1970      …denn der Wind kann nicht lesen
                                    18.12.1970       Les Anges du Peche
 
Gazette Nr. 143 (6) 18.12.1970
CFB-Ausstellung:      23.11. bis in den Januar:  Ernst Leonhardt, Gerhard Kirchheim, Alfons Schätzchen, Poornima Gouriswar
CFB-Veranstaltung: Les Majorettes im CFB
                                        Weihnachtsfeier im CFB mit 140 französischen und deutschen Kindern. Es gab Geschenke, Stollen, Saft, Schokolade, Sandwiches und es wurden Filme geschaut.
 
Gazette Nr. 144 (7) 08.01.1971
CFB-Ausstellung:      05.02.1971      Peter Gebhardt
CFB-Kino:                     21.01.1971        Diese Erde ist mein
                                        22.1.1971         La Marseillaise
CFB-Vortrag:              13.01.1971        Kulturgeschichtliche Wanderungen durch das obere Elsass (Dr. Kirchner)
                                        15.01.1971        Impressions de Prague (Corcelle)
 
Gazette Nr. 145 (7) 22.01.1971
CFB-Ausstellung:      05.02.1971      Peter Gebhardt, Bilder aus der Ausstellung
CFB-Kino:                     28.01.1971       Die mit Fäusten reden
                                        04.02.1971      Ein Mann für Afrika
CFB-Vortrag:              27.01.1971        Zwischen Wouri und Tsanaga – Das ehemalige französische Mandatsgebiet Kamerun
                                        29.01.1971      Un francais au Japon mit Prof. Didier Peyrat
 
Gazette Nr. 146 (7) 05.02.1971
CFB-Ausstellung:      02.03.1971      Fritz Kliem
CFB-Kino:                     11.02.1971        Die Freunde
                                        18.02.1971       Der Knabe auf dem Delphin
                                        19.02.1971       Les Copains
CFB-Vortrag:              10.02.1971       Auf den Spuren Dschingis Khans quer durch Afghanistan (Charlotte Wendorff)
                                       12.02.1971      La Tunisie, Impressions d’un Touriste (Corcelle)
CFB-Konzert:             20.02.1971      Hadyn Orchester Berlin (Helmut Link)
 
Gazette Nr. 147 (7) 19.02.1971
CFB-Kino:                                           Die Abenteuer des hochwohllöblichen Ritters Branca Leone
                                      04.03.1971      Les Girls
                                     26.02.1971       Douce
                                     05.03.1971       Juliette ou la cle des songs
CFB-Vortrag:            24.02.1971      Portugal, Garten Europas (Hans Strelocke)
 
Gazette Nr. 148 (7) 05.03.1971
CFB-Kino:                   11.03.1971        Der Flug des Phoenix
                                      18.03.1971      Topkapi
CFB-Vortrag:            10.03.1971       Bretagne: Menhirs, Calvaires und wilde Küsten
                                      12.03.1971       La vie Tunisienne, Impressions d’un recent Voyage
 
Gazette Nr. 149 (7) 19.03.1971
CFB-Ausstellung:      27.03.1971      Claude-Oliver le Duigou
CFB-Kino:                     25.03.1971      Zwei auf gleichem Weg
                                        01.04.1971       Spartacus
                                        01.04.1971       La traversee de Paris
CFB-Vortrag:              24.03.1971      Nimes, Arles, a Vignon
 
Gazette Nr. 150 (7) 02.04.1971
CFB-Ausstellung:      22.04.1971      Paulette Bacon
 
Gazette Nr. 151 (7) 16.04.1971           Ohne Eintrag zum CFB
 
Gazette Nr. 152 (7) 30.04.1971
CFB-Ausstellung:      15.05.1971       Bilder der Côte d’Azur (Wettbewerbsausstellung)
CFB-Kino:                    06.05.1971      Frühstück bei Tiffany
                                       13.05.1971       Lava
CFB-Vortrag:             30.04.1971      L’Influence de la Guerre de 1870/71 sur les Ecrivains francais et allemands (Corcelle)
                                       05.05.1971      Napoleon Bonaparte im Urteil der Historiker (Dr. Paul Hartig)
CFB-Konzert:              14.05.1971      Jean Deplace (Violine) Jean Kemblinsky (Piano)
 
Gazette Nr. 153 (7) 14.05.1971
CFB-Ausstellung:      06.06.1971      Michel Prevert, l’animateur du Bingo
CFB-Kino:                                             Der Sommer der Verfluchten
CFB-Vortrag:              19.05.1971        Israel. Land zwischen Orient und Okzident. Christof Ritzki
                                        28.05.1971      La Rochelle-Ville d’Histoire et port de peche
 
Gazette Nr. 154 (7) 28.05.1971
CFB-Kino:                    03.06.1971      Ein Rucksack voller Ärger
CFB-Vortrag:             02.06.1971      Auf römischen Straßen von Trier nach Marseille (Erika Lemke-Western)
 
Gazette Nr. 155 (7) 11.06.1971
CFB-Ausstellung:      06.07.1971      Madeleine Joly-Sigmund
 
Gazette Nr. 156 (7) 25.06.1971
CFB-Ausstellung:      06.07.1971      Madeleine Joly-Sigmund
 
Gazette Nr. 157 (7) 09.06.1971         Ohne Eintrag zum CFB
 
Gazette Nr. 158 (7) 23.06.1971         Ohne Eintrag zum CFB
 
Gazette Nr. 159 (7) 01.10.1971
CFB-Ausstellung:      14.10.1971      Daniele Belasco
CFB-Kino:                     01.10.1971      Le chemin des Bcoliers   
                                        07.10.1971     Ein Leben in Leidenschaft
CFB-Konferenz:         08.10.1971     Annecy: Son Lac et ses Montagnes (Corcelle)
                                        15.10.1971      Carthage (Pierre Mace)
                                        13.10.1971      Spaziergänge im Quartier Latin (Günther Zahn)
 
Gazette Nr. 160 (7) 10.10.1971
CFB-Ausstellung:      08.11.1971      Georges Costelle
CFB-Kino:                    22.10.1971      La Tete contre les Murs
                                       21.10.1971       Le Bonheur-Liebe aus dem Blickwinkel des       Mannes
                                       28.10.1971     Das Haus
CFB-Vortrag:             15.10.1971      Carthage (Pierre Mace)
                                      05.11.1971       L’Influence de la Guerre de 1870/71 sur les Ecrvains allemands (Corcelle)
                                       27.10.1971      Im Schwimmwagen zu Wasser und zu Lande durch Frankreich (G. Schäfer)
CFB-Konzert:             29.10.1971      Recital de Piano avec E. Sternlicht
 
Gazette Nr. 162 (7) 12.11.1971
CFB-Ausstellung:      08.12.1971      Ausstellung von Bildern  der Grundschule „La Fontaine“
CFB-Kino:                     26.11.1971      Paris N’Existepas
                                         18.11.1971      My Fair Lady
CFB-Vortrag:              24.11.1971      Strasbourg – Basse- Alsace (Dr. Gero Kirchner)
 
Gazette Nr. 163 (7) 26.11.1971
CFB-Ausstellung:      08.12.1971     Ausstellung von Bildern  der Grundschule „La Fontaine“
CFB-Kino:                    02.12.1971      Das kleine Teehaus
                                       09.12.1971      Der eiskalte Engel
                                       10.12.1971       Les Enfants du Palais
CFB-Vortrag:             03.12.1971      Troyes. Capitale de la Champagne et de la Bonneterie Französische, Pyrenaen M. Ritzki
 
Gazette Nr. 164 (7) 10.12.1971
CFB-Ausstellung:      31.12.1971      Gertrud  Rauh-Schönberg
 
Gazette Nr. 165 (8) 07.01.1971
CFB-Ausstellung:      28.01.1972      Chantal Cusin-Berche
CFB-Vortrag:             28.01.1972      Le Liban de Visu (Corcelle)
Sonstiges:                                           Liste aller Zeitungen und Zeitschriften im CFB



05

Schlüsseldokumente - Documents clés

Corcelle-Bericht 1975 Dossier-Corcelle 1975



A) Charles Corcelle hat nach 30 Jahren Dienst für die Franzosen in Berlin und nach 14 Jahren als Direktor des CFB ein Abschlussdossier in Form eines Tätigkeitsberichtes verfasst. Ganz gezielt dokumentiert er hierin einerseits die Erfolgsgeschichte und Entwicklung des CFB, dessen öffentliches und soziales Engagement und breites Veranstaltungsprogramm. Andererseits macht er seinen persönlichen Beitrag stark, erklärt seine Arbeitsabläufe, hieraus erwachsene Veranstaltungsformate und professionellen Kontakte, etwa zu den deutschen Bezirksbürgermeistern im Wedding und in Reinickendorf.

Diese Überlieferungsabsicht als roter Faden von Corcelles Bericht korrespondiert mit dessen Karriereende und den hochrangigen Adressaten, an die er sein Dossier im Dezember 1975 verschickte. Gegenüber dem Kommandanten des französischen Sektors, dem zuständigen Minister, der Botschaft etc. plädierte Corcelle in vollem Umfang für die Fortsetzung der implementierten Programme des CFB und somit auch für Kontinuitäten bei dessen Finanzierung. Damit leistete er einen nicht zu unterschätzenden Beitrag für seine NachfolgerIn und die fortdauernde Geschichte des Centre.

Die Aufrechterhaltung und der Ausbau der zwischen den französischen Militärhabern und deutschen Behörden qua Kulturpolitik etablierten Kommunikationskanäle war ein zentrales Anliegen beider Akteursebenen. Allerdings symbolisierte die große Akzeptanz des CFB bei der Bevölkerung vom Wedding und von Reinickendorf, und somit die zivilene Ebene, den eigentlichen Erfolg des französisch-deutschen Austausches. Nicht allein die Frequentierung des Centre, die Corcelle zum Teil ebenso akribisch festhielt wie die Diversität der Besucher, wies auf die heute als Normalzustand empfundene deutsch-französische Freundschaft hin, sondern auch die auf privater Ebene eingegangenen Verbindungen.

Der Corcelle-Bericht stellt somit ein Schlüsseldokument für die Geschichte, Struktur, Organisation und Arbeitsabläufe des CFB dar. Als Quelle und als persönliches Vermächtnis ist das Digitalisat nachfolgend im französischen Orirginal nachlesbar und als deutsche Übersetzung, die Trierer Studierende erarbeitet haben.

B) Après 30 ans au service des Français à Berlin et 14 ans comme directeur du CFB, Charles Corcelle a rédigé un dossier final sous forme d'un rapport d'activité. D'une part, il documente de manière ciblée le succès et le développement du CFB, son engagement public et social et son vaste programme d'événements culturel. D'autre part, il y souligne sa contribution personnelle, explique ses méthodes de travail, les formats d'événements et les contacts professionnels qui en sont issus, par exemple avec les maires de district allemands de Wedding et Reinickendorf.

Cette intention de transmission comme fil conducteur du rapport de Corcelle correspond à la fin de sa carrière et s’adresse à des destinataires de haut rang auxquels il a envoyé son dossier en décembre 1975. S’adressant au commandant du secteur français, au ministre compétent, à l'ambassade, etc., Corcelle plaide de toute sa force pour la poursuite des programmes mis en œuvre par le CFB et donc aussi pour une continuité de son financement. Ainsi, il a apporté une contribution non négligeable à ses successeurs et à l'histoire du Centre.

Le maintien et l'expansion des canaux de communication établis entre les dirigeants militaires français et les autorités allemandes en matière de politique culturelle étaient une préoccupation centrale des deux niveaux d'acteurs. Cependant, la grande acceptation du CFB par la population de Wedding et de Reinickendorf, donc le niveau civil, symbolisait le véritable succès de l'échange franco-allemand. Ce ne sont pas seulement la fréquence des visites du Centre et la diversité des visiteurs, que Corcelle se faisait un point d’honneur d’enregistrer méticuleusement, qui portaient à croire à une amitié franco-allemande aujourd’hui considérée comme normale, mais aussi les liens établis au niveau privé par le biais de celui-ci

Le rapport de Corcelle est donc un document clé pour l'histoire, la structure, l'organisation et les processus de travail du CFB. Comme source et comme héritage personnel, la copie numérisée peut être lue ci-dessous dans l'original français et dans une traduction allemande élaborée par des étudiants de l’université de Trèves.



Corcelle Bericht_13.1.1975_Teil 1

Aus der Sammlung von

Centre Français de Berlin

Wie darf ich das Objekt nutzen?

Quelle

Centre Français de Berlin

Zum Objekt >>

Rapport activité Corcelle_13.1.1975_Part 1.jpg


Corcelle-Bericht, 13.1.1975 (Teil I) Dossier-Corcelle, 13.1.1975 (Part I)

 
 
Aus dem Französischen (hier: Original Teil 1) ins Deutsche übersetzt von Francis Kirchen und Tom Strauch (Universität Trier)

 
 
Delegation des französischen Sektors,
betreff Austausch mit deutschen Autoritäten          

CH. Corcelle
An den Herrn General
den Kommandanten des GMFB
[Gouvernement Militaire Français Berlin] [1] 
                                              
Vertraulich                                                 
Betreff: Zum Thema der Dienste von Herrn Corcelle:
- Tätigkeitsbericht (Kapitel I-III)
 
/Kopien an/
- Zuständigen Minister
- Berater der Botschaft
- Chef der politischen Abteilung
3 Exemplare (für das Protokoll)
 
 
 
Berlin, den 13.01.1975
 
 
Kapitel I
Ziel und Überblick
I.- Nach der Berlin-Blockade (24. Januar 1948 – 12. Mai 1949) und dem Umsturz in Prag hat sich eine Seite der französischen Politik gewendet: die Stunde der französisch-deutschen Versöhnung hat geschlagen und auf beiden Seiten des Rheins machen sich Menschen guten Willens an die Arbeit, um französisch-deutsche Gemetzel[2] nicht mehr zu erleben, jene Sorte "europäischer Bürgerkriege", die nur Ruinen bei Siegern und Besiegten hinterlassen.
Andererseits markiert das Jahr 1949 in Berlin das Ende der Fremdverwaltung: die Militärregierungen der Bezirke, für uns Wedding und Reinickendorf, werden rechtlich irrelevant.
Werden wir ihre Räumlichkeiten unbesetzt lassen?
Das ist nicht die Absicht von General Ganeval.[3] Mit Weitsicht hat dieser Widerstandskämpfer, dieser Ex-"Insasse" von Buchenwald entschieden, in jenen Räumlichkeiten "Verbindungsbüros" mit dem Ziel einzurichten, gute Beziehungen nicht nur zu den Ädilen [Stadtvätern], sondern auch zu den Honoratioren sämtlicher Wirtschaftszweige und sogar zur Bevölkerung selbst zu erstellen und zu pflegen; das ist, was man eine "deutsch-französische Annäherung" nennt.
 
II.-  Da ich während der Blockade als Leiter der "Betriebs- und Transitzentrale" des neuen Flugplatzes Tegel das Vertrauen der 2.500 bis 3.000 deutschen Angestellten und Arbeiter gewonnen hatte, dir mir direkt oder indirekt zur Verfügung standen, ernannte mich General Ganeval 1950 zum Leiter des „Verbindungsbüros Wedding“. Und er fügte hinzu: "Sie sind der perfekte Mann für diese Art von Mission."
Kurz darauf übernimmt General Carolet, der dem europäischen Gedanken und der deutsch-französischen Aussöhnung ebenfalls sehr offen gegenübersteht, das Kommando über den französischen Sektor, bestätigt mich in meiner Funktion und gibt mir quasi freie Hand.[4] Ich werde also in der Lage sein, die Öffnungsarbeit fortzusetzen, die mir nicht nur von meinen Führungskräften, sondern auch von meiner tiefen Überzeugung vorgegeben wird.
Kurzum, mein eigentliches Ziel ist von jetzt an die Versöhnung mit dem "Erbfeind", mit anderen Worten, die Vervielfachung der Kontakte mit den Berlinern, nicht nur mit den Ratsherren und Beamten, sondern, wann immer sich die Gelegenheit ergibt, auch mit allen anderen. Mein Aktionsradius war während dieser Periode und während des Wartens auf eine größere Sichtweite auf den Bezirk Wedding reduziert.
Und mein Kampfplan? … Nun, dieser ist schlicht; es geht darum, viele Menschen zu sehen und so viele Vertreter der verschiedensten Tätigkeitsbereiche wie nur möglich zu besuchen: Politik, Verwaltung, sämtliche Bildungsebenen, Mediziner (Wedding tut sich nicht gerade mit den besten Krankenhäusern West-Berlins hervor), evangelische, katholische und jüdische Geistliche, Vertreter von Industrie, Handel und Finanzwesen, Sportvereine und – das Beste am Schluss – das Kulturmilieu.
 
III.- Ja, die Kultur... Ich hatte die Meinung, dass die französische Kultur, die in der ganzen Welt unvergleichliches Ansehen genießt, für mich ein großer Vorteil in meinem Plan der deutsch-französischen Annäherung war. Ich begann damit, dass ich dem für die "Volksbildung" zuständigen stellvertretenden Leiter in Wedding vorschlug, ihm Werke französischer Autoren im Original und in deutscher Übersetzung für seine Bibliotheken zu schicken, während ich darauf wartete, eine kleine - ich sage kleine, weil unsere Mittel damals sehr begrenzt waren -  freilich französische, aber eben auch zweisprachige Bibliothek zu eröffnen. Mein Ziel war weniger das Lehren der französischen Sprache als die Verbreitung unserer Kultur, die sich trotz des Mangels passgenauerer Worte, auch sehr gut in anderen Sprache vermitteln lässt: meiner Vorstellung nach sollte diese kleine Bibliothek ein Anziehungspunkt für eine bestimmte Elite, eine Durchschnittselite oder eine angehende Elite werden.
Die Gelegenheit beim Schopf packend, fand der Stadtrat, ein guter Mann, ein ehemaliger Mitarbeiter von Ernst Reuter in Magdeburg, mit reiner Vergangenheit, sehr frankophil, allerdings heute verschwunden, meine Idee ausgezeichnet. Und er ging sogar noch weiter und bot mir kostenlos vier Räume - einer davon sehr groß - im Kulturzentrum an der Bad-Straße im Viertel Gesundbrunnen an, die es uns, wie er hinzufügte, ermöglichten, Kultur im vollen Sinne des Wortes praktizieren und Leute – wie wir wünschen – aus der ganzen Welt anziehen zu können, auch aus dem sowjetischen Sektor, der nicht weit von hier entfernt ist. Sehr zufrieden erstatte ich meinen Vorgesetzten Bericht. Und unverzüglich hat Monsieur de Noblet, zu dieser Zeit beigeordneter Minister, sein Telefon ergriffen, um mir herzlichst zu gratulieren.
Im Dezember 1951 war die Eröffnung unseres kleinen "Centre Français" im großräumigen Kulturzentrum von Wedding für mich die Gelegenheit, überallhin Einladungen zu verschicken: die 400 Plätze der Aula einer benachbarten Schule, wo die Zeremonie stattfindet, sind alle vergeben. Dr. Suhr, Präsident der Abgeordnetenkammer – er wurde nach dem Tod von Reuter "regierender Bürgermeister" – bezeichnete mich immer scherzhaft als Ehrenbürger Weddings, war anwesend. Und jeder von ihnen hielt eine Rede... Nach meiner hat Frau Suhr mir gesagt, "Monsieur, Sie haben eine sehr gute Rede gehalten." Ich habe ihr geantwortet, "Madame, wenn man aus seinem Herzen spricht, dann spricht man immer gut." Und in diesem Fall war es wahr, ich hatte effektiv aus meinem Herzen gesprochen... Und es ist so schön, wenn man dies machen kann, nicht wahr?
 
IV.- Tatsächlich hat sich die Erfahrung in der Badstraße gelohnt. Was den Katalog der Bibliothek betrifft, so war dieser offensichtlich eher dürftig. Und doch hatte ich mich in alle Richtungen aufgemacht, um anzufangen, zunächst einmal in meiner eigenen Sammlung aus Frankreich.
Dann hatte ich die "Société des Gens de Lettres" verständigt – was einfach für mich war, denn ich bin seit 1936 Mitglied –, die "Académie française" und andere gelehrte Häuser, ganz zu schweigen natürlich von unseren Kulturdiensten in Mainz, wo man sich zu dieser Gelegenheit nicht unerheblich bemühte. Was unseren kleinen Lesesaal betrifft, so wurden mir dessen erste Bücher freundlicherweise von Herr Grange, zu dieser Zeit Direktor des Instituts [in Mainz], zugeschickt.
Insgesamt führten seit 1952 all diese Bemühungen in der Badstraße zu einem ehrvollen Ergebnis.
Die Konferenzen waren damals sehr erfolgreich: denn zu dieser Zeit gab es keine oder nur sehr wenig Fernsehgeräte, um die Abende zu beleben.
Aber die Siegespalme ging erneut an die touristische Ausstellung (Exponate und Fotos) der Sommerperiode (1 Juli - 15 September), die immer vom General und allen Weddinger Stadnotabeln eröffnet wird; und am Ende des Tages gab es einen buchstäblichen Ansturm, der auch Samstag und Sonntag anhielt. Alle Rekorde wurden bei [der Ausstellung] „Nordafrika“, damals französischer Besitz, mit Zehntausenden von Besuchern gebrochen, von denen viele, erkennbar an ihrer Kleidung, aus dem benachbarten "demokratischen Sektor" kamen, wo seinerzeit [kultureller] Mangel herrschte.
Die Lösung Badstraße durfte und konnte keinem provisorischen Charakter haben. Und doch hielt sie 10 Jahre, von Dezember 1951 bis Dezember 1961, 10 Jahre, in denen wir uns weiter und weiter "annäherten", nicht nur dank unserer kulturellen Aktivitäten, sondern auch durch unser Eindringen in alle Berliner Milieus und dank unserer generell erfolgreichen Bemühungen, vielen Anforderungen gerecht worden zu sein, die uns sowohl von öffentlichen oder privaten Gemeinschaften als auch von normalen Bürgern gestellt wurden.
Diese Diplomatie an der Basis brachte mir einen regelmäßigen Strom an Einladungen ein, denen ich immer – auch an Sonn- und Feiertagen – durch meine Anwesenheit, oder die meines Vertreters, nachkam.
 
V.- Andererseits ist die Fusion von 1952*[5] – die in Wirklichkeit eine lebhafte Koexistenz sein wird – des von den Hugenotten gegründeten französischen Colleges und des in den Wagen der Besatzer eingeführten französischen Colleges alten Typs an hoher Stelle beschlossen worden.
Es geht also darum, die Idee populär zu machen...und das Verbindungsbüro Wedding wird sich der Aufgabe annehmen.
In einem ersten Schritt lade ich die Französisch- und Deutschlehrer der beiden Schulen zu einem Cocktail im Offizierscasino ein, damit sie Bekanntschaft machen können.
Wenige Wochen später waren die Eltern der französischen und deutschen Schüler an der Reihe: bei einem Treffen, das ich noch in meiner Funktion als Verbindungsoffizier der Weddinger Stadtverwaltung organisiert hatte, gingen der Rektor, Herr Fouilleron und die Oberschulrätin, Frau Panzer, warben beide als gutes Beispiel mit Überzeugung und Talent für diese sogenannte "Fusion", die diese Bezeichnung erst an dem Tag wirklich verdienen wird, wenn ein gemeinsames "Bac" sie krönen wird. Aber das ist eine andere Sache...
Wie dem auch sei, die Veranstaltung war dauerhaft vom Applaus der Anwesenden begleitet. Alles lag nun in der Verantwortung der Techniker, da sowohl die Pädagogik als auch die Verwaltung und die untergeordnete Rolle, die das Verbindungsbüro dabei gespielt hatte, vorbei war.
 
VI.- Was das städtische Kulturhaus in der Badstraße angeht, so konnten wir uns dort nicht ewig beherbergen lassen. Und dies umso weniger, als der Eigentümer, in diesem Fall die Abteilung "Volksbildung" in Wedding, die ebenfalls expandierte, all seine Räume benötigte. Andererseits lag das besagte Gebäude nahe der sektoralen Demarkationslinie, was uns die Kundschaft aus dem Osten einbrachte, und im Gegenzug, da es zugleich weit von den französischen Siedlungen entfernt war, deren Bewohner es deshalb mieden und vielleicht sogar ignorierten.
Ferner waren wir nicht bei uns im Land, sondern bei den Deutschen, denen wir verpflichtet waren., so dass unsere politisch-psychologische Aktion effektiver gewesen wäre, wenn sie unter umgekehrten Bedingungen durchgeführt worden wäre, mit anderen Worten, die Deutschen nicht den Stadträten von Wedding, sondern uns Danke gesagt hätten.
Es ist dann General Lacomme gewesen, der wie ich von der zwingenden Notwendigkeit der deutsch-französischen Verständigung überzeugt war, nicht nur mit den Spitzen, sondern auch mit der Basis, und der zudem ein "Berliner" im wahrsten Sinne des Wortes war, von den Finanzdiensten die notwendigen Kredite für den Bau dieses Komplexes, der nicht "Centre Culturel français", sondern ganz einfach "Centre Français" genannt wurde – diese Nuance war beabsichtigt – auf einem Grundstück erhielt, das uns von der Stadtverwaltung in der Müllerstraße 74 vorgeschlagen wurde.[6]Im Dezember 1961 wurde unser "Centre" von seinem "Erbauer", dem General Lacomme in Gegenwart vom momentanen Bürgermeister von Wedding, Herrn Matthis, eingeweiht.
 
VII.- Da wir dieses Gebäude schließlich so lange nutzen konnten, wie die Besatzung dauerte, fühlten wir uns so sehr zu Hause, dass wir es diesmal waren, die unsere Räumlichkeiten den Vereinen zur Verfügung stellten, sowohl den deutschen als auch den französischen und sogar - das kommt manchmal vor - den französisch-berlinerischen Vereinen (z.B. Philatelisten, Chormitgliedern und anderen): Auge um Auge, Zahn um Zahn!
Endlich sollten wir eine Bibliothek haben, deren Raum es uns ermöglicht, sie regelmäßig mit neuen Titeln zu bereichern und wo Franzosen, Deutsche oder andere nebeneinander in den Regalen stöbern, gemeinsam ein angenehmes Durcheinander unter den Büchern säen, bevor sie sich manchmal, aber immer gemeinsam, für die üblichen Formalitäten vor dem Schalter der Bibliothekare anstellen.
Schließlich können Franzosen, Deutsche und andere die gleiche Presse, sei es Pariser oder Berliner Presse, nebeneinander lesen, während sie, bevor sie das Zentrum verlassen, einen Blick in den Ausstellungsraum werfen können, in dem wir so oft wie möglich die Nationalitäten abwechseln.
 
VIII.- Und was machen wir im Bezirk Reinickendorf?
Eine parallele Aktion wird unter dem Leiter des Verbindungsbüros dieses Bezirks, Administrator Mrazovich, durchgeführt, dem wir einige gute Initiativen verdanken.
Im Mai 1954 allerdings verließ dieser Überlebende des Konzentrationslagers Buchenwald seinen Posten. Sicherlich nicht aus freien Stücken, denn er legte Berufung beim Staatsrat ein, der ihm schließlich Recht gab.
Wie dem auch sei, General Manceau-Demiau vertraut mir ebenfalls die Leitung des Verbindungsbüro Reinickendorf an, welches mit dem von Wedding fusionieren wird, um die sogenannte "Delegation des französischen Sektors bei den deutschen Behörden" zu bilden.[7]Was das kleine "Centre culturel français" von Wittenau betrifft, das sich im gleichen Gebäude wie das Verbindungsbüro befand*, so wurde dieses einige Monate später unter der Leitung von General Gèze nach Frohnau in das Gebäude des mittlerweile geschlossenen alliierten Clubs der ersten Jahre verlegt, das wir wegen seines schönen Parks auf den aussagekräftigen Namen "Bagatelle" getauft hatten.[8]Nachdem ich nun "Patron" der "Maison Bagatelle" wurde, dieses ehemaligen NSDAP-Besitzes, der nach internationalem Recht als Kriegsbesitz galt – und den "Besetzer" damit von der Zahlung einer Miete befreite –, setzte ich die Politik meines Vorgängers aus Wittenau fort; um die Deutschen anzuziehen, stellte auch er seine Räumlichkeiten freiwillig den Berlinern Vereinen, Verbänden und sogar Klassen zur Verfügung, ganz zu schweigen von der "Nordgruppe der französisch-deutschen Gesellschaft", die schon damals von der sehr lebhaften Frau Buchwald und dem viel ruhigeren Syriges geleitet wurde.
 
IX.- Nach Dezember 1961 und der Inbetriebnahme des neuen Zentrums in der Müllerstraße, dem "Centre Français", so wie Herr Fabre, seinerzeit der Stabschef des Generals, es getauft hatte, sind wir endlich auch in Wedding zu Hause, so wie wir es bereits seit vielen Jahren in Frohnau in der "Maison Bagatelle" sind.
Wir haben in Zukunft also zwei ausgezeichnete Arbeitswerkzeuge, um unsere Aktion der "französisch-deutschen Kontakte" zu verlängern, indem wir regelmäßig, insbesondere im Zentrum in der Müllerstraße, nicht nur immer mehr Deutsche aber auch Bewohner aus unserer Kaserne sowie Familienmitglieder attraktivieren.
Wir bieten allen den Service einer gut gefüllten Bibliothek an, zugegebenermaßen mit französischen Originalwerken, aber auch oft deutsche Übersetzungen! ... Wir bieten allen die Möglichkeit, in unsere Lesesäle zu kommen, um Pariser sowie Berliner Zeitungen und Zeitschriften kennen zu lernen! ...Wir stellen allen, kommunalen aber auch Dienststellen des Senats, verschiedenen Berliner Verbänden und Vereinen sowie französische Gruppen unsere Räumlichkeiten gratis zur Verfügung! ... Als Angebot an alle bieten wir permanent ein zweisprachiges Kulturprogramm an! ...
So herrscht in diesem "Centre Français" wie auch in seinem Anbau in "Bagatelle" eine deutsch-französische Atmosphäre – spricht man nicht sowohl Deutsch als auch Französisch? – die eine Atmosphäre der freundschaftlichen Verständigung ist. Die Vorschrift, dass der Kunde immer in einer freundlichen, ja freundschaftlichen Weise zu begrüßen ist, wird gegenüber dem Personal in Wedding als auch in Frohnau ständig wiederholt. Und man sollte ständig hilfsbereit sein...
So ist die Phase der "französisch-deutschen Annäherung" – unsere ursprüngliche Mission – seit geraumer Zeit überholt: wir sind heute an dem Punkt guter Beziehungen angelangt, die manchmal sogar als freundschaftliche Beziehungen zu betrachten sind.
Folglich sind das "Centre Français" und sein Anhang "Maison Bagatelle" im Grunde also französisch-deutsche Zentren unter französischer Direktion geworden, für die die französische Leitung nicht nur hinsichtlich unseres Ziels zur Anziehung Einheimischer unabdingbar ist, sondern auch für die Verbreitung unserer Kultur, auf die wir als Anliegen beharren.
Aber unsere Zentren sind noch besser: man kann sagen, dass sie in gewisser Weise "französisch-international" sind. Versammelt sich hier nicht einmal im Monat die deutsch-türkische Gruppe vom Wedding? Haben die skandinavischen, belgischen, niederländischen, spanischen und britischen Künstler, eingeschlossen eines schottischen Künstlers im Auftrag ihrer Majestät, hier nicht ihre Werke ausgestellt?
Waren in unseren Kochkursen nicht auch manchmal die Frauen von Diplomaten aus dem "Commonwealth"?
 
X.- Was die Verbreitung der französischen Kultur betrifft, so haben wir keine Ambitionen: wir versuchen einfach, sie populär zu machen und für diesen Punkt verweigern wir uns nicht, gegebenenfalls auf die Sprache Goethes zurückzugreifen. Wenn wir darauf achten, nichts Mittelmäßiges zu präsentieren, brauchen wir uns nicht auf die Suche nach Stars zu machen – was uns unsere finanziellen Mittel auch nicht erlauben würden.
Was unsere Arbeit in unserer Muttersprache angeht, so sind unsere Konferenzen und Kurse auch eher anspruchslos: sie adressieren sich im generellen an ein Publikum, das nicht unbedingt zur Elite oder nicht mehr zur wahren Elite gehört.
Das was uns vom hiesigen Institut [Français] unterscheidet, das dank seines Teams an Lektoren, seiner Berechtigung zur Vergabe von Diplomen – und wir befinden uns im Jahrhundert der Pergamente – und vor allem seiner wunderbaren Lage im Herzen dieser Stadt die intellektuelle Elite des frankophonen Berlins anzieht.
Was uns auch rein administrativ vom Institut unterscheidet, ist, dass unsere Zentren Einrichtungen der politischen Abteilung des G.M.F.B. sind, während das Institut, wie in allen großen Städten der Welt, an die politische Abteilung angebunden und direkt vom Kulturreferenten der Botschaft abhängig ist. Als solches muss das Institut gemäß dem Finanzabkommen zwischen den drei Alliierten und der BRD vom 23. Oktober 1954 von einem rein französischen Budget leben und die Miete für die von ihm vereinnahmten Räumlichkeiten zahlen, sofern Paris diese nicht erworben hat.
Deshalb konnte der Direktor des Instituts, wenn er es wünschte, jedem deutschen Verein, der eine Anfrage stellte, seine Räume zur Verfügung stellen und dafür nur einen kleinen Beitrag verlangen, um die Kosten für Beleuchtung oder Heizung zu decken. Das wäre seitens des Direktors des "Centre Français " allerdings unzulässig, denn zum einen würde er den Vorteil der Geste aufgeben, die der Politik der Annäherung entspricht, und zum anderen würde er die Nutzer zweimal für die Miete seiner Räume zahlen lassen, einmal als Steuerzahler und ein zweites Mal als Mieter, was gelinde gesagt missbräuchlich wäre und uns berechtigte Kritik einbringen würde. 
 
XI.- Unsere Aktion "Gute Beziehungen mit den Berlinern", die zuerst auf die Bezirke Wedding und Reinickendorf beschränkt war, hat sich langsam aber sicher auf den ganzen westlichen Teil der Stadt ausgedehnt. Warum auch nicht? Wir befinden uns nicht mehr in Zeiten, in denen das Orchester eines Alliierten kein Konzert im Bezirk eines anderen Alliierten spielen darf, ohne als Vorbedingung vorher den zuständigen Kommandanten benachrichtigt zu haben. Diese Praxis ist glücklicherweise veraltet.
Des Weiteren stören sich unsere britischen Freunde zurecht nicht daran, Beziehungen zu "unseren" Bürgermeistern zu unterhalten. So befand sich Reinickendorf schon seit einigen Jahren in Partnerschaft mit dem Londoner Bezirk Greenwich, als ich Dr. Gitsche, dem Vorgänger von Herrn Grigers, enthusiastisch vorgeschlug, Beziehungen im Sinne einer "Partnerschaft" mit der Pariser Gemeinde von Antony einzugehen; eine Partnerschaft die außerdem besser funktionieren könnte.
Aus heutiger Sicht wurde das Ziel erreicht: unsere Beziehungen zu den Stadträten und deren Mitarbeitern aus dem amerikanischen und dem britischen Sektor sind sehr gut und wir laden uns gegenseitig regelmäßig ein.
Unser "Centre Français" ist mittlerweile in ganz Berlin bekannt. Wir sind sogar angenehm überrascht, in einigen Randbezirken seine Plakate und unter den Zuschauern unserer Filme und unserer Gesprächskreise Teilnehmer zu finden, die von sehr weit hierhergekommen sind und ebenfalls das Institut frequentieren.
 
XII.- Zusammengefasst, all diese Arbeit der "deutsch-französischen Kontakte", der Annäherung, Versöhnung und Verständigung zwischen Franzosen und Berlinern, die es uns gleichzeitig – wenn auch nur nebenbei – ermöglicht hat, unser Land bekannter und unsere Kultur populär zu machen, war nur mit der Zustimmung und Ermutigung aller Generäle möglich, die auf General Ganeval gefolgt sind, ganz zu schweigen natürlich von den zuständigen Ministern.
 
 
[1] Kommentare in eckigen Klammern sowie nummerierte Fußnoten sind Anmerkungen der Übersetzer. Aus dem Französischen ist der dreiteilige Corcelle-Bericht nach bestem Wissen und Gewissen von Tom Strauch und Francis Kirchen übersetzt und René Möhrle gegengelesen.
[2] Corcelle verwendet hier den Terminus „carnage“, also auch Zerfleischung oder Blutbad.
[3] General Jean Garneval, Kommandant des französischen Sektors Berlin vom 4.10.1946-5.10.1950.
[4] General Pierre Carolet, Kommandant des französischen Sektors Berlin vom 1.10.1950-31.12.1952.
[5] *Die neue Einrichtung öffnete ihre Tore in der Cité PASTEUR im September 1952, wobei die behördliche Übereinkunft mit Bürgermeister Ernst Reuter für Berlin und General Maneaux-Demiau für Paris den 24. April 1953 festhielt.
General Pierre Maneaux-Demiau, Kommandant des französischen Sektors Berlin vom 1.1.1953-31.12.1954.
[6] General Jean Lacomme, Kommandant des französischen Sektors Berlin vom 1.10.1958-25.2.1962.
[7] General Pierre Maneaux-Demiau, Kommandant des französischen Sektors Berlin vom 1.1.1953-31.12.1954;
*Das beschlagnahmte Gebäude des Verbindungsbüros wurde später an die deutschen Behörden zurückgegeben, nachdem die darin untergebrachten Dienststellen nach Frohnau und Wedding verlegt worden waren.
General Pierre Maneaux-Demiau, Kommandant des französischen Sektors Berlin vom 1.1.1953-31.12.1954;
[8] General Amédée Gèze, Kommandant des französischen Sektors Berlin vom 1.1.1955-30.9.1958.


Corcelle-Bericht_Teil 2_7.12.1975

Aus der Sammlung von

Archives du Ministère des Affaires Etrangères Paris

Wie darf ich das Objekt nutzen?

Quelle

Archives du Ministère des Affaires Etrangères Paris

Zum Objekt >>

Rapport activité Corcelle_7.12.1975_Part 2.jpg


Corcelle-Bericht, 7.12.1975 (Teil II) Dossier-Corcelle, 7.12.1975 (Part II)

Aus dem Französischen (hier: Original Teil 2) ins Deutsche übersetzt von Francis Kirchen und Tom Strauch (Universität Trier)

Kapitel II
Das „Centre Français“ und seine Zweigstelle „Maison Bagatelle“
Ihr Organisationsplan
 
 
- I -      „Centre Français“: Organisationsplan
 
Nachfolgend lassen sich folgende Abschnitte vorfinden:
 1, Bibliothek
1 bis) Lesesaal
  1. Ausstellungen
  2. Kino
  3. Vorträge und Kurse
  4. Kochkurse
  5. Schneiderkurse
  6. Diverse Veranstaltungen abseits des Programms (es handelt sich durweg um Versammlungen
 
1) Bibliothek
 
A allgemeine Eigenschaften
  • Anzahl an Werken:             22,000; davon ungefähr 35% mit deutscher Übersetzung
  • Anzahl aktiver Leser:         2.332; davon 1.495 aus der französischen Siedlung
  • Öffnungszeiten:                  werktags immer geöffnet; von 14 bis 20 Uhr; samstags von 14 bis 18 Uhr
  • Ausgewähltes System:        Selbst-Bedienung (Self-Service)
  • Personal:                             1 Diplom-Bibliothekarin
                                                         2 Hilfs-Bibliothekare davon 1 halbtags
B Zu verrichtende Arbeit
  1. a) Neue Werke
- Zu bestellende Titel auswählen, was die Lektüre von Pressekritik voraussetzt: Arbeit wird von mir selbst für Werke in französischer Sprache und von der Bibliothekarin für Werke in deutscher Sprache verrichtet.
- Provisorische Bestelllisten anfertigen.
- Sicherstellen, dass die auf dieser Liste hinterlegten Titel nicht bereits im Katalog vorhanden sind.
- Endgültige Bestellung anfertigen
- Beim Annehmen der Bestellung, mit einer doppelten Stempelung fortfahren, auf der einen Seite für die Rechnung, auf der anderen Seite für die Bestellung.
- Die neuen Werke katalogisieren und ihnen folglich eine Kennnummer vergeben. Es handelt sich um eine anspruchsvolle Arbeit, welche nur die Bibliothekarin verrichten kann: es gilt die fraglichen Bücher in die bereits existenten Bestände zu integrieren und unter Beachtung des ausgewählten Klassifizierungssystems für jedes einen geeigneten Stellplatz gemäß der Sachthemen festzulegen. 
- Das Doppelregister aktualisieren:
- Auf der einen Seite das Register nach Themen, was tatsächlich die Ordnung der Regale betrifft: und hier innerhalb jedes Themas die zu berücksichtigende alphabetische Reihenfolge der Autoren.
- Auf der anderen Seite das allgemeine Register, welches alle Autoren in alphabetischer Reihenfolge beinhaltet, unabhängig der Natur und des Themas von deren Werken.
- Alle neuen Werke mit Filmolux einbinden und mit einer Signatur versehen.
- Diese neuen Bücher mit dem Stempel des „Centre“ versehen.
- Die Werke auf ihren vorgesehenen Platz in den Regalen platzieren.
 
  1. b) Alte Werke
- Kleinere Reparaturen durchführen.
- Liste von Werken anfertigen, die zu stark beschädigt sind, um sie vor Ort reparieren zu lassen und deswegen zur Buchbinderei geschickt werden müssen.
  1. c) Arbeit am Schalter
- Erstellen von Ausweisen für neue Nutzer.
- Einnahme der symbolischen Einschreibegebühr (1 DM.-): ausgenommen davon sind Inhaber von GMB- oder FFA- Ausweisen, Wehrpflichtige, Schüler und Studenten sowie die „Einkommensschwachen“.[1]- Umtausch vornehmen (Ausleihe und Wiederanwerbung).
 
  1. d) Säumnisbeschwerden
- Verfassen von Rückrufbriefen an Ausleihende, die ihre Bücher nicht innerhalb der regulären Frist zurückgebracht haben (grundsätzlich 3 Wochen, mit der Möglichkeit einer Verlängerung, notfalls per Telefon):
- Wahrnehmung von vorgesehenen Geldbußen im Falle von Säumnis;
- In der Annahme (leider immer noch viel zu häufig), dass Verspätete wegziehen, ohne eine Adresse zu hinterlassen:
    • Brief an das 1. Büro, wenn es sich um einen Militärangehörigen handelt,
    • Brief an die Abteilung „Personal-Haushalt“, wenn es sich um eine Zivilperson handelt, die einen GMB-Ausweis besitzt,
    • Brief an die Polizei, wenn es sich um einen Deutschen oder einen Ausländer handelt,
um zu versuchen, die neue Adresse des Säumers zu erhalten.
 
1 bis) Lesesaal*
* Siehe im Anhang die Liste der Zeitungen und Periodika, die das „Centre Français“ abonniert hat.
Es gibt einen französischen Lesesaal und einen deutschen Lesesaal, die jeden Tag geöffnet sind, einschließlich an Sonn- und Feiertagen, von 10 bis 22 Uhr.
Die Bibliothekarin ist für die hier aufgestellte Ordnung verantwortlich, wonach jede Zeitung und Zeitschrift über einen seinem Namen nach gekennzeichneten Platz in einem der Regale verfügt.
Die beschädigten Zeitschriften müssen von den Hilfsbibliothekaren repariert werden. 
Die Registrierung und die Stempelung der Zeitungen und Zeitschriften werden bei ihrer Ankunft über das Sekretariat der Delegation vorgenommen.
Die Dienstordnung ist Angelegenheit der Buchhaltungsabteilung der Delegation.
Anmerkung:    Die Anbringung neuer Plakate oder das Entfernen veralteter Plakate ist Aufgabe der Bibliothekshilfen und zwar sowohl für den Außen- (Vitrinen) als auch den Innenbereich des „Centre“ (Tafel).
Die Aufrechterhaltung der Regalordnung in der Bibliothek, die durch die Kunden durcheinandergebracht wird, obliegt ihnen außerdem.
Wie diese Analyse zur Arbeit, die in ihr verrichtet wird, im Detail beleuchtet, unterscheidet sich die Bibliothek des „Centre Français“ bzgl. ihres Volumens und ihrer internationalen Klientele entschieden von einer Garnisonsbibliothek.
Der (die) Verantwortliche dieser Bibliothek, der (die) BibliothekarIn, muss, wenn nicht im Wesentlichen, jedoch zumindest das Genre aller Werke so kennen, dass er auf die Fragen der Klientele antworten und wenn nötig die Kunden beraten kann.
Er (sie) muss folglich AkademikerIn sein (und) oder andernfalls ein relativ großes Grundwissen besitzen…
 Wenn nicht, riskiert er sich lächerlich zu machen und - was noch schlimmer wäre – mit sich das „Centre Français“. Außerdem versteht es sich von selbst, dass er zweisprachig sein muss.
In der Konsequenz darf es sich nicht um einen zweitklassigen Angestellten (eine Angestellte) handeln. 
Die Sachlage verhält sich anders für die Hilfsbibliothekare, die selbst ebenso zweisprachig sein tippen können müssen.
Unter diesen Bedingungen ist es nicht realistisch, den Betrieb dieser Bibliothek, welche immer weiter wächst und sich jährlich im Durchschnitt etwa um 1000 Bücher vergrößert, einer einzigen Person zu überlassen, die, wie die ganze Welt – ein nicht auszublendender Punkt* – das Recht auf Urlaub hat und krank werden kann oder eine Kur antreten muss, einer dieser in Deutschland beliebten Kuren.
Mit nur einer Person habe ich den Eindruck, dass die Bibliothek des „Centre Français“ häufiger geschlossen wäre…
Müsste nicht im Übrigen jeder Verantwortliche in einem gut organisierten Betrieb zumindest einen Stellvertreter haben?
*) Unser Bibliothekar unterzog sich 1973 einer schweren Operation, weshalb sein Büro für sechs Monate unbesetzt blieb, was hier zu beträchtlichen Beeinträchtigungen des Service und Verzögerungen des Rhythmus unserer Aufträge führte. 
 
2)    Ausstellungen (sehr moderner Saal)
Wir alternieren grundsätzlich zwischen französischen Ausstellern und ausländischen Ausstellern (in großer Mehrheit deutsche), ohne die Scheu zu haben, auch Unbekannte zu akzeptieren, vor allem junge.
Was uns aber nicht davon abgehalten hat, auch schon einige erfahrene und erfolgreiche Landsleute gehabt zu haben wie Georges Costelle, Marc Pessin und andere.
Die durchschnittliche Ausstellungsdauer beträgt drei bis vier Wochen und unser Saal ist ausgebucht bis Dezember 1976.
Wird dort auch verkauft? Ziemlich selten… aber eher von Laien als von Profis und dann die Unbekannten, die als Künstler noch keine Karriere gemacht haben, die weniger kosteten als die anderen. Die größte verzeichnete Transaktion hat immerhin 2.000 DM.- überschritten, eine außergewöhnliche Summe.
Es muss gesagt werden, dass unser „Centre“ zu peripher für den Verkauf ist und, dass aus dieser Tatsache, wann immer die Presse unsere Ausstellungen ankündigt, sie es danach verpasst, auch Kritiken zu veröffentlichen. Das Fernsehen ist nur zweimal gekommen…
 
3)    Kino
(Saal mit 271 Plätzen in Sitzreihen)
Wir zeigen (außer während der Ferienzeit): 
- Jeden Donnerstag von 17 bis 20 Uhr, in deutscher Sprache, einen langen Spielfilm (welcher im Prinzip je nach Drehbuchautor, Regisseur oder Schauspieler eine leichte französische Note gibt und auf einen Dokumentarfilm folgt).
        Gebührenbeteiligung: 1,50 DM.-
- Im Prinzip jeden zweiten und vierten Freitag um 20 Uhr in französischer Sprache einen langen Spielfilm, der auf einen Kommentar folgt, von dem ich Verfasser und Vortragender bin. Diese Originalfilme wurden uns kostenlos vom Département über die Bad-Godesberger Botschaft zur Verfügung gestellt, ohne das Gebühren erhoben wurden.
Diese Vorstellungen, insbesondere die Sitzungen in deutscher Sprache, sind sehr gut besucht: Es scheint, dass die Besucher von weit kommen, vor allem um 20 Uhr, wenn nach der Anzahl an PKWs, die unseren Parkplatz besetzten, geurteilt wird.
Die Vorstellungen auf Französisch ziehen 50 bis 200 Zuschauer unterschiedlich nach Geschlecht und Nationalität an, darunter viele junge Leute.
Um das Verständnis für das deutsche Publikum zu vereinfachen, wurde eine als Kopie vervielfältigte Zusammenfassung jedes Filmablaufs sowohl auf Französisch als auch auf Deutsch zu Beginn der Veranstaltungen zur Verfügung gestellt. Eine Möglichkeit, zwei Fliegen mit einer Klappe zu schlagen: auf der einen Seite einen französischen Film zeigen, auf der anderen Seite eine kurze Lektion in der Sprache Voltaires geben (Übersetzung in beide Richtungen).
 
4)    Vorträge und Kurse
Die allgemeine Verbreitung des Fernsehens und die nächtliche Unsicherheit auf den Straßen für ältere Personen haben den Vorträgen hart zugesetzt. Allerdings haben touristische Themen auf Deutsch, sofern diese mittels Dias oder gar anhand eines Filmes gezeigt werden, noch ein relativ großes Publikum angezogen.
Ein Vortrag auf Deutsch über „Was man von Paris sehen und wissen muss“, welchen ich am Mittwoch den 6. November 1974 gehalten habe, hat so viele Zuhörer angelockt, dass unser Konferenzraum Nr. 117 (80 Sitzplätze) viel zu klein war, um sie alle zu empfangen und ich auf Anfrage der zuletzt Angekommenen das Thema nochmals am folgenden Samstag am Spätnachmittag behandeln musste.
Insgesamt 140 Personen.
Auf französischer Sprache lag der Rekord im Jahr 1974 bei etwa hundert Besuchern zu „Edith Piaf, le roman de sa vie“.
Dagegen ziehen heute historische, literarische oder wirtschaftliche Themen, weder Dias noch Filme, insbesondere auf Französisch, nur eine kleine Anzahl an Zuhörern an, dafür aber Zuschauer, die sich sehr für das Thema interessieren und oft sachbezogene Fragen stellen.
Wie bei den Filmen, die mir vom Département geliehen werden, und mit der gleichen Absicht werden zu meinen Erläuterungen bei Konferenzen an alle Zuhörer Kopien zum Inhalt des behandelten Themas in beiden Sprachen verteilt.
Jedoch zirkuliert ein wenig in ganz Berlin eine weit größere Anzahl an Exemplaren, die an die Zuhörer ausgegeben wurden, vor allem in Richtung der Schulen: man benutzt sie für Freundinnen und Freunde, die zu faul waren, selbst zu kommen, um die schöne Sprache zu hören.
Auf Anfrage der „Volkshochschule“ Wedding und um ihr keine Konkurrenz zu sein, haben wir davon abgesehen, Basisfranzösischkurse zu organisieren.
Gleichwohl behandle ich „Difficultés de la langue française“ (Schwierigkeiten der französischen Sprache) für Schüler höheren Niveaus (nicht sehr frequentiert). Im Gegenzug leite ich einen Konversationskurs, der gut läuft und an dem Leute aller Altersklassen teilnehmen, die von überall her kommen.
All dies ist aus den erwähnten Gründen, die auf den vorherigen Seiten aufgezeigt wurden, kostenlos.
 
5)    Kochkurse
Diese Kurse finden jeden Mittwoch in unserer „Lehrküche“ mal unter der Leitung eines französischen mal unter der Leitung eines deutschen Kochs statt, die auf einer unserer Messen oder in einer unserer Kantinen arbeiten.
Die Schüler (35 bis 40) kosten, was sie gekocht haben; den Kurs bezahlen und begleichen sie direkt beim Koch. 
Kopierte kulinarische und erklärende Steckbriefe auf Deutsch werden an die Teilnehmerinnen oder Teilnehmer verteilt (einige junge Leute aus dem Waisenhaus kommen zur Gemeinschaftsverpflegung hierher und nutzen die niedrigeren Preise, deren Differenz vom Centre getragen wird).
 
6)    Schneiderkurse
Eine Deutsche, eine ehemalige Assistentin von DIOR, ist mit diesen Kursen beauftragt, die sich im Wesentlichen an „unsere“ Französinnen richten: sie sind entgeltlich.
 
7)    Veranstaltungen abseits des Programms*
* Die Liste kann in unseren wöchentlichen Besprechungsprotokollen eingesehen werden.
Es ist zu unterscheiden zwischen:
- Einerseits Film- oder Theatervorstellungen, Konzerte, Gesangsabende oder Vorträge von Schriftstellern, die vom Kulturdienst der Gemeinden oder manchmal vom Senat organisiert werden.
- Andererseits private Veranstaltungen von unterschiedlichen französischen Vereinen („Fraternité française“, Boule-Spieler, Eltern, offene Sitzungen[2], Führerscheinanwärter, französische Besucher auf Informationsreisen) oder von deutschen oder deutsch-französischen Vereinen (Chor – Philatelisten).
In Erinnerung an die unten aufgeführten Gründe werden unsere Räume den verschiedenen Organisationen nach schriftlicher Anfrage, welche mir manchmal bereits ein Jahr im Voraus zugeschickt werden, zur Verfügung gestellt.
 
Die den Veranstaltungen (darunter auch die Verantwortung für die Kasse der Filmaufführungen in deutscher Sprache) zugeteilte Mitarbeiterin hält den Buchungsplan unserer Räume im Blick und tut dies mit großer Aufmerksamkeit, um Versäumnisse oder Doppelbelegungen zu vermeiden.
Ein Exemplar wird mir ausgehändigt, ein anderes dem Wachposten, der den Auftrag hat, unsere Räume nur an den genannten Uhrzeiten zu öffnen. Dieser WAPO – der zur Wahrung der Sicherheitsmaßnahmen eingestellt wurde, im weiteren Sinne des Wortes –, muss insbesondere die Notausgänge des Kino- und Theatersaals vor jeder Veranstaltung, die stattfindet, aufsperren. Ich nehme diesbezüglich von Zeit zu Zeit unangekündigte Kontrollen vor und die Erfahrung hat gezeigt, dass dies nicht zwecklos ist, besonders wenn es sich um einen neuen WAPO handelt.
Übrigens habe ich Vierfachversicherungen abgeschlossen:
  • gegen Diebstahl, Verlust oder Beschädigung von Filmen;
  • gegen Brand oder Überschwemmung unserer Bibliothek;
  • gegen Unfälle, bei denen unsere Besucher Geschädigte wären;
  • gegen das Verschwinden der Garderobe.
Die genannten Versicherungen wurden für das Centre „Bagatelle“ unterzeichnet.
 
Jährliche Gesamtkosten: 1347,80 DM
 
 
Anhang [Centre Bagatelle]
Zeitungen:      „Le Monde“ - „Le Figaro“ - „France-Soir“ - „Combat“ - „Le Journal du Centre“ - „L'Équipe" - 
Zeitschriften: „L’Express“ - „Paris-Match“ - „Le Point“ - „Réforme“ - „Le Nouvel Observateur“ - „Le Monde Diplomatique“ - „La Vie Catholique“ - „Témoignage Chrétien“ - „Elle“ - „Marie-Claire“ - „L’Officiel de la Mode“- „Modes et Travaux“ - „Spectacle“ - „Maisons et Jardins“ - „Spectacles du Monde“ - „Réalités“ - „La Revue Française“ - „Plaisir de France“ - „Tendances“ - „Revue des Lettres“ - „La Revue des Paris“ - „Le Particulier“ - „Revue d’Allemagne“ - „Documents“ - „Hommes et Commerce“ - „Tendances de Conjoncture“ - „Recherche“ - „Jours de France“ - Sammelband „Change“ - „Postes et Télécommunication" - „La voix de France“ - „Brèves nouvelles de France“ - „Babel“ - „La Gazette de Berlin“ - „France Informations“ - „L’Expansion“ - „Le souvenir Français“ - „30 Jours d’Europe“ - „Historama“ - „Revue des Sciences morales et Politique - la pure Vérité - Europa - Union - Pourquoi?“ - 
Tageszeitungen und deutsche Zeitschriften: 
Tageszeitungen:
  • Der Tagesspiegel
  • Die Welt
  • Berliner Morgenpost
  • Spandauer Volksblatt
  • Bild-Zeitung
  • Z.
  • Der Nord-Berliner
Zeitschriften:
  • Der Spiegel
  • Das Beste
  • „Revue de la Presse“
  • (Eilers & Schünemann Verlagsgesellschaft)
  • „Der Weddinger
 
  1. Bibliothek
A         Allgemeine Angaben
  • Anzahl an Werken:000
davon ungefähr 30% mit deutscher Übersetzung.
Aus Sicherheitsgründen (die im ersten Stock eingerichtete Bibliothek belastet den Fußboden durch hohes Gewicht) darf diese Anzahl nicht überschritten werden.
 
Um nichtsdestotrotz den Bestand zu erweitern, habe ich strenge Anweisungen gegeben, neue Werke ins „Bagatelle“ zuzuweisen (Preisgekrönte Literatur oder „Bestseller“ z.B.), damit diese Zweigstelle eine vergleichbare Anzahl zum Hauptsitz in Wedding aufweist.
Übrigens bin ich es selbst, der die neuen Bücher für Frohnau aussucht, das Sekretariat der Délégation bestellt diese und die Bibliothekarin in Wedding katalogisiert sie, eine schwere Aufgabe, wie bereits erwähnt, die normalerweise einem diplomierten Spezialisten obliegt.
 
  • Anzahl an aktiven Leser: 743
(Zum größten Teil Berliner)
  • Öffnungszeiten:         Jeden Wochentag (ausgenommen freitags) von 14 bis 20 Uhr,
samstags von 14 bis 18 Uhr.
  • Ausgewähltes System:          Selbst-Bedienung (Self-Service)
  • Personal:                     1 erfahrene Bibliothekarin (20 Jahre Berufserfahrung,
sehr von den Kunden gemocht).
 
1 bis) Lesesaal
Hier befinden sich „Le Monde“ und zahlreiche Pariser Wochenzeitschriften wie auch einige deutsche Zeitschriften.
 
2)    Ausstellungen
Es handelt sich um Dauerausstellungen, aber es sind nur Berliner Kunstwerke und Skulpturen.
 
3)    Kino
  • Lange Spielfilme in deutscher Sprache (Spielfilm): 2 Mittwoche im Monat um 19:30 Uhr
Teilnahmegebühren: 1,50 DM
  • Vom Département verschickte Originalspielfilme mit kopierten Zusammenfassungen auf Deutsch und Französisch und mit einem Kommentar, für den ich Verantwortung trage: 2 Donnerstage im Monat um 19:30 Uhr.
4)    Konferenzen und Kurse
Es sind die gleichen wie im Hauptgebäude in Wedding mit einer kleineren Anzahl an Teilnehmern.
Allerdings hat mein Kurs in deutscher Sprache zu „Was man von Paris sehen und wissen muss“ gut hundert Personen in einen Saal, der eigentlich nur 80 Sitzplätz zählt, gezogen: dies bedeutete, dass ungefähr zwanzig Zuhörer standen, an die Mauer gelehnt oder auf dem Podium oder Boden sitzend.
5)    Private Versammlungen
Es handelt sich neben dem „Groupe Nord de la Société franco-allemande“ um verschiedene Klubs, Vereine, Schulklassen, Kulturgruppen, Chöre und andere, die uns größtenteils seit 20 Jahren treu sind. Diese Versammlungen finden besonders häufig im Winter statt, insbesondere um Weihnachten und Ostern herum; im Sommer sie sind erheblich seltener.
[1] Wahrscheinlich GMFB: Gouvernement Militaire Français de Berlin; FFA: Forces Françaises Armées
[2] Séjours gratuits


Corcelle-Bericht_8.1.1975_Teil 3

Aus der Sammlung von

Archives du Ministère des Affaires Etrangères Paris

Wie darf ich das Objekt nutzen?

Quelle

Archives du Ministère des Affaires Etrangères Paris

Zum Objekt >>

Rapport activité Corcelle_8.1.1975_Part3_Deckblatt.jpg


Corcelle-Bericht, 8.1.1975 (Teil III) Dossier-Corcelle, 8.1.1975 (Part III)

Aus dem Französischen (hier: Original Teil 3) ins Deutsche übersetzt von Francis Kirchen und Tom Strauch (Universität Trier)

Trochu-Bericht 1977 Dossier-Trochu 1977

Der Direktor des Institut Français de Berlin verfasste am 20. Juni 1977 einen an den zuständigen Minister in Berlin gerichteten Tätigkeitsbericht. Hierin dokumentierte er das mangels Frequentierung schwindende Programm des Centre Bagatelle, dessen Bibliothek zu diesem Zeitpunkt bereits geschlossen war.

Le 20 juin 1977, le directeur de l'Institut Français de Berlin a remis un rapport d'activité adressé au ministre responsable à Berlin. Dans ce rapport, il documente le programme en perte de vitesse du Centre Bagatelle dû à une faible fréquentation et dont la bibliothèque était déjà fermée à cette époque.





Trochu-Bericht 20.6.1977

Aus der Sammlung von

Archives du Ministère des Affaires étrangères Paris

Wie darf ich das Objekt nutzen?

Quelle

Archives du Ministère des Affaires étrangères

Zum Objekt >>

Trochu-Bericht_1977_Erste Seite.jpg


Trochu-Bericht, 20.6.1977

Aus dem Französischen (hier: Original) ins Deutsche übersetzt von Francis Kirchen (Universität Trier)

 

Begleitbrief

Vom Leiter des Institut Français de Berlin

an den

Stellvertretenden Minister von Berlin

Stückbezeichnungen

Anzahl                                       

Bemerkungen

Dokument bezüglich des Centre Bagatelle

  1          

 Vorbereitung auf die Konferenz am Dienstag, den 21. Juni um 16 Uhr

Dokument bezüglich des Filmprogramms in deutscher Fassung im Bagatelle um Centre de Wedding

 1

   

 (Unterschrift)

Claude Trochu

 Dokument bezüglich des Centre Bagatelle

  • Aktuell spürbar reduziertes Kulturprogramm aufgrund Mangels von Interesse:
  • 1 Versammlung auf Deutsch pro Trimester
  • 11 internationale Filme in deutscher Fassung pro Trimester (gutes Besucheraufkommen für ein durchschnittliches Programm; cf. angehängtes Dokument)
  • 2 bis 3 französische Filme in Originalfassung pro Trimester (schwache Besucherzahlen)
  • 1 kostenloser Französischkurs (20 Zuhörer)
  • Eine Versammlung auf Französisch: bis Frühjahr 1976 ausgefallen (unzureichende Besucherzahlen)
  • Bibliothek: seit November 1976 geschlossen (kein Widerspruch der wenigen Leser)
  • Fragen:
  • Die Zukunft des Bagatelle

Die einzige Rechtfertigung für den Beibehalt der Aktivitäten dieses Kulturzentrums ist die Existenz des Gebäudes. Seine Schließung sollte nicht der französischen Kulturpräsenz in Berlin schaden. (Es bleiben nur ein Französischkurs und die unzureichend besuchten Filme in französischer Fassung) Ist es der Sache angemessen das Kulturprogramm, so wie es gerade angeboten wird, aufrecht zu halten, während darauf gewartet wird, dass eine Entscheidung getroffen wird?

  • Die Nordgruppe der deutsch-französischen Vereinigung

versammelt sich 3 bis 4 mal pro Trimester.

Welches Schicksal wird ihr ereilen im Falle einer Schließung? (das Centre de Wedding scheint mir am Besten geeignet zu sein)

  • Der Bestimmungsort der 4.000 Bücher in deutscher Sprache

Cf. angehängt den Entwurf, den der General an die Bürgermeister von Wedding und Reinickendorf schicken könnte.

Dokument bezüglich des Filmprogramms in deutscher Fassung im Bagatelle um Centre de Wedding

  • Gemeinsames Programm in beiden Zentren.
  • Freie Wahl seit 20 Jahren durch den Betreiber des Centre de Wedding, M. Hausmann.
  • Vorliebe für Polizei- Western- und andere Unterhaltungsfilme von durchschnittlicher Qualität.
  • Widerspruch des Betreibers und der Öffentlichkeit des Centre de Wedding infolge meiner Entscheidung das Niveau zu verbessern und vorwiegend nur noch französische oder zur Not auch deutsche Filme zu zeigen.
  • Eine von M.Möller, Leiter dieses Zentrums, gestartete Unterschriftenaktion im Bagatelle, die ausschließlich von seinen Schülern unterzeichnet wurde.
  • Es passte zu mir mich über dies hinwegzusetzen und sich auf französische Filme in deutscher Fassung oder auf deutsche Filme von ausreichender Qualität zu begrenzen, ohne allerdings unter einem Übermaß an Intellektualismus zu leiden.

Erfahrungen diesbezüglich:

Schlechte Erfahrungen:

  • Eine verheiratete Frau von GODARD (21-4-77):

Widerspruch (begründet, ich gebe es zu!)

Gute Erfahrungen:

  • Die Ohrfeige [Filmname] (10-6-77):

270 Personen, riesiger Erfolg

Ich hoffe diesen Weg weiterführen zu können, damit das Centre de Wedding anstrebt sich von den anderen Kinos im Bezirk zu unterscheiden.

Projet

Sehr geehrter Herr Bezirksbürgermeister!

Die Französische Militärregierung gibt im Zuge der Verlagerung der jetzt im Centre Bagatelle in Frohnau, Zeltinger Str. 6 befindlichen Bibliothek in das rein französische Wohngebiet der Cité Foche in Waidmannslust einige tausend deutschsprachige Bücher frei. Es handelt sich dabei um Unterhaltungsliteratur und Werke der verschiedensten Sachgebiete, die wir Ihnen gern geschlossen oder wahlweise für Ihre Volksbüchereien, Alters- oder Jugendheime, Krankenhäuser oder sonstige gemeinnützige Einrichtungen zur Verfügung stellen würden.

Wenn Sie daran interessiert sein sollten, so bitten wir Sie, sich möglichst bald mit Frau Thormeyer, der Geschäftsführerin des Centre Bagatelle, unter den Rufnummern 418.21.11 oder  418.17.66 in Verbindung zu setzen.

Carolet-Bericht 1952 Dossier-Carolet 1952



A) Der Kommandant des französischen Sektors, General Pierre Carolet (1950-52), verfasste im Januar 1952 einen Rechenschaftsbericht, der einen Überblick über alle kulturellen Aktivitäten der Alliierten in Berlin lieferte und u.a. das Centre Culturel Franco-Allemand de Wittenau näher erwähnte.

Auf 15 Seiten existieren neun Gliederungspunkte    (I. Aktivitäten der Abteilung gemäß interalliierten Plans; II. Erziehung und Bildung in West-Berlin; III. Kulturelle Aktivitäten in West-Berlin; IV. Innerdeutsche und internationale Zusammenkünfte und Austausche; V. Alliierte Aktivitäten im Kultur- und Erziehungsbereich; VI. Frauen betreffende Angelegenheiten; VII. Religion betreffende Angelegenheiten; VIII. Sport; IX. Erziehung und Kulturaktivitäten im Sektor und der sowjetischen Zone). Die Überlieferung des Berichts ist nicht komplett und umfasst lediglich die ersten fünf Kategorien auf insgesamt zwölf Seiten. 

B) Le commandant du secteur français, le général Pierre Carolet (1950-52), rédigea en janvier 1952 un rapport d'activité qui donnait un aperçu de toutes les activités culturelles menées par les Alliés à Berlin et qui, entre autres, mentionnait plus en détail le Centre Culturel Franco-Allemand de Wittenau.

Le rapport s'étend sur 15 pages et est divisé en neuf chapitres (I. Activités du département selon le plan interallié ; II. Education et formation à Berlin-Ouest; III. Activités culturelles à Berlin-Ouest ; IV. Rencontres et échanges internes et internationaux ; V. Activités alliées dans le domaine de la culture et de l'éducation ; VI. Affaires concernant les femmes ; VII. Affaires concernant la religion ; VIII. Sport ; IX. Éducation et activités culturelles dans le secteur et la zone soviétique). La version du rapport en notre possession est incomplète et ne comprend que les cinq premiers chapitres sur un total de douze pages.

06

Alliierter Abzug 1994 und seitdem - Retrait des Alliés de 1994 à nos jours

A) Mit dem sukzessiven seit 1992 implementierten und 1994 abgeschlossenen Abzug der Alliierten aus Berlin reduzierten sich auch die für das Centre Français aufgebrachten Finanzzuwendungen und in der Folge dessen 1993 eingestellter Kulturbetrieb. 1994 fiel das CFB an den Bund. Das Finanzministerium übertrug es 1995 als gGmbH gemeinsam dem Pariser Centre d’Echanges Internationaux und der Stiftung Sozialpädagogisches Institut Berlin mit der Auflage, den deutsch-französischen Begegenungsauftrag über das Kulturzentrum fortzusetzen.

"Nach drei Jahren Dornröschenschlaf waren allerdings Wasserleitungen geplatzt, war das Heizungssystem marode, weite Teile waren ohnehin asbestverseucht. Rund 2,5 Millionen Mark kostete die Instandsetzung der rund 3.500 Quadratmeter Nutzfläche. Der Bund, der Berliner Senat, das Bezirksamt und das französische Außenministerium beteiligten sich finanziell. Geld für den laufenden Kulturbetrieb gab es aber nicht. Das Centre sollte sich selbst tragen (...)."          (Anna Klöpper: Hier ruht das französische Berlin, in: taz, 1.11.2012, S. 23.)

Die große Herausforderung, das CFB zu sanieren und als unabhängiges Kulturzentrum weiter zu unterhalten, gelang. Das 2007 unter anderem wegen veralteter Brandschutzstandards geschlossene Kino wurde für rund 600.000 Euro in Stand gesetzt und 2013 wieder eröffnet. Heute ist das "Kino Wedding" wieder feste Bezugsgröße für Besucher der umliegenden Bezirke.

B) Avec le retrait progressif des Alliés de Berlin, qui a commencé en 1992 et s'est achevé en 1994, les contributions financières versées au Centre français ont également été réduites, ce qui a mené à un abandon de ses activités culturelles en 1993. En 1995, le ministère des finances transféra la gestion du Centre au Centre d'Echanges Internationaux et à la Stiftung Sozialpädagogisches Institut Berlin en tant que gGmbH (société à responsabilité limitée et à but non lucratif) à la condition que la mission de rencontre franco-allemande soit poursuivie par le biais du centre culturel.

« Après trois ans d'un sommeil à la Belle au bois dormant, les conduites d'eau avaient éclaté, le système de chauffage était délabré et de grandes surfaces étaient de toute façon contaminées par l'amiante. La restauration des 3 500 mètres carrés de surface a coûté environ 2,5 millions de marks. Le gouvernement fédéral, le Sénat de Berlin, le bureau du district, la Ville de Paris, la Fondation FEFA et le ministère français des Affaires étrangères y ont apporté une contribution financière. Cependant, il n'y avait pas d'argent pour le maintien du programme culturel. Le Centre devait être autonome (…).»        (Anna Köppler : Ici git le Berlin français, dans : TAZ 1.11.2012, p. 23.)

Le grand défi de rénover le CFB et de continuer à le maintenir en tant que centre culturel indépendant a été relevé et réussi. Le cinéma, qui avait été fermé en 2007 en raison, entre autres, de normes de sécurité incendie dépassées, a été remis sur pieds pour environ 600 000 euros et a rouvert en 2013. Aujourd'hui, le "City Kino Wedding" est à nouveau un lieu de référence bien connu des visiteurs des quartiers environnants.





A) Das Centre Français de Berlin ist heute eine gemeinnützige Organisation, die sich auf internationale Jugendarbeit spezialisiert hat (in Zusammenarbeit mit dem Land Berlin, dem DFJW und Erasmus+) und als Kulturzentrum ein soziokulturelles Angebot in der Nachbarschaft anbietet.
Seine Schwerpunkte sind die Förderung der Inklusion in der Jugendarbeit und in jeglicher Praxis; die Förderung der internationalen Mobilität junger Menschen (unabhängig von ihrem Schul-, Ausbildungs- oder Studiengang) anhand von kurzfristigen Austauschprogrammen, des Voltaire-Programms und der Unterstützung der Mobilität junger Auszubildenden aus allen Berufsfeldern; als Vorbild und Inspiration für nachhaltige Projekte in allen Bereichen zu fungieren Gemeinschaftsgarten, Bienenhaltung auf den Dächern, SoLaWi Abholstelle, Mitglied der Flotte Berlin); eine Heimat für die Berliner aber auch internationalen und frankophonen Kulturszenen zu sein (Fête de la Musique, Festival des Francophonies, diverse Residenzprogramme und intergenerationelle Kunstprojekte).
Neulich hat das CFB eine Bildungsstätte eröffnet und bietet ab sofort Unterkunft, Verpflegung und Seminarräume für internationale und lokale Gruppen, die sich mit Jugendarbeit befassen oder betreiben.
Schließlich stellt das CFB sein, im Laufe der Jahre, erworbenes Know-how und seine Expertise im Bereich der internationalen Mobilität der Stadt Berlin und ihren Verwaltungs- und Jugendstrukturen zur Verfügung, indem seit 2020 es ein Kompetenzzentrum für internationale Mobilität für Berlin und Brandenburg ist.
 
B) Le Centre Français de Berlin est aujourd'hui une organisation à but non lucratif spécialisée dans le travail international de jeunesse (en collaboration avec le gouvernement de Berlin, l’OFAJ et Ersamus+) et un centre culturel proposant des activités socioculturelles dans le quartier.
Son objectif principal est de promouvoir l'inclusion dans le travail avec les jeunes et dans toutes les pratiques ; de favoriser la mobilité internationale des jeunes (peu importe le cursus suivi) notamment par des échanges de courte durée, le programme Voltaire et le soutien à la mobilité de jeunes apprenti-e-s de tous les corps de métiers ; de servir de modèle et d'inspiration pour des projets durables dans tous les domaines (jardin partagé, apiculture sur les toits, point de collecte SoLaWi, membre de die Flotte Berlin) ; d'être un foyer pour la scène culturelle berlinoise mais aussi internationale et francophone (Fête de la Musique, Festival des Francophonies, divers programmes de résidence et projets artistiques intergénérationnels).
Récemment, le CFB a ouvert un centre éducatif et propose désormais un hébergement, restauration et salles de séminaire pour des groupes internationaux et locaux impliqués dans le travail avec les jeunes ou organisant des mobilités de jeunes.
Le CFB met enfin son savoir faire et l’expertise acquise au fil des années dans le domaine de la mobilité internationale à disposition de la ville de Berlin et de ses structures administratives et jeunesse en devenant en 2020 Centre de Compétences de la mobilité internationale pour Berlin/Brandebourg.


Das Centre Français de Berlin heute

Aus der Sammlung von

Centre Français de Berlin

Wie darf ich das Objekt nutzen?

Quelle

Centre Français de Berlin

Zum Objekt >>



Das Centre Français de Berlin heute

Le Centre Français de Berlin aujourd´ hui

Eine virtuelle Ausstellung von

Team

Konzeption, Organisation, Gestaltung: Dr. René Möhrle (Universität Trier)


Recherche, Auswertung, Umsetzung: Florian Fangmann (CFB), Sophie Lutz (Freie Universität Berlin), Alexandre Bocage (CFB), Anaelle Cabon (CFB), Lucas Vrolant (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne), Lea Ganzert (Universität Trier), Francis Kirchen (Universität Trier), Tom Strauch (Universität Trier), Lars Jücker (Universität Trier), Dr. René Möhrle (Universität Trier).

Bildbearbeitung: Marianne Richert (CFB)

Zeitzeugeninterviews: Sophie Lutz (Freie Universität Berlin)

Zeitzeugeninterviews und Transkription: Francis Kirchen (Universität Trier), Tom Strauch (Universität Trier)

Im Mitte Museum Berlin gilt unser besonderer Dank Sigrid Schulze, im Alliierten Museum Berlin Uta Birkemeyer.

Unser freundlicher Dank gilt weiter Prof. Dr. Corine Defrance (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne), Prof. Dr. Ulrich Pfeil (Université de Lorraine), Dr. Irmgard Zündorf /Zentrum für Zeithistorische Forschung Potsdam), Sylvie Matthias (CFB), Ulrike Romberg (CFB) und Oberst Andreas von Studnitz (Kommandeur Julius Leber Kaserne Berlin).

Besonders herzlich gedankt sei den Zeitzeugen Gérard Vicendo, William Capoën, Doris Amman, Alain Geliot und Guy Luc Armbruster.

Dank gilt schließlich dem Deutsch-Französischen Bürgerfonds.

Erstellt mit :
DDB Studio
Ein Service von:
DDB Studio

Diese Ausstellung wurde am 13.12.2021 veröffentlicht.



Impressum

Die virtuelle Ausstellung Französische Alliierte in Berlin – 60 Jahre Centre Français de Berlin (CFB). Les Alliés Français à Berlin – 60 ans du Centre Français de Berlin (CFB) wird veröffentlicht von:

Centre Français de Berlin


Müllerstr. 74, 13349 Berlin


gesetzlich vertreten durch

Florian Fangmann (Geschäftsführer)

Telefon:

49 (0) 30 120 86 03 0


Fax:
E-Mail:  

info@centre-francais.de

Inhaltlich verantwortlich:

Florian Fangmann (Geschäftsführer)

Kurator*innen:

Dr. René Möhrle

Universität Trier Fachbereich III-Neuere und Neueste Geschichte

moehrle@uni-trier.de

 

DDBstudio wird angeboten von:  
Stiftung Preußischer Kulturbesitz, gesetzlich vertreten durch ihren Präsidenten,
handelnd für das durch Verwaltungs- und Finanzabkommen zwischen Bund und Ländern errichtete Kompetenznetzwerk

Deutsche Digitale Bibliothek
c/o Stiftung Preußischer Kulturbesitz
Von-der-Heydt-Straße 16-18
10785 Berlin 

Telefon: +49 (0)30 266-41 1432, Fax: +49 (0) 30 266-31 1432,
E-Mail: geschaeftsstelle@deutsche-digitale-bibliothek.de

Umsatzsteueridentifikationsnummer: 
DE 13 66 30 206

Inhaltlich verantwortlich: 
Prof. Monika Hagedorn-Saupe
komissarische Leiterin der Geschäftsstelle
Finanzen, Recht, Kommunikation, Marketing
Deutsche Digitale Bibliothek
c/o Stiftung Preußischer Kulturbesitz
Von-der-Heydt-Straße 16-18
10785 Berlin

Konzeption:
Nicole Lücking, Deutsche Digitale Bibliothek
Stephan Bartholmei, Deutsche Digitale Bibliothek
Dr. Michael Müller, Culture to Go GbR

Design: 
Andrea Mikuljan, FIZ Karlsruhe - Leibniz Institut für Informationsinfrastruktur GmbH

Technische Umsetzung:
Culture to Go GbR mit Grandgeorg Websolutions

Hosting und Betrieb:  
FIZ Karlsruhe - Leibniz Institut für Informationsinfrastruktur GmbH

Rechtliche Hinweise:
Die Deutsche Digitale Bibliothek übernimmt keine Verantwortung für die Inhalte von virtuellen Ausstellungen Dritter, die über dieses Internetangebot erreicht werden können. Die Deutsche Digitale Bibliothek distanziert sich ausdrücklich von allen Inhalten virtueller Ausstellungen, die möglicherweise straf- oder haftungsrechtlich relevant sind oder gegen die guten Sitten verstoßen. 



Im Bild bewegen
linke Maustaste gedrückt halten und ziehen
Pfeiltasten benutzen
Finger gedrückt halten und ziehen
Ein- & Auszoomen
Mausrad bedienen
Plus- und Minuszeichen
Zwei Finger zusammenziehen oder spreizen
Bild schließen
Doppelklick
Escape-Taste
am Bildrand